Presses Universitaires de Vincennes


Bibliographie de Max Diesenberger

Réforme(s) et hagiographie en occident du VIe au XIIIe siècle
  • Auteur : Collectif
  • Revue : Médiévales n° 62
  • Nombre de pages : 196
  • Langues : Française
  • Paru le : 10/05/2012
  • EAN : 9782842923464
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 0751-2708
    • CLIL :
    • ISBN-10 : 978-2-84292-346-4
    • ISBN-13 : 978-2-84292-346-4
    • EAN-13 : 9782842923464
    • Format : 155x220mm
    • Poids : 326g
    • Illustrations : Non
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 10/05/2012
    •  
    • Support : PDF
    • ISBN-13 : 978-2-84292-323-5
    • EAN-13 : 9782842923235
    • Taille : 3 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Non
    • Paru le : 10/05/2012
    •  

Réforme(s) et hagiographie en occident du VIe au XIIIe siècle

N°62/2012

Les meilleurs spécialistes français et étrangers abordent les rapports complexes, entre les idéaux réformateurs à l'œuvre dans l'église médiévale, et l'écriture hagiographique, entre le VIe et le XIIIe siècle.

Les vagues successives de réforme de l’église se sont accompagnées, tant au sein des institutions ecclésiastiques, que pour l’ensemble des fidèles, d’un renouveau du culte des saints et de la production hagiographique.  
Inversement, et paradoxalement, les hagiographes se sont saisis de l’occasion pour transmettre et, dans certains cas, élaborer les idéaux réformateurs de leur temps.  
Ce dossier montre que la perception et les représentations des nouveaux modèles de sainteté demeurent un enjeu crucial pour tous les types de réformes. En raison même de sa diversité et de son caractère parfois insaisissable, le discours hagiographique constitue donc un laboratoire idéal pour observer les multiples façons dont se construit la légitimité d’une réforme, entre le VIe et le XIIIe siècle.

Coordinateur(s) du numéro :
Stéphane Gioanni |

Charles Mériaux |
Auteur(s) :
Max Diesenberger |
Bruno Dumézil |
Anne-Marie Helvétius |
Patrick Henriet |
Dominique Iogna-Prat |
Marie Isaïa |
Sylvie Joye |
Klaus Krönert

SommaireRésuméAbstractExtrait(s)Collection/Abonnement

Mots-clés : Archevêque | Bavière | Candidus (Brun) | Église | Érémitisme | Grand (Grégoire le) | Hagiographie | Lyon | Manuscrit(s) | Moyen Âge | Occident | Réforme | Religion | Rome | Saints | Salzburg | Voragine (Jacques de)

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo




Sommaire


Avant-propos
Stéphane Gioanni et Charles Mériaux



Les Dialogues de Grégoire le Grand et leur postérité : une certaine idée de la réforme ?
Bruno Dumézil et Sylvie Joye

Hagiographie et réformes monastiques dans le monde franc du VIIe siècle
Anne-Marie Helvétius

Réformer la vie monastique ou réformer l’Empire ? La Vie d’Eigil de Fulda par Brun Candidus (vers 840)
Klaus Krönert

Hagiographie et réforme en Bavière au tournant des VIIIe-IXe siècles
Maximilian Diesenberger

L’hagiographie contre la réforme dans l’Église de Lyon au IXe siècle
Marie-Céline Isaia

Les trois voies de la réforme dans l’hagiographie érémitique du XIIe siècle. Enquête sur la Vita Bernardi Tironensis (BHL 1251)
Patrick Henriet

Célébrer l’église, réformer la personne : la fête de la dédicace d’église dans La Légende dorée de Jacques de Voragine
Dominique Iogna-Prat



ESSAIS ET RECHERCHES


Pillages et butins dans la représentation du pouvoir à l'époque carolingienne
Rodolphe Keller

Stratégies spatiales et temporelles dans la composition poétique et musicale des conductus parisiens au début du XIIIe siècle
Anne-Zoé Rillon-Marne



POINT DE VUE


Rome au Moyen Âge
Sylvain Parent

Notes de lecture
Livres reçus

Résumé

Maximilian Diesenberger

Hagiographie et réforme en Bavière à la fin du VIIIe siècle

Les textes hagiographiques trouvent de nouvelles significations lors des périodes de grandes transformations sociales et politiques comme la Bavière en a connues dans les dernières décennies du viiie siècle. Après la chute du duc Tassilon III en 788 et l’avènement d’une période d’instabilité juridique dans la principauté, la Vie de saint Rupert a été remaniée à Salzbourg afin d’accompagner la confirmation des titres de propriété de l’église cathédrale. L’érection de Salzbourg comme siège métropolitain en 798 entraîna la composition d’un nouveau texte destiné à cimenter l’unité de la province autour de son nouvel archevêque, Arn. Au même moment, une collection de Vies d’évêques gaulois et francs a été rassemblée pour modeler les comportements des suffragants dans le sens de la réforme voulue par Arn. Dans les premières décennies du ixe siècle, une sélection d’Actes de martyrs fut aussi introduite dans un sermonnaire afin de diffuser de nouveaux modèles sociaux et politiques à destination cette fois-ci d’un public de grands aristocrates laïcs.

 

Bruno Dumézil et Sylvie Joye

Les Dialogues de Grégoire le Grand et leur postérité : une certaine idée de la réforme ?

La réforme selon Grégoire le Grand, à la frontière entre l’Antiquité et le Moyen Âge, correspond à une volonté d’organisation et de correction, de remise en ordre, sans référence explicite ou régulière à un retour à une forme de communauté primitive idéale. Il s’agit davantage d’une remise en ordre morale du monde laïc, sur le modèle de ce monde monastique qui est, lui, le modèle très actuel dans lequel Grégoire s’est épanoui. L’hagiographie est bien propre à traiter ces aspirations, dont la radicalité est exprimée par la multiplicité et l’importance des miracles. Alors que leur abondance a longtemps jeté un doute sur la valeur des Dialogues, il conviendrait de considérer ces miracles plutôt comme les armes de Grégoire pour réformer les communautés chrétiennes. Le succès des Dialogues est d’emblée immense. Par l’étude de trois textes qui s’inspirent directement de ceux-ci (les Vies des Pères de Mérida, la Passion de Praejectus) ou traitent sur un mode hagiographique de la figure de Grégoire (la première Vie de Grégoire le Grand), on peut voir comment ces aspirations à une réforme sont reprises, ou non, dans l’hagiographie du siècle suivant.

 

Anne-Marie Helvétius

Hagiographie et réformes monastiques dans le monde franc au VIe siècle

Tandis que cohabitent diverses formes de monachisme dans le monde franc du viie siècle, le rôle politique des monastères ne cesse de croître grâce au soutien des rois et de l’aristocratie. Une série de récits hagiographiques témoignent du lien étroit qui s’établit entre réforme monastique et unification politique. Dans cette perspective, la réforme acquiert parfois une dimension universelle : au-delà de la vie commune des moines, ce sont les valeurs chrétiennes et donc le comportement de tous les chrétiens que les hagiographes cherchent à corriger. La diversité des modèles présentés dans ces sources reflète celle des intérêts variés que ces textes servaient à défendre, y compris sous la plume d’un même auteur, comme en témoigne le cas de Jonas de Suse.

 

Marie-Céline Isaïa

L'hagiographie contre la réforme dans l'église de Lyon au IXe siècle

L'hagiographie, qui devient avec la fin du ixe siècle un discours normatif et le moyen d'inciter à la réforme monastique (Hincmar, Adon), n'est pas utilisée de la même façon par les réformateurs carolingiensde la première moitié du ixe siècle. Elle traduit plutôt la réticence de certaines communautés face à cette réforme permise par l'appesantissement de l'autorité épiscopale : l'attachement des chanoines de Saint-Just par exemple à des cultes anciens (saint Galmier, saint Just) et aux textes archaïques qui les mentionnent, peut témoigner d'une forme de résistance passive face à une réforme voulue par Leidrade et Charlemagne.

 

Patrick Henriet

Les trois voies de la réforme dans l'hagiographie érémitique du XIIe siècle : enquête sur la Vita Bernardi Tironensis (BHL 1251)

Cet article étudie le concept de réforme dans la Vita Bernardi Tironensis (BHL 1251), un texte consacré au fondateur de l’abbaye de Tiron (région du Perche), Bernard d’Abbeville († 1116 ou 1117), et rédigé par le moine Geoffroy le Gros entre 1137 et 1149. On a voulu ici prolonger une réflexion entamée ailleurs sur le concept de réforme en contexte « grégorien ». La Vita Bernardi, consacrée à l’un des plus célèbres Wanderprediger actifs au tournant des xie et xiie siècle, célèbre en particulier pour ses interventions contre le mariage des prêtres, développe-t-elle le concept d’une reformatio de l’Église universelle, ou privilégie-t-elle un cadre local  et une conception plus traditionnelle de la re-formatio comme conversion individuelle et retour à Dieu ? Dans cette optique, on étudie successivement la réforme intérieure, celle des institutions particulières (les monastères), et enfin celle de l’Église dans son ensemble. Sans minorer l’originalité de cette remarquable Vita, à bien des égards très différente de celles que produisaient, par exemple, les milieux clunisiens quelques décennies plus tôt, on insiste pour terminer sur le fait qu’il convient sans doute de parler ici, au moins autant que d’une hagiographique au service de la réforme, d’une certaine instrumentalisation de l’idéal réformateur, mis au service d’une construction mémoriale locale.

 

Dominique Iogna-Prat

Célébrer l'église, réformer la personne : la fête de la dédicace d'église dans La Légende dorée de Jacques de Voragine

La sainteté dont il est question dans cette étude est largement paradoxale dans la mesure où la tradition chrétienne a fait d’un objet (l’église, honorée comme un saint à l’occasion de l’anniversaire de la fête de dédicace) un véritable sujet. En célébrant, comme le fait Jacques de Voragine dans la Légende dorée, une église « anthropisée » c’est la personne même du fidèle qu’il s’agit de réformer.

 

Klaus Krönert

Réformer la vie monastique ou réformer l'Empire ? La Vie d'Eigil de Fulda par Brun Candidus (vers 840)

Quelle fonction la Vie d’Eigil de Fulda rédigée vers 840 par Brun Candidus pouvait-elle avoir dans la société de l’époque ? Le texte (BHL 2440-2441) relate de manière détaillée, en prose et en vers avec de surcroît une série d’enluminures, la situation critique que la communauté de Fulda a connue lors des réformes de 816/817 sous l’abbatiat de Ratgar, la destitution de ce dernier par Louis le Pieux, l’élection du nouvel abbé, Eigil, ainsi que son abbatiat qui parvint à sortir la communauté de la crise. Eigil est décrit comme un abbé qui a dirigé ses moines avec amour, sagesse et fermeté, qui a été à l’écoute des frères et qui a parfaitement répondu aux exigences de l’empereur, de sorte qu’il fît régner la paix et la concorde. Ce n’est cependant pas la crise de 816/817 qui préoccupait Brun Candidus lors qu’il écrivit cette Vie, mais les crises dans lesquelles la communauté de Fulda et l’Empire se trouvaient plongés dans les années 830 : les conflits liés aux thèses hérétiques du moine Gottschalk et la guerre civile entre Louis le Pieux et ses fils. À tous les acteurs de cette nouvelle période sombre, l’hagiographe proposait un modèle de bonne gouvernance, fondée sur la concorde, la charité, la sagesse, mais aussi sur la pratique de la correction et la recherche du consensus.

 

 


Abstract

Maximilian Diesenberger

Hagiography and reform in 8th and 9th century Bavaria

Hagiographical texts are finding new meaning in times of great social and political changes. That was the case of Bavaria in the last decades of the 8th century. After the fall of duke Tassilo III in 788 and the advent of a period of legal instability, the Life of Saint Rupert in Salzburg has been rewroten to confirm the properties of the cathedral. The erection of Salzburg as a metropolitan see in 798 led to the composition of a new text to cement the unity of the province around its new archbishop, Arn. At the same time, a collection of Lives of gallic and frankish bishops was collected to model the behavior of the bavarian bishops in the direction of the reform desired by Arn. In the first decades of the 9th century, a selection of Acts of martyrs was also introduced into a sermon collection to disseminate new models of social and political practices into an audience of lay aristocrats.

 

Bruno Dumézil and Sylvie Joye

Gregory the Great’s Dialogues and their legacy : something like reform ?

Reform, according to Gregory the Great, between Antiquity and Middle Ages, must be understood as a will of organization and correction, of restructuration, without a strong reference to the apostolic golden age of an ideal primitive community. It deals much more with a moral reform of the lay world, based on the model of monastic world. That was indeed the very model in which Gregory found his full bloom earlier. Hagiography is a very appropriate genre to express these aspirations, as the multiplicity and the importance of the miracles is a proper way to show their radicality. The Dialogues’ authenticity was questioned for long because of the many miracles, nevertheless these should better be understood as Gregory’s arms to reform christian communities. The Dialogues’ success is huge at once. A study about three texts either directly inspired by the Dialogues (Vitae sanctorum patrum Emeretensium, Vita Praeiecti) or dealing with Gregory’ life itself (Vita Gregorii) allows us to see whether hagiography of the next century resumed the aspirations to reform or not.

 

Anne-Marie Helvétius

Hagiography and monastic reforms in the seventh century Frankish world

During the 7th century, the Frankish world hosted various forms of monasticism; meanwhile, as kings and the aristocracy supported the monasteries, their political role continuously grew up. A range of hagiographic narrative stresses out the close link between monastic reform and political unification. In this prospect, monastic reform sometimes aimed a larger audience: beyond the monastic way of life, the hagiographers define a system of Christian virtues that would be able to correct the behaviour of every faithful. In this matter, hagiographical sources offer a wide diversity of conceptions as they supported various peculiar interests; this seems obvious when we read an author like Jonas of Susa.

 

Marie-Céline Isaïa

Hagiography and resistance to reform in the Bishopric of Lyon (9th century)

Hagiography becomes with the late ninth century a normative discourse and the means of monastic reform (Hincmar, Adon): curiously, during the first half of the ninth century, it is not used on the same way by Carolingian reformers. On the opposite, it may reflect the reluctance of some communities against this reform imposed by the episcopal authority: for example, the attachment of the canons of Saint-Just to their ancient patrons (St. Galmier, St. Just) and to their archaic Vitae may reflect a form of passive resistance against the reform desired by Charlemagne and Leidrade

 

Patrick Henriet

The three ways of reform in eremitic hagiography of the 12th century. Some reflections about the Vita Bernardi Tironensis (BHL 1251).

This paper deals with the concept of reform in the Vita Bernardi Tironensis (BHL 1251), a text about the founder of Tiron’s abbey, Bernard of Abbeville(† 1116 or 1117) written by the monk Geoffroy “the Fat” between 1137 and 1149. I tried here to follow some reflections that I begun elsewhere about the concept of reform in the « gregorian context ». We try to see if the Vita Bernardi, devoted to one of the most famous Wanderprediger of the 11-12th centuries, a man renowned for his fight against married priests, develops the concept of a reformatio of the universal Church, or if at the contrary it favors a local framework and a more traditional conception of the re-formatio, understood as an individual conversion and a return to God. With this in mind, I study successively interior reform, reform of the monasteries and at last reform of the whole Church. Without reducing the originality of this most remarkable Vita, in many ways quiet different of “cluniac” hagiography, I insist in the ending on the fact that it is accurate to speak not so much of an hagiography serving the Reform, but at the contrary of a kind of instrumentalization of the Reform ideal, used to serve a memorial and local purpose.  

 

Dominique Iogna-Prat

Celebrating the church, reforming the person. The feast of the dedication of a church in the Golden Legend of Jacques de Voragine

The sort of sanctity that this study addresses is paradoxical in that the Christian tradition makes of an object (a church, honored as if a saint on the occasion of the anniversary of the feast of its dedication) a veritable subject. As Jacques de Voragine did in his Golden Legend by celebrating an “anthropomorphized” church, the reform implied by the dedication is of the very person of the church’s faithful.

 

Klaus Krönert

Reforming monastic life or reforming Empire ? The Life of Eigil of Fulda by Brun Candidus (c. 840)

The Life of Eigil of Fulda written by Brun Candidus (about 840) – is focused on the function that this Life, which is devoted to the fourth abbot of Fulda, had in the society of that time. The text (BHL 2440-2441) relates, with many details, in prose and in verses and illustrated by a series of miniatures, the critical situation which the community of Fulda had experienced during the reform of 816/817 under abbot Ratger, his deposition by Louis the Pious, the election of a new abbot, Eigil, and how the latter succeeded in guiding his community out of the crisis. Eigil is described as an abbot who was leading his monks with love, wisdom and firmness, who was listening to his brothers and who came up the expectations of the emperor, so that he restored peace and concord. However, it was not the crisis of 816/817 that was worrying Brun Candidus, when he was writing this Life, but new crises in which the community of Fulda and the Empire were involved in the third decade of the 9th century: the conflict concerning the heretic positions of the monk Gottschalk and the civil war among Louis the Pious, his sons and their allies. The hagiographer proposed to all these actors of this new dark period a model of a good government, founded on concord, charity, wisdom, the practice of correction and the quest for consensus.

Médiévales
Langue Textes Histoire

Abonnement

  Version papier (hors frais d'envoi)Version numérique
Abonnement d'un an28.00 €Ajouter au panier
Abonnement de 2 ans56.00 €Ajouter au panier

Présentation

Médiévales paraît deux fois par an.
Langue de rédaction des articles : français

La revue, créée en 1982, entend rester un lieu de rencontre entre des médiévistes de générations et d'origines diverses. Sur des thèmes successifs elle présente des points de vue et des écritures venant d'horizons disciplinaires variés. Par là elle ouvre notre curiosité et rénove notre connaissance du Moyen Âge.

This journal means to remain a meeting place for medievalists of different generations and backgrounds. It presents points of view on recurring themes and studies from varied disciplines. It opens our curiosity and renews our knowledge of the Middle Ages.

Directrice de la rédaction : Laurence Moulinier-Brogi.
Rédacteurs en chef : Danièle Sansy et Christopher Lucken.
Comité de rédaction : Didier Boisseuil, Nathalie Bouloux, Boris Bove, Alban Gautier, Stéphane Gioanni, Didier Lett, Fanny Madeline, Marilyn Nicoud, Mireille Séguy, Malcom Walsby, Nicolas Weill-Parot.

Revue soutenue par l'Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.