Presses Universitaires de Vincennes


Marges

Art contemporain et Cultural studies
  • Auteur : Collectif
  • Revue : Marges n° 16
  • Nombre de pages : 152
  • Langues : Française
  • Paru le : 10/04/2013
  • EAN : 9782842923662
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 1767-7114
    • CLIL : 3675 Revues sur l'art
    • ISBN-10 : 2-84292-366-9
    • ISBN-13 : 978-2-84292-366-2
    • EAN-13 : 9782842923662
    • Format : 155x220mm
    • Poids : 232g
    • Illustrations : Oui
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 10/04/2013
    •  
    • Support : PDF
    • ISBN-13 : 978-2-84292-387-7
    • EAN-13 : 9782842923877
    • Taille : 11 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Non
    • Paru le : 10/04/2013
    •  

Art contemporain et Cultural studies

N°16/2013

Les Cultural studies recouvrent des domaines et perspectives d’investigation extrêmement variés. La revue Marges a choisi de se pencher sur les relations que ce champ de recherche entretient avec le domaine de l’art contemporain.

La démarche se focalise à la fois sur des démarches singulières d’artistes et sur des questions plus larges (le statut de la danse contemporaine dans les pays du tiers monde ou les pratiques artistiques féministes et/ou pornographiques).« Art contemporain et Cultural Studies » s’inscrit dans une suite d’études menées par la revue Marges sur les conditions de la création en ce début de 21e siècle. Après « Valeurs de l’art contemporain », « Expositions sans artistes », « Langages de l’œuvre et de l’art », « Au-delà du Land Art » et « Démocratiser l’art [contemporain] », il est question cette fois-ci de poser le problème des limites entre art (contemporain) et pratiques culturelles (légitimes et illégitimes). 

Auteur(s) :
Maxence Alcade |
Annie Bourdié |
Deniz Erbas |
Mariem Guellouz |
Émilie Landais |
Shiyan Li |
Séverine Marguin |
Christine Vial-Kayser

SommaireRésuméAbstractExtrait(s)Collection/Abonnement

Mots-clés : Art | Art contemporain | Cultural | Cultural Studies | Culture | Danse | Études culturelles | Féminisme | Studies

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo




Sommaire

Éditorial

« Art contemporain et Cultural Studies »

Maxence Alcalde
« Jimmy Durham critique de l’artiste autochtone »

 

Christine Vial-Kayser
« Anish Kapoor est-il un artiste occidental ou Indien ».

 

Shiyan Li
« Huang Yong Ping face à l’art contemporain ».

 

Mariem Guellouz
« De la danse contemporaine au Maghreb à une danse contemporaine maghrébine ».

 

Annie Bourdié
« Art chorégraphique contemporain d'Afrique, enjeux d'une reconnaissance ».

 

Emilie Landais
« Les Porn Studies dans l’art contemporain, mise en spectacle et émancipation du corps pornographié ».

 

Varia 


Séverine Marguin
« L’engagement dans un collectif de plasticiens : entre idéalisme et marketing ».

Deniz Erbas
« Entretiens avec Beral Madra, Yekhan Pinarligil et Stephan Bauer »

 

Dossier d’artiste :  Charlotte Hardy

 

Comptes rendus d’ouvrages et d’expositions
Abstracts français et anglais

Résumé

Jimmy Durham critique de l’artiste autochtone
Maxence Alcalde

On a pour coutume de lier les cultural studies à la remise en question des grands récits pour la plupart hérités de la tradition philosophique moderne. Cette articulation entre moderniste et postmodernité a fait l’objet de nombreux débats dans l’art contemporain. Nous allons tenter de voir la manière dont un artiste comme Jimmie Durham — qui revendique à la fois une identité amérindienne et une participation au monde de l’art globalisé — parvient à combiner ces deux paradigmes à priori antinomiques. 


Anish Kapoor vu par Homi Bhabha : herméneutique d’une critique d’art

L’analyse de la bibliographie publiée sur Anish Kapoor fait apparaître une lecture principalement eurocentriste de l’œuvre de cet artiste rattaché par la critique (essentiellement occidentale) à l’expressionisme abstrait, au minimalisme et à la Nouvelle sculpture anglaise. Son interprétation fait appel aux concepts du sublime, du néant, de l’angoisse psychanalytique face à « l’étrange ».

À partir de 1998, il choisit comme interprète privilégié de son travail, l’universitaire indien Homi Bhabha, théoricien majeur du post-colonialisme. Dans la lecture souvent poétique et métaphorique de l’œuvre développée par Bhabha on trouve les marqueurs de sa pensée exprimée notamment dans son ouvrage majeur The Location culture (Routledge 1994). Cette contribution analyse cette interprétation de Kapoor à la lumière de ce texte et vise à mettre en évidence les concepts de la pensée subalterne dans l’analyse de Bhabha.  

 

Huang Yong Ping face à l’art contemporain
Shiyan Li

La pensée chinoise antique est au cœur de l’art des lettrés. Les artistes contemporains chinois ont reçu l’influence de l’art moderne occidental et, depuis une trentaine d’années de l’art contemporain ; certains d’entre eux ont su interroger cette matière nouvelle à l’aide d’une pensée clairement nourrie par la tradition. La démarche de Huang Yong Ping rejoint une acceptation d’un réel lui-même soumis à la respiration du monde. L'artiste offre un exemple d’une approche où la question de l’identité et du dialogue avec l’Occident trouve son dépassement dans une stratégie récusant le dualisme qui prévaut habituellement dans ce genre de débat. 

 

De la danse contemporaine au Maghreb à une danse contemporaine maghrébine
Mariem Guellouz

La mondialisation accélère les flux culturels en oscillant entre les deux pôles de l’homogénéisation et de l’hétérogénéisation. Ces notions, empruntées à Appadurai (Appadurai, 1996),  proposent d’échapper à la stigmatisation d’une période encore post-coloniale, capitalistique et impérialiste. Elles tentent de dire que la globalisation est un processus présent et concret, ni bon ni mauvais en soi, qui transforme  profondément nos subjectivités, bouleversent les pensées et les corps. La danse contemporaine s’y trouve incluse. Elle interroge le corps et son rapport aux nouvelles technologies, à la nudité, à la maladie, au genre et à la sexualité. Elle veut repousser les limites physiques, morales, spatiales,  transgresser des interdits, des codes. De telles stratégies politiques du corps sont-elles possibles sur la scène maghrébine ? Quels moyens mettre en œuvre pour adapter la danse contemporaine à une conception plus spécifiquement maghrébine du corps, sertie dans les imaginaires culturels de ces pays de l’Afrique du Nord ? Depuis quelques décennies des tentatives plus ou moins réussies pour faire exister la danse contemporaine au Maghreb se multiplient. Des chorégraphes et des danseurs tentent de donner à cette pratique sa légitimité. Il est alors possible d’observer deux mouvements. Un premier regroupe des chorégraphes qui se situent dans le sillage des techniques corporelles occidentales qu’ils adoptent, retravaillent et transmettent. Le second concerne les chorégraphes qui dans un travail de déconstruction, font émerger des formes nouvelles et contemporaines du mouvement traditionnel.

 

Création chorégraphique contemporaine, enjeux d’une reconnaissance en contexte postcolonial
Annie Bourdié

Au début des années quatre-vingt, la France fut le foyer d’émergence d’une nouvelle danse qui allait se répandre internationalement. Aujourd’hui la danse contemporaine est un style reconnu internationalement  tout en faisant partie du patrimoine culturel français. Dix ans plus tard, dans un monde en proie à de grands bouleversements la France commençait à repenser sa politique de coopération vis-à-vis de l’Afrique en s’investissant dans le domaine de la promotion des arts contemporains sur le continent. Les arts chorégraphiques envisagés dans  une perspective contemporaine étaient alors peu développés sur place. Dans un contexte postcolonial il est intéressant de se demander comment et pourquoi ils sont apparus jusqu’à devenir aujourd’hui une des formes d’expression contemporaine les plus développées et les mieux soutenues par la France. La question est de savoir comment les artistes arrivent à composer avec cette situation et s’ils parviennent à trouver une expression artistique qui leur est propre. 

 

Les Porn Studies dans l’art contemporain, mise en spectacle et émancipation du corps pornographié
Émilie Landais

L’étude de l’émergence des Porn Studies, qui ont pour pierres angulaires les revendications féministes et les cultural studies américaines, est essentiellement menée dans le champ de l’art contemporain, à travers quatre étude de cas, qui se proposent ainsi d’analyser l’évolution et la continuité d’une forme de pornographie encore peu connue en France, la post-pornographie féministe.

Abstract

Jimmy Durham, Critic of the Native Artist
Maxence Alcalde

We use to link cultural studies to challenge the “grand récits” mostly inherited from the modern philosophical tradition. This link between modernism and postmodernism has been the subject of many debates in contemporary art. We will try to see how an artist like Jimmie Durham - claiming both an Indian identity and participation in the globalized world of art - manages to combine these two paradigms in principle contradictory. 

 

Anish Kapoor’s Works seen by Homi Bhabha : hermeneutic of an interpretation

The critical analysis of the bibliography of Anish Kapoor’s work reveals a eurocentrist reading of an artist associated by Western critics with Abstract Expressionism, Minimalism and New British Sculpture.

The interpretations call in the concept of the Sublime, Nothingness and of the uncanny. After 1998, the post-colonial academic Homi Bhabha becomes Kapoor’s preferred interpreter. Bhabha mostly poetic and metaphorical writing implicitly call in the concepts he has developped in his Landmark book The Location of Culture (Routledge 1994). This essay purports to reveals the concepts associated with subaltern studies in Bhabha’s reading of Kapoor’s works. 

 

Huang Yong Ping and Contemporary Art
Shiyan Li

The old chinese thought is at the heart of the art of scholars. Contemporary Chinese artists have been influenced by Western modern art and, for the last thirty years, by contemporary art. Some of these artists have succeeded in using thought nourished by tradition in order to examine this new field. The processes of Huang Yong Ping corresponds to an acceptance of a reality itself subordinated to the breathing of the world. Huang Yong Ping provides one example of an approach in which the questions of identity and of dialogue with the West find its overcoming in a strategy disclaiming the dualism which usually prevails in this kind of debate. 

 

Création chorégraphique contemporaine, enjeux d’une reconnaissance en contexte postcolonial
Annie Bourdié

Au début des années quatre-vingt, la France fut le foyer d’émergence d’une nouvelle danse qui allait se répandre internationalement. Aujourd’hui la danse contemporaine est un style reconnu internationalement  tout en faisant partie du patrimoine culturel français. Dix ans plus tard, dans un monde en proie à de grands bouleversements la France commençait à repenser sa politique de coopération vis-à-vis de l’Afrique en s’investissant dans le domaine de la promotion des arts contemporains sur le continent. Les arts chorégraphiques envisagés dans  une perspective contemporaine étaient alors peu développés sur place. Dans un contexte postcolonial il est intéressant de se demander comment et pourquoi ils sont apparus jusqu’à devenir aujourd’hui une des formes d’expression contemporaine les plus développées et les mieux soutenues par la France. La question est de savoir comment les artistes arrivent à composer avec cette situation et s’ils parviennent à trouver une expression artistique qui leur est propre. 

 

Les Porn Studies dans l’art contemporain, mise en spectacle et émancipation du corps pornographié
Émilie Landais

L’étude de l’émergence des Porn Studies, qui ont pour pierres angulaires les revendications féministes et les cultural studies américaines, est essentiellement menée dans le champ de l’art contemporain, à travers quatre étude de cas, qui se proposent ainsi d’analyser l’évolution et la continuité d’une forme de pornographie encore peu connue en France, la post-pornographie féministe.

Marges

Abonnement

  Version papier (hors frais d'envoi)Version numérique
Abonnement d'un an21.00 €Ajouter au panier
Abonnement de 2 ans42.00 €Ajouter au panier

Présentation

Marges paraît deux fois par an.
Langue de rédaction des articles : français

La revue publie des articles de jeunes chercheurs de toutes origines sur des thématiques couvrant les différents champs de la création et de la pensée contemporaines. Ainsi que son titre l'évoque, sa principale orientation vise à confronter et mettre en mouvement des approches interdisciplinaires.

Responsable de la publication
Jérôme Glicenstein

Comité de rédaction
Angelica Gonzalez (Université Paris 8)
Clémence Imbert (Université Paris 8)
Emeline Jaret (Université Paris 4)
Sophie Lapalu (Université Paris 8)
Anaël Marion (Université Paris 7)
Stéphane Reboul (Université Paris 1)
Umut Ungan (EHESS)

Revue semestrielle.