Presses Universitaires de Vincennes

Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Partager

ajouter au panier

Collection Sciences du langage
Nombre de pages : 384
Langue : français
À paraître le : 24/04/2024
EAN : 9782379244223
Première édition
CLIL : 4029 Langues régionales
Illustration(s) : Non
Dimensions (Lxl) : 220×137 mm
Version papier
EAN : 9782379244223

Petit guide de créole martiniquais

Visite guidée de la grammaire du créole martiniquais, destinée tant aux locuteurs de cette langue, qui bien souvent ne lui associent pas la notion de « grammaire », qu’aux non créolophones. Tous risquent d’être étonnés de sa riche complexité.

Partie 1. Introduction générale                                                              


Partie 2. Abrégé de grammaire créole martiniquaise                    

1. Préliminaires méthodologiques                                                            

2. Informations générales sur le créole martiniquais                            

3. Phonologie et graphie                                                                            

4. Morphologie et lexique                                                                          

5. Syntaxe                                                                                                     


Partie 3. Répertoire thématique (liste alphabétique)                      

Alternance verbale                                                                                      

Aspectuels (adverbes)                                                                                 

Aspectuels (verbes)                                                                                     

Ba                                                                                                                   

Causatifs (verbes)                                                                                       

Composition biverbale                                                                             

Consonnes                                                                                                 

Coordination                                                                                              

Directionnels (verbes)                                                                              

Être (traductions de)                                                                                 

Existentiels                                                                                                 

Focalisation                                                                                                

Genre                                                                                                           

Graphie                                                                                                       

Indéfini (déterminant)                                                                              

Kay                                                                                                               

LA (déterminant)                                                                                        

Lexique                                                                                                       

Locatifs                                                                                                       

Météorologiques (phrases)                                                                      

Modaux                                                                                                       

Morphologie                                                                                              

Négation                                                                                                     

Nombre et quantité                                                                                  

Noms nus                                                                                                    

Passif                                                                                                          

Pays (noms de)                                                                                         

Perception (verbes de)                                                                             

Phrases complexes                                                                                    

Prépositions                                                                                                

Pronoms personnels                                                                                 

Propriété (termes de)                                                                                

Questions                                                                                                    

Réciprocité                                                                                                 

Réflexivité                                                                                                  

Relatives                                                                                                     

Répliques verbales                                                                                  

Sa                                                                                                                 

Sanm                                                                                                           

Sériels (verbes)                                                                                          

Ta                                                                                                                 

TMA                                                                                                            

Transfert (verbes de)                                                                                

Voyelles                                                                                                      


Partie 4. Éléments de corpus MQ                                                    

1. Une version MQ de Frog, where are you ?

un conte pour enfants                                                                                

2. Un film sans paroles verbalisé : The Man and the Thief               

3. Une traduction français-créole : « Les tribulations

d’une Chinoise au Caire »                                                                       


Conclusion générale                                                                              

Trouver l’information                                                                          

Liste des tableaux                                                                                  

Références                                                                                                 

Ce livre présente divers aspects de la grammaire d’une variété de créole martiniquais, à la manière d’un guide de voyage cherchant à anticiper les demandes d’information de ses utilisateurs. L’écriture, en français, se veut accessible à un public large, créolophone ou non, linguiste ou non linguiste. Il met à contribution les résultats de la grammaire moderne, notamment dans sa méthodologie descriptive et dans sa technique de présentation des très nombreux exemples graphiés en créole, glosés et traduits en français, et organisés en paradigmes faisant ressortir des régularités, voire des questions en attente d’éclaircissement. En contribuant à la visibilité du créole de Martinique, cet ouvrage pourrait stimuler son enseignement et susciter de nouvelles recherches sur sa grammaire, la variation intra-créole, le changement linguistique, et la grammaire comparée des créoles à base française.

    La principale qualité de ce livre tient à la richesse des données créoles qu’il tâche de rendre transparentes pour tous, et à l’attention qu’il porte aux détails et aux finesses interprétatives.

 

Né en Martinique en 1957, Loïc Jean-Louis n’a jamais cessé d’utiliser le créole, à côté du français, dans ses interactions régulières avec sa nombreuse famille martiniquaise et ses collègues et amis antillais. Son mémoire de Master (2019) traite des constructions ditransitives en créole martiniquais.


Professeure de linguistique à l’Université Paris 8, Anne Zribi-Hertz a été un membre fondateur du Groupe de Recherche sur les Grammaires Créoles. Avec des étudiants ou collègues créolophones, elle a publié plusieurs articles sur les créoles à base française.

Introduction

L’objectif de cet ouvrage n’est pas de présenter une description explicite exhaustive et détaillée de la grammaire du créole martiniquais, ni de proposer pour cette langue un standard de référence, mais plutôt de parcourir quelques recoins d’une certaine variété de grammaire créole (étiquetée MQ) 1, à la manière d’un guide de voyage qui fournit à son lecteur quelques repères de départ pour découvrir une ville ou un pays en l’incitant à poursuivre ensuite sa propre exploration.

La grammaire moderne que nous présentons d’un point de vue strictement descriptif et synchronique correspond d’abord à celle du consultant principal, Loïc Jean-Louis, co-auteur de ce livre, dont les jugements ont été confirmés par une petite dizaine d’autres locuteurs. Nos consultants principaux sont des adultes nés en Martinique entre 1935 et 1995, membres d’une même famille élargie basée dans la ville du Robert, au centre de la côte atlantique de l’île 2. Tous ont depuis toujours pratiqué quotidiennement le créole (surtout parlé, marginalement écrit) et le français (parlé et écrit, formel et informel), aussi bien au travail (hôpital, chambre de commerce, administrations) qu’en famille et entre amis, et se reconnaissent volontiers comme bilingues. Ce dualisme assumé est en concordance avec l’étude de Reutner (2005) citée par Vaillant (2022) concluant à une situation de « bilinguisme stable » en Martinique.

Parmi les auteurs « historiques » d’ouvrages de référence en français sur la description grammaticale des créoles français des Antilles, citons en particulier : Robert Damoiseau, Albert Valdman, et Jean Bernabé. Robert Damoiseau a soutenu la première thèse de linguistique (fonctionnaliste) sur la syntaxe d’une variété idiolectale de créole martiniquais – Damoiseau (1979) : un ouvrage d’accès restreint car n’existant actuellement qu’en version imprimée à la bibliothèque de la Sorbonne. Le livre de Valdman (1980) est une première présentation transversale des créoles à base française, principalement illustrés par ceux de la zone américano-caraïbe. Jean Bernabé (1942-2017) a fondé en 1975 à l’université des Antilles le groupe GEREC (Groupe d’études et de recherches en espace créolophone), rebaptisé plus tard GEREC-F (« F » pour et Francophone), qui s’est attaché à valoriser les créoles des départements français d’outre-mer de la zone américano-caraïbe (Guadeloupe, Guyane française, Martinique) et à fixer pour ces langues des conventions graphiques. Son ouvrage monumental Fondal Natal (Bernabé 1983), version publiée de sa thèse soutenue en 1982, est la première tentative de grammaire exhaustive de créole antillais utilisant des outils de la syntaxe générative – celle du modèle transformationnel des années 1970. Cet ouvrage, décrit ailleurs par son auteur comme « d’accès difficile au non-linguiste » (Bernabé 1987 : 7), est rempli d’exemples créoles intéressants mais ne sépare pas systématiquement le guadeloupéen du martiniquais et ne se laisse pas consulter « rapidement ». Les Éléments de grammaire du créole martiniquais de Damoiseau (1984) sont un petit manuel spécifiquement conçu pour des étudiants antillais déjà locuteurs d’une variété régionale de créole. La Grammaire créole de Bernabé (1987) a une visée pédagogique mettant en exergue le phénomène d’homonymie, supposé par l’auteur particulièrement saillant dans les langues créoles. La Grammaire du créole martiniquais en 50 leçons (Pinalie et Bernabé 1999) présente un bref catalogue ordonné de données créoles traduites, mais non glosées, en français, sans engager de description explicite. Le Précis de syntaxe créole (Bernabé 2003) est un cours structuré de niveau universitaire conçu pour des créolophones antillais ou guyanais préparant le concours français du CAPES ou de l’agrégation de langues régionales, option « Créole » (sans « s »). La Syntaxe créole comparée de Damoiseau (2012) met en regard le martiniquais et trois autres créoles de la zone américano-caraïbe (guadeloupéen, guyanais, haïtien). Trois autres ouvrages rédigés totalement ou partiellement en français et ciblant spécifiquement le martiniquais sont le Dictionnaire créole martiniquais-français de Confiant (2007), sans grammaire associée, et trois ouvrages savants – thèses de doctorat inédites : celle de Jeannot-Fourcaud (2003) (en français) traite de l’opposition verbo-nominale dans l’optique de la linguistique fonctionnaliste ; celle de Bardury (2014) (également en français) traite de la sémantique des prépositions dans l’optique de la linguistique cognitive ; la plus récente est celle de Térosier (2022), dont le premier chapitre fournit un résumé en français, et qui explore en détail trois rubriques de grammaire créole martiniquaise dans l’optique de la syntaxe générative néo-chomskyenne : la structure du groupe nominal défini, le déterminant défini dans les questions partielles, les verbes modaux.

Du côté de la littérature anglophone, la thèse de Gadelii (1997) présente une description morphosyntaxique détaillée des créoles martiniquais et guadeloupéen, abordés comme une seule grammaire, dans l’optique du programme minimaliste (Chomsky 1995). La thèse de McCrindle (1999) traite des systèmes TMA (Temps-Mode-Aspect) dans les créoles à base française de la zone américano-caraïbe. L’Atlas of Pidgin and Creole Language Structures (Michaelis et al. 2013) inclut un chapitre sur le martiniquais (Colot et Ludwig 2013) – c’est la présentation synoptique la plus récente de « la grammaire du créole martiniquais ». Les auteurs y pointent une liste préétablie de traits linguistiques destinée à permettre la comparaison intercréoles, en abordant très cursivement chaque propriété. La grosse syntaxe comparative de Syea (2017) prend en considération la plupart des créoles à base française, mais le guadeloupéen et le martiniquais y sont souvent traités ensemble sous l’étiquette Lesser Antillean (« Petites Antilles »). Un seul ouvrage franco-anglophone cible spécifiquement une grammaire créole martiniquaise : la thèse de Térosier (2022), déjà citée, qui utilise les outils de la syntaxe générative d’inspiration chomskyenne (modèles cartographique et minimaliste) pour explorer la syntaxe et la sémantique du déterminant la dans le groupe nominal et dans les questions partielles, et la grammaire des verbes modaux.

Ce petit guide propose un complément commode à la documentation déjà disponible sur la grammaire créole martiniquaise. Notre lecteur, francophone ou francisant, pourrait être ou non créoliste, créolophone, ou professionnel de la grammaire. Ce pourrait être un locuteur natif ou héritier d’une variété de créole martiniquais, non linguiste, mais curieux de découvrir la grammaire d’une langue qu’il connaît sans y avoir jamais vraiment réfléchi, ou encore un apprenti linguiste créolophone en quête d’un sujet de recherche ; mais ce pourrait être aussi un non-créolophone – un linguiste généraliste ou romaniste s’intéressant au changement linguistique, un enseignant de français souhaitant s’informer sur l’héritage linguistique créole de certains de ses élèves. L’écriture de ce livre en français plutôt qu’en anglais nous semble justifiée par la relation historique particulière unissant le créole au français et par le fait que tous les locuteurs du martiniquais sont par ailleurs francophones : la mise en regard des deux grammaires – créole et française, parfois simplement suggérée par les traductions, suffit souvent à faire surgir des questions de grammaire en attente d’éclaircissements. Nous nous fixons seulement ici pour but de cataloguer des propriétés remarquables, en espérant surtout piquer des curiosités et donner à d’autres l’envie de poursuivre la réflexion.

Tout en aspirant à une certaine transparence stylistique, cet ouvrage est imprégné, dans sa conception du langage, des présupposés caractéristiques du courant « générativiste » de la linguistique, qui s’est jusqu’ici plutôt exprimé à travers une littérature anglophone. Un présupposé de base de cette approche théorique est la distinction entre ce que Chomsky (cf. par ex. Chomsky 2011) a appelé la « langue externe » (attestée et indéfiniment renouvelée) et la « langue interne » ou grammaire, correspondant au système combinatoire intériorisé par les locuteurs et sous-jacent à toute production langagière. Cette conception de la grammaire nous autorise à nous appuyer massivement sur des données (exemples et jugements d’acceptabilité) fournies par nos seuls locuteurs-sources, plutôt que sur des corpus de productions attestées émanant d’un ensemble disparate de locuteurs enregistrés. Nous nous autorisons, corrélativement, à négliger la variation interindividuelle qui est particulièrement visible dans un corpus multilocuteurs de créole martiniquais, une langue sans standard normatif : une grammaire mentale est par essence individuelle, donc idiolectale. Il ne s’agit nullement de nier l’existence de la variation entre locuteurs : nous considérons simplement la variation intracréole et intercréoles comme une problématique distincte, complémentaire de notre propre démarche. Nous n’intégrons la variation à notre description que lorsqu’elle est inhérente à la grammaire que nous présentons. L’observation d’une grammaire particulière, ayant sa propre cohérence, incarnée par un locuteur principal et validée par un petit groupe de consultants externes, pourra le cas échéant nourrir, dans un second temps, l’étude de la variation. Un autre présupposé de la grammaire générative est de nature méthodologique : toute description linguistique est faite de généralisations qui sont, de fait, des hypothèses : elles demandent donc à être justifiées, et leur formulation doit être assez explicite pour qu’on puisse, arguments à l’appui, les réfuter. Nous nous sommes efforcés de nous conformer à ce principe en tâchant de définir les termes spécialisés que nous utilisons et de justifier nos embryons de généralisations descriptives pour que chacun puisse y réfléchir et les discuter en les confrontant à de nouvelles données.

Beaucoup des exemples MQ qu’on trouvera dans les deuxième et troisième parties ont été forgés par nos soins pour les seuls besoins de notre présentation. Mais d’autres ont aussi été repris ou adaptés de formes produites par Loïc Jean-Louis dans les trois textes présentés dans la quatrième partie, respectivement étiquetés au fil du texte Krapolad, Vòlè, et Tribilasion. Il nous est aussi arrivé d’être inspirés par des exemples recueillis en dehors de notre corpus de textes et de notre groupe de consultants, notamment chez les auditeurs de l’émission radiophonique Pawòl tout moun (« La parole de tous ») 3. Mais nous avons généralement retravaillé cette dernière catégorie de données en les soumettant aux intuitions de nos propres locuteurs-sources et en les manipulant pour dégager les contraintes de « notre » grammaire : MQ. En effet, les interventions des auditeurs juxtaposent des idiolectes différents, et leurs productions spontanées incorporent souvent aux structures créoles des expressions du français (cf. Vaillant 2022), alors que notre présentation cherche à séparer aussi nettement que possible les grammaires du créole et du français. En outre, les discours oraux spontanés produits en situation informelle contiennent par nature (quelle que soit la langue) des scories de production, des ratés involontaires dus à des facteurs externes (bruits, baisses d’attention, hésitations…). Notre présentation vise à dégager les contraintes constitutives d’une grammaire en amont de ces brouillages de performance, ce qui implique nécessairement d’y intégrer des données négatives : des phrases écartées comme déviantes, mal formées, ininterprétables ou contextuellement inadéquates, qu’aucun corpus attesté, si gros soit-il, ne sera jamais à même de nous livrer.

Tous nos exemples MQ sont numérotés, transcrits graphiquement en créole°Graphie, et glosés et traduits (en français) selon les conventions actuelles de la linguistique internationale. Cette méthode de présentation est illustrée ci-dessous par les exemples (1), qui seront repris plus loin sous le même numéro :

La numérotation continue des exemples permet de s’y réfé-rer sans ambiguïté au fil du texte. Chaque exemple-phrase inclut généralement trois lignes, parfois deux seulement s’il est mal formé et totalement intraduisible. Les mots de la ligne 1 sont graphiés en créole et suffisamment espacés pour permettre à la glose (ligne 2) d’être alignée terme à terme sous la ligne 1. La glose permet à un non-créolophone de comprendre de quels éléments la phrase créole est formée. Les concepts strictement fonctionnels (comme « défini », « imperfectif », « indéfini singulier », etc.), sont glosés en petites majuscules par des abréviations (ex. : idfs ‘indéfini singulier’) dont on trouvera plus loin (deuxième partie, section 1) la liste et les significations. Certains termes fonctionnels de catégorie incertaine, comme sé en (1b), ou dont la traduction française dépend du contexte (comme la préposition ba ou le connecteur ki) sont simplement nommés, c’est-à-dire glosés par eux-mêmes, en tant qu’items spécifiques. Les verbes créoles – comme ba en (1) – sont généralement glosés par une forme infinitive en français, sauf ceux qui ont intrinsèquement un sens « passif », comme fèt ‘fait’ ou pèdi ‘perdu’, que nous glosons par des participes passés (voir troisième partie, fiche « Passif »), et les modaux fo/fòk, fo, falé, fodré, qu’en attente d’une analyse plus poussée nous nous contentons de nommer. Les noms, invariables en nombre en MQ, sont conventionnellement glosés en français par un singulier, et les termes de propriété invariables issus d’adjectifs français, par une forme masculine et singulière, considérée comme neutre : par exemple bèl et méchan sont respectivement glosés par beau et méchant quelle que soit leur traduction française en contexte : beau, beaux, belle, belles, méchant, méchante, méchantes.

Les deux co-auteurs de ce livre incarnent une paire de points de vue complémentaires pour la perception et la description du créole : point de vue interne de Loïc Jean-Louis, locuteur natif de la langue – mais également titulaire d’un master de linguistique ; point de vue externe, et donc purement logique, de la co-autrice, linguiste professionnelle mais non locutrice de la langue étudiée. L’expérience prouve que ces deux points de vue combinés sur la grammaire d’une langue, quelle qu’elle soit, permettent souvent de dégager certaines régularités, ou certains problèmes à éclaircir, qu’un seul des deux regards n’aurait peut-être pas repérés 4.

Au-delà de cette introduction générale, notre ouvrage comprend trois parties. La deuxième partie est une visite guidée synoptique de la grammaire MQ. La troisième partie complète la précédente sous forme d’un répertoire thématique alphabétique élargissant la description de certains mots, catégories ou régularités évoqués dans la présentation synoptique. La quatrième partie présente un corpus de trois textes produits en MQ par Loïc Jean-Louis, activant pour ce faire sa propre grammaire interne – celle que nous décrivons dans les parties 2 et 3. Nos trois textes sont deux narrations directement produites en créole à partir d’une histoire en images destinée aux enfants (Krapolad) et d’un film sans paroles tous publics (Vòlè) ; et une traduction en MQ d’un témoignage autobiographique initialement rédigé en français (Tribilasion). Comme les exemples des 2e et 3e parties, chaque texte de la 4e partie est graphié en MQ et accompagné d’une glose et d’une traduction en français.

1. Le problème de la variation concerne à égalité tous les linguistes cherchant à dégager la grammaire d’« une » langue : en tant que système de règles intériorisé par les locuteurs, toute grammaire est d’abord « idiolectale », et donc sujette à variation d’un locuteur à l’autre. La grammaire présentée dans Fondal Natal – celle de Jean Bernabé et ses consultants – est étiquetée grammaire créole, et non pas MQB (Martiniquais de Bernabé), bien que les propriétés présentées dans l’ouvrage ne soient pas toujours validées (et c’est normal) par d’autres locuteurs, tels que nos propres consultants.

2. Un grand merci à tous ceux qui se sont laissé consulter par nous pour la mise au point et l’évaluation des exemples créoles, en particulier : Riona Charlery, Loïsa Paulin, Eugène, Albert et Fred Jean-Louis, Thierry Fibleuil, Christelle Rémy, Antony Barclais, Gaëlle Birba, mais aussi Alain Palmont et Stéphane Térosier à propos de la composition biverbale. Merci aussi à Haïat Hélouin pour ses précieux conseils, et à Martine Roblin pour son soutien éclairé.

3. Radio Martinique la première.

4. Nous sommes par ailleurs redevables à Stéphane Térosier, linguiste locuteur du martiniquais, pour sa relecture attentive et critique de la première version de ce livre, nettement améliorée grâce à ses précieux commentaires.


Pour compléter votre lecture des trois textes de la quatrième partie, il est possible d’écouter une version lue en créole par Loïc Jean-Louis  :

Loïc Jean-Louis

ajouter au panier

Collection Sciences du langage
Nombre de pages : 384
Langue : français
À paraître le : 24/04/2024
EAN : 9782379244223
Première édition
CLIL : 4029 Langues régionales
Illustration(s) : Non
Dimensions (Lxl) : 220×137 mm
Version papier
EAN : 9782379244223

Sur le même thème