Presses Universitaires de Vincennes


Bibliographie de Mark Csikszentmihalyi

Divination et rationalité en Chine ancienne
  • AJOUTER AU PANIER
  • Livre broché : Épuisé
  • Auteur : Collectif
  • Revue : Extrême-Orient, Extrême-Occident n° 21
  • Nombre de pages : 176
  • Langues : Française
  • Paru le : 10/10/1999
  • EAN : 9782842920630
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 0754-5010
    • CLIL : 4036 Asie
    • ISBN-10 : 2-84292-063-5
    • ISBN-13 : 978-2-84292-063-0
    • EAN-13 : 9782842920630
    • Format : 155x220mm
    • Illustrations : Non
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 10/10/1999
    •  

Divination et rationalité en Chine ancienne

N°21/1999

Divination par l'os ou par l'écaille de tortue, déchiffrement des signes oraculaires, histoire des techniques divinatoires et médecine, impact de l"activité divinatoire sur le droit... Autant d'axes de réflexion sur la divination et la rationalité en Chine ancienne.

Dans la lignée et à la suite des travaux menés ultérieurement sur les pratiques divinatoires , les auteurs de ce numéro s'interrogent sur les éléments qui les constituent (nature des signes, technique de lecture de ces signes, mode de raisonnement pour leur interprétation; etc.) et sur les processus historiques qui les traversent.

Coordinateur(s) du numéro :
Karine Chemla |

Donald Harper |
Marc Kalinowski |
Auteur(s) :
Jérôme Bourgon |
Mark Csikszentmihalyi |
Redouane Djamouri |
Jean-Jacques Glassner |
Donald Harper |
John Henderson |
Marc Kalinowski |
Jean Levi |
Geoffrey Lloyd

SommaireRésuméAbstractCollection/Abonnement

Mots-clés : Asie | Chine | Divination | Droit | Extrême-Orient | Grèce ancienne | Histoire | Huangdi neijing | Interculturalité | Médecine | Mésopotamie | Rationalité | Religion | Rhétorique | Yijing | Zuozhuan

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo




Sommaire

 Karine Chemla et Marc Kalinowski
Présentation : divination et rationalité en Chine ancienne

 

I. Pratiques discursives

 

Redouane Djamouri
Écriture et divination sous les Shang

 

Marc Kalinowski
La rhétorique oraculaire dans les chroniques anciennes de la Chine. Une étude des discours prédictifs dans le Zuozhuan

 

Jean Levi
Pratiques divinatoires, conjectures et critique rationaliste à l'époque des Royaumes Combattants

 

John Henderson
Divination and Confucian Exegesis

 

 

II. Techniques symboliques

 

Donald Harper
Physicians and Diviners : The Relation of Divination to the Medicine of the Huangdi neijing (Inner canon of the Yellow Thearch)

 

Mark Csikszentmihalyi
Severity and lenience : Divination and law in early imperial China

 

Jérôme Bourgon
Le rôle des schémas divinatoires dans la codification du droit chinois. À propos du Commentaire du code des Jin par Zhang Fei

 

 

III. Regards extérieurs

 

Jean-Jacques Glassner
Questions mésopotamiennes sur la divination

Geoffrey Lloyd
Divination : traditions and controversies, Chinese and Greek

 

Résumés en français
English Summaries

Résumé

 

Redouane DJAMOURI : « Écriture et divination sous les Shang »
Après un bref exposé des principes techniques de la divination par l'os et l'écaille de tortue pratiquée en Chine à la cour des Shang (XIVe-XIe siècle avant notre ère), l'article rappelle les principales tentatives décrivant l'articulation entre cette pratique et les croyances religieuses de l'époque. Par ailleurs, un certain nombre d'observations viennent témoigner du fait que les inscriptions gravées sur les os et écailles en question n'avaient pas en elles-mêmes (dans leur matérialité scripturaire) de valeur divinatoire ou incantatoire. L'hypothèse proposée ici est que l'acte divinatoire dans sa technicité et l'acte scripturaire dans toute sa dimension langagière correspondent à deux artefacts et répondent en fait à deux types différents de rationalité.

Marc KALINOWSKI : « La rhétorique oraculaire dans les chroniques anciennes de la Chine. Une étude des discours prédictifs dans le Zuozhuan »
L'article étudie les discours prédictifs dans les Chroniques de Zuo (Zuozhuan ; IVe siècle avant notre ère). Après avoir dégagé les facteurs qui permettent de considérer ces discours comme un genre littéraire particulier, à mi-chemin entre le mode discursif des argumentations de conseillers et le mode oraculaire des consultations divinatoires, il analyse leur incidence sur la composition de l'ouvrage. Puis, l'auteur considère les liens qui existent entre la rhétorique oraculaire des Chroniques, la tradition des scribes préimpériaux et les mouvements d'idées à l'époque des Royaumes combattants.

Jean LEVI : « Pratiques divinatoires, conjectures et critique rationaliste à l'époque des Royaumes Combattants »
En Chine ancienne, il n'y a pas de solution de continuité entre les supputations fondées sur l'analyse des indices fournis par la réalité concrète et le déchiffrement des configurations hexagrammatiques obtenues par la manipulation des bâtonnets d'achillée. Aussi, lorsqu'un Han Fei critique ces pratiques, ce n'est pas seulement la magie et la superstition qui sont visées, mais un mode de connaissance qui prétendrait faire l'économie d'une confrontation avec le réel.

John HENDERSON : « Divination et exégèse »
L'exégèse des classiques confucéens, et en particulier celle du Livre des mutations et des Annales des printemps et automnes, peut être mise en rapport avec les arts mantiques de plusieurs manières : d'abord par le fait de remonter très probablement à des origines divinatoires, puis par le fait de remplir les mêmes fonctions sociales et intellectuelles que la divination, et enfin parce qu'elle repose sur des hypothèses similaires quant à la nature de ses supports (le texte canonique d'une part et le matériau mantique de l'autre).

Donald HARPER : « Médecins et devins : la relation de la divination à la médecine du Huangdi neijing (Livre interne de l'Empereur Jaune) »
Pour ce qui est de leur arrière-plan social et intellectuel, les médecins-auteurs du Huangdi neijing (Livre interne de l'Empereur jaune ; compilé vers le Ier siècle avant notre ère) faisaient partie des mêmes milieux que les devins, les astrologues et les autres spécialistes de savoirs techniques. Une analyse des passages pertinents dans le Livre interne &endash; réalisée à la lumière de manuscrits récemment exhumés traitant de médecine et de divination &endash; montre combien la théorie et la pratique médicales reflétées dans cet ouvrage ont subi l'influence de traditions mantiques contemporaines. Les évidences fournies par les manuscrits permettent une compréhension non seulement nouvelle mais aussi plus juste du Livre interne, tout en situant l'étude du développement de la médecine chinoise ancienne dans une perspective élargie.

Mark CSIKSZENTMIHALYI : « Sévérité et indulgence : divination et loi dans la Chine des débuts de l'Empire »
Même si le rapport entre pratiques juridiques et divinatoires n'apparaît pas dans les codes légaux en tant que tels, ceci ne veut pas dire qu'il n'existait entre elles aucun lien. Un examen des débats sur le bien-fondé des interprétations du résultat de procédures techniques mises en oeuvre dans chaque domaine montre qu'à partir des Han ces pratiques étaient conçues selon des modalités semblables. Un exemple concret de cette ressemblance réside dans l'impact exercé par l'opposition entre le souple et le dur &endash; centrale dans la divination par l'achillée &endash; sur les premiers débats concernant la prise en compte de valeurs éthiques dans le contexte judiciaire.

Jérôme BOURGON : « Le rôle des schémas divinatoires dans la codification du droit chinois. À propos du Commentaire du code des Jin par Zhang Fei »
Ce n'est qu'à partir du IIIe siècle de notre ère que les lois pénales chinoises ont été véritablement codifiées. L'exégèse du Yijing par l'école des Mystères a inspiré à Zhang Fei trois principes qui furent à la base de la codification classique des Tang : grâce à sa structuration interne le code fournit un ensemble complet suffisant à couvrir toutes les infractions ; les châtiments suivent des règles permettant de mettre toutes les parties du code en cohérence ; les lois recèlent des "raisons" permettant de les appliquer aux cas imprévus.

Jean-Jacques GLASSNER : « Questions mésopotamiennes sur la
divination »
Quelques jalons pour une approche comparative des divinations chinoises et mésopotamiennes : mobiles de l'invention de l'écriture, l'écriture comme gamme de techniques aptes à créer des possibilités nouvelles d'action sociale, rôles respectifs du roi et de l'exorciste, divination et rationalités multiples, divination et écriture de l'histoire.

Geoffrey LLOYD : « Divination : traditions et controverses en Chine et en Grèce »
L'auteur rappelle les enjeux du programme d'étude de la divination lancé dans les années 50 et oriente son examen comparatif vers la distribution des rhétoriques les plus souvent mobilisées par divers groupes sociaux, en Chine et en Grèce, pour marquer la continuité ou l'opposition de leurs activités avec les pratiques divinatoires. À cette fin, il fait le tour des sources grecques disponibles, évoque la diversité des attitudes vis-à-vis de la divination et souligne comment une rhétorique assez généralisée de démarcation, servie par le développement d'analyses épistémologiques, recouvre parfois une réelle continuité de manières de faire.

Abstract

Redouane DJAMOURI : « Writing and divination during the Shang dynasty »
After a brief exposition of the main techniques of divination using bones and tortoise shells which were practised during the Shang dynasty (14th-11th century B.C.) in China, this article reviews the main endeavours to describe the relationship between this practice and the religious beliefs of that period. It is shown that pieces of evidence bear witness to the fact that the inscriptions engraved on bones and shells were not in themselves of the nature of divinations or incantations according to their textual characteristics. The hypothesis proposed here is that the act of divination in its practice and the act of writing from all its linguistics dimensions correspond to two artefacts and correlate in fact to two different types of rationality.

Marc KALINOWSKI : « The oracular rhetoric of the Zuo Chronicle »
This article is a study of predictive discourse in the Zuo Chronicle attached to the Spring and Autumn Annals (ca. fourth century B.C.). After ascertaining features of this type of discourse that place it as a literary genre halfway between the discursive arguments of counsellors and the oracular pronouncements in divinatory consultations, the author analyses its bearing on the composition of the work as a whole. Then, he examines the links between the oracular rhetoric of the Chronicle and the role of scribes in pre-imperial China on one side, and the intellectual trends during the Warring States period on the other.

Jean LEVI : « Divinatory practice, conjecture and rationalist criticism during the Warring States period »
In ancient China, there is a continuity between the evaluation of hints furnished by reality and the decipherment of hexagrams obtained by means of milfoil divination. Thus when someone like Han Fei criticizes divination, his goal is not only magic and superstition, but a mode of knowledge that claimed to offer a shortcut to the confrontation with reality.

John HENDERSON : "Divination and Confucian Exegesis »
Exegesis of the Confucian classics, especially of the Changes Classic (I-Ching ) and the Spring and Autumn Annals (Ch'un-ch'iu ), is connected to the arts of divination in several ways : it may be plausibly traced back to divinatory origins, may perform some of the same social and intellectual functions as divination, and is based on similar assumptions about the nature of the source (the classic or the divinatory set).

Donald HARPER : « Physicians and Diviners : The Relation of Divination to the Medicine of the Huangdi neijing (

Extrait(s)

Extrême-Orient, Extrême-Occident
Cahiers de recherches comparatives

Abonnement

  Version papier (hors frais d'envoi)Version numérique
Abonnement d'un an20.00 €Ajouter au panier
Abonnement de 2 ans28.00 €Ajouter au panier

Présentation

Extrême-Orient Extrême-Occident paraît une fois par an.
Revue bilingue : langue de rédaction des articles ; français et anglais

La revue consacre chaque numéro à un thème ou une question (la divination, le divertissement, le politique, l’art des jardins, l’existence d’une philosophie chinoise, etc.) intéressant l’ensemble des productions culturelles du monde sinisé (Chine, Corée, Japon, Viêt Nam). Les différentes contributions élaborent par convergence des éléments de réponse à partir des horizons et des savoirs les plus divers. L’ensemble est traditionnellement offert, pour clore le volume, à la réflexion d’un « regard extérieur » qui les met en perspective avec des travaux menés sur des questions similaires dans les civilisations d’« Extrême-Occident ».


Annual magazine : 1 number a year
Bilingual magazine: french and english

Each issue of Extrême-Orient Extrême-Occident is devoted to a single theme or a central question dealing with Chinese civilisation and its cultural sphere of influence (China, Korea, Japan, Vietnam). Recent issues focused on divination, garden culture, politics, entertainment and the existence of a Chinese philosophy. Contributors examine a common topic from a wide variety of angles and disciplinary approaches. Each volume concludes with an « exterior viewpoint » which offers a comparative comment on the subjects explored through the lens of Western traditions.

Revue fondée par François Jullien (1982)

Rédacteurs en chef : Matthias Hayek et Pierre-Emmanuel Roux (Université Paris Diderot, Paris 7)

Comité de pilotage : Caroline Bodolec (CNRS-École des Hautes Études en Sciences Sociales), Pierre Marsone (École Pratique des Hautes Études), Romain Graziani (École normale supérieure de Lyon et Institut universitaire de France), Annick Horiuchi (Université Paris Diderot, Paris 7).