Presses Universitaires de Vincennes

Votre panier

» 0 article


Le travail du cinéma II
  • Auteur(s) : Dominique Villain
  • Collection : Esthétiques hors cadre
  • Nombre de pages : 202
  • Langues : Française
  • Paru le : 10/10/2013
  • EAN : 9782842923938
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 1248-4679
    • CLIL : 3689 Cinéma
    • ISBN-10 : 2-84292-393-6
    • ISBN-13 : 978-2-84292-393-8
    • EAN-13 : 9782842923938
    • Format : 137x220mm
    • Poids : 308g
    • Illustrations : Oui
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 10/10/2013
    •  
    • Support : PDF
    • ISBN-13 : 978-2-84292-470-6
    • EAN-13 : 9782842924706
    • Taille : 23 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 10/10/2013
    •  
    • Support : ePub
    • ISBN-13 : 978-2-84292-674-8
    • EAN-13 : 9782842926748
    • Taille : 3 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 10/10/2013
    •  
    • Support : pack ePub + PDF
    • ISBN-13 : 978-2-84292-789-9
    • EAN-13 : 9782842927899
    • Taille : 1 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 10/10/2013
    •  

Le travail du cinéma II

Entretiens avec André S.Labarthe, Alain Cavalier, Claire Denis et Albert Serra.

Entamé dans son précédent volume (Travail du cinéma (Le) - vol.1), Dominique Villain continue son travail de réflexion et d'investigation à l'occasion d'entretiens avec André S.Labarthe, Alain Cavalier, Claire Denis et Albert Serra.

Auteur(s) :
Dominique Villain

SommaireRésuméExtrait(s)Collection/Abonnement

Mots-clés : Cavalier (Alain) | Cinéma | Création | Denis (Claire) | Entretien | Esthétique | Labarthe (André.S) | Mise en scène | Montage | Portrait | Serra (Albert) | Tauromachie | Travail

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo




Sommaire

Dominique Villain

Présentation

I. André S. Labarthe
Cinéaste de notre temps

II. Alain Cavalier
Filmeur

III. Claire Denis
Regista

IV. Albert Serra
Torero

 

Documents

Bibliographie

Filmographies

Références photographiques

Remerciements

Résumé

Dans ce deuxième volume du Travail du cinéma, Dominique Villain poursuit son enquête sur la création cinématographique auprès de quatre cinéastes qui évoquent très concrètement des instants de leurs trajectoires singulières.

Connu pour ses portraits non conventionnels de la série « Cinéastes de notre temps », André S.Labarthe s'est dédoublé pour être à son tour l'un d'entre eux.
Alain Cavalier est aujourd'hui devenu le « filmeur » qu'il rêvait d'être.
Claire Denis  précise son amour du « Beau Travail ».
Albert Serra défend des théories paradoxales sur le travail et l’amusement, le cinéma et la tauromachie.

Dominique Villain est Maître de conférences au département cinéma de l'université Paris 8. Après son passage à l'IDHEC, elle est monteuse de cinéma et de télévision. Ses connaissances pratiques et théoriques sont déjà à l'origine de ses deux précédents essais, l'Œil à la caméra (1984) et Le Montage au cinéma (1991).

Abstract

Extrait(s)

Quatre cinéastes

Pour ce deuxième volume sur la création cinématographique, nous avons poursuivi les entretiens menés dans le cadre du master « réalisation-création » de Paris 8, qui permettent d’observer les ressemblances et les différences, les correspondances, entre ceux que l’on pourrait appeler des personnages parlants. Ils se lancent chacun à sa façon et très librement dans un monologue, s’appuyant concrètement sur des exemples dans leurs films, et répondant plus ou moins directement aux questions des étudiants. Où l’on constate que chacun, même si beaucoup d’aspects du travail du cinéma sont à chaque fois abordés, tourne autour d’une idée fixe, vitale, étayant ainsi cette expression décalquée du travail du rêve freudien.

Nous avons rencontré André S. Labarthe, dont on connaît l’habileté à faire parler des cinéastes de leur travail dans ses portraits filmés pour la télévision, alors qu’il venait de franchir une nouvelle étape grâce au film1 qu’Estelle Fredet avait réalisé sur et avec lui, expérimentant une véritable mise à nu, une traversée des apparences, pour tenter de montrer ce qu’il peut y avoir derrière un cinéaste qui se dédouble.

Nous avons fait nôtre son questionnement : « Quel genre de pensée circule – silencieusement – derrière celles qui nous accompagnent tout au long de la vie et qui ne sont, pour la plupart, que des stéréotypes de pensées, des masques ?2 »

Nous nous sommes ensuite adressée à Alain Cavalier, dont la réflexion s’inscrit dans le droit fil de celle qu’il menait en 1995 dans le film de la série Cinéastes de notre temps3 qui lui était consacré. Puis, c’est avec Claire Denis qui, elle, avait filmé au début de sa vie de réalisatrice4 Jacques Rivette le veilleur, que nous avons prolongé notre enquête. Enfin, Albert Serra, notre quatrième interlocuteur, avait plus récemment, lui aussi, un projet de film sur un cinéaste –… d’un autre temps ? – qui n’a finalement pas abouti.

Au cours de ces rencontres, la question s’est posée de savoir comment nommer, aujourd’hui, ceux qui sans relâche travaillent le cinéma et sont travaillés par lui, portés par leurs films, emportés dans une spirale – d’où l’idée fixe – qui leur interdit de s’arrêter. Depuis que nous l’avons rencontré5, même Albert Serra semble s’y être fait prendre à son tour. Le travail a pris le pas sur l’amusement qu’il revendiquait alors.

« Cinéaste » peut sembler flou, « metteur en scène » trop marqué par le théâtre, et que « réalisent »-ils vraiment ? Déjà, Robert Bresson suggérait à sa manière :

« NI METTEUR EN SCÈNE, NI CINÉASTE. OUBLIE QUE TU FAIS UN FILM. »

« Metteur en scène ou director. Il ne s’agit pas de diriger quelqu’un, mais de se diriger soi-même6. »

Sans s’être donné le mot, chacun a cherché – derrière les masques et les silences – à formuler des instants de sa trajectoire et à définir son travail au plus près de sa singularité :

Où l’on verra André S. Labarthe, cinéaste de notre temps, peaufiner ses pièges, Alain Cavalier, homme-caméra réconcilié, se réjouir d’être le filmeur qu’il avait toujours rêvé d’être, Claire Denis se dire avant tout regista, mais heureuse de quelques greffes réussies au montage, enfin Albert Serra nous convaincra en torero.

Fragments de leurs métamorphoses, retracés ici.

Dominique Villain

1. Il était une fois André S. Labarthe.

2. André S. Labarthe, « Dédoublement », Cinergon, n° 20, 2010.

3. Réalisé par Jean-Pierre Limosin, intitulé 7 chapitres, 5 jours, 2 pièces-cuisine.

Dans Le Travail du cinéma I, il était beaucoup question du film réalisé dans cette même série par Pedro Costa sur Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, monté par Dominique Auvray.

Nous retrouverons dans le volume IV deux « cinéastes de notre temps » : Otar Iosseliani et Jacques Nolot.

4. En 1990. Jacques Rivette avait auparavant filmé Jean Renoir, le patron.

5. Ces rencontres ont eu lieu au printemps 2011.

6. Robert Bresson, Notes sur le cinématographe, Paris, Gallimard, 1975.

Esthétiques hors cadre

Présentation

Procédant par essais personnels ou par travaux d'équipe, cette collection développe une recherche sur la pluralité de l'art. Il s'agit tout d'abord d'explorer des zones sensibles et des modes d'approche susceptibles de définir autrement notre rapport à la question de l'art. Il s'agit de croiser disciplines, temps et territoires de façon à ouvrir, dans chaque oeuvre ou dans chaque domaine artistique, la différence venue d'un autre art ou d'une autre pensée de l'oeuvre.
À ce titre, la musique et la littérature, la peinture, le cinéma ou le théâtre voisinent dans une enquête menée selon des points de vue variables, qui allient philosophie et poétique, pragmatique, sociologie et psychanalyse pour projeter hors cadre la question de l'esthétique.

« Sur le pluriel de l'art, dans les arts et dans les lettres »

Sous la direction de Aline Caillet et Cécile Sorin