Presses Universitaires de Vincennes

Votre panier

» 0 article


Espace, genre et violences conjugales : ce que révèle la crise de la Covid-19
  • Auteur(s) : Collectif
  • Collection : GéoTraverses
  • Nombre de pages : 160
  • Langues : Française
  • Sortie prévue : 19/09/2022
  • EAN : 9782379242588
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : En cours
    • CLIL : 3403 Géographie humaine, écoumène
    • ISBN-10 :
    • ISBN-13 : 978-2-37924-258-8
    • EAN-13 : 9782379242588
    • Format : 170x240mm
    • Illustrations : Non
    • Édition : Première
    • Sortie prévue : 19/09/2022
    •  

Espace, genre et violences conjugales : ce que révèle la crise de la Covid-19

La crise de la covid-19 a eu des conséquences fortes sur les rapports de genre et les violences au sein du couple. Les mesures de confinement associées en particulier ont rendu impossible à ignorer les logiques spatiales qui les sous-tendent.

Cet ouvrage propose une géographie sociale et féministe des rapports de genre et des violences au sein du couple. À partir d’une enquête menée de mars 2020 à mars 2021, il montre que les inégalités entre femmes et hommes ont été creusées par la crise et que les politiques de restriction des mobilités sont entrées en résonance avec les logiques de contrôle spatial des auteurs de violence. En outre, si la pandémie a été l’occasion d’une accélération dans la mise en œuvre de mesures de lutte contre les violences, elle n’a pas constitué de rupture dans l’histoire de l’action publique. La crise sanitaire a fonctionné comme un miroir grossissant des tendances peu perceptibles d’ordinaire, en particulier de leur dimension spatiale.

Coordinateur(s) du numéro :
Marion Tillous |

Auteur(s) :
Julie Bulteau |
Pauline Delage |
Esté R.Torres |
Eva San Martin

RésuméCollection/Abonnement

Mots-clés : Covid-19 | Féminisme | Genre | Mobilité | Pandémie | Violence

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Vim�o




Sommaire

Résumé

La pandémie de covid-19 et les mesures de confinement en mars 2020 ont été perçues comme des événements sans précédent. Qu'en est-il de leurs effets sur les rapports de genre et les violences dans le couple ?

Cet ouvrage propose une géographie sociale et féministe des rapports de genre, des violences conjugales et de l’accompagnement des victimes. À partir d'une enquête menée sur la période mars 2020-mars 2021, il montre que les inégalités habituellement constatées entre femmes et hommes ont été renforcées par la crise et que les politiques étatiques de restriction des mobilités ont pu entrer en résonance avec les logiques de contrôle spatial des auteurs de violence. En outre, si la pandémie a été l’occasion d’une accélération dans la mise en œuvre de mesures de lutte contre les violences, elle n'a pas constitué de rupture dans l'histoire de l'action publique.

En ce sens, la crise sanitaire fonctionne comme un miroir grossissant des dynamiques et des tendances peu perceptibles d’ordinaire. Elle démontre l’importance cruciale de l’espace que les mois de confinement ont rendu impossible à ignorer.

Abstract

Extrait(s)

GéoTraverses

Présentation

L’idée de cette collection est née d'un constat. Celui d’un intérêt renouvelé vis-à-vis de la géographie et de ce qu’elle peut dire des débats de société actuels. Le « tournant spatial » des sciences n’est pas étranger à ce nouveau regard médiatique sur notre discipline.
De fait, la géographie embrasse un large éventail de questionnements qui travaillent aujourd’hui nos sociétés. Elle montre des connexions entre des phénomènes multiples, des objets disparates et toute une variété de sujets hybrides, allant de l’environnement à l’aménagement, aux échanges, aux différentes consommations, aux études urbaines et rurales, aux ancrages culturels ou aux enjeux géopolitiques, entre autres.
Cette attention nouvelle fait écho aux bruissements produits par une géographie diverse, qui réinvente en permanence ses objets, ses approches et ses méthodologies.

Sous la direction de Amaël Cattaruzza, Nathalie Lemarchand et Nicolas Rouget