Presses Universitaires de Vincennes


Bibliographie de Martine Courtois

Ce que le poème dit du poème
  • Auteur : Collectif
  • Collection : L'Imaginaire du Texte
  • Nombre de pages : 224
  • Langues : Française
  • Paru le : 10/06/2005
  • EAN : 9782842921682
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 0986-5152
    • CLIL : 3435 LITTÉRATURE GÉNÉRALE
    • ISBN-10 : 2-84292-168-2
    • ISBN-13 : 978-2-84292-168-2
    • EAN-13 : 9782842921682
    • Format : 137x220mm
    • Poids : 324g
    • Illustrations : Non
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 10/06/2005
    •  

Ce que le poème dit du poème

Segalen, Baudelaire, Callimaque, Gauguin, Macé, Michaux, Saint-John Perse

Au rebours de l’usage qui consiste à produire des discours critiques destinés à éclairer le poème de leur lumière singulière, il est ici question de puiser dans le poème lui-même l’énergie et la pensée de sa propre interprétation.

 Le pari n’est pas neuf, et en un sens, c’est celui que tiennent toujours les grands lecteurs de poésie. Mais à travers les détours rhétoriques dont il est capable, chaque poème offre également une vision plus vaste, touchant au fait poétique lui-même, à la compréhension duquel il entend nécessairement apporter son tribut. Ainsi en va-t-il tout particulièrement de l’œuvre de Segalen qu’on a prise ici comme un observatoire de la modernité poétique tentant de se connaître, pour ainsi dire, en acte. En amont, avec Callimaque et Baudelaire, comme en aval (Saint-John Perse, Henri Michaux, Gérard Macé), on rencontrera les poètes dans ce milieu où la pensée s’unit au mouvant, où, hors de toute intention théorique, elle retrempe au sensible le regard qu’elle porte sur ce qu’elle accomplit.

Coordinateur(s) du numéro :
Christian Doumet |

Anne-Elisabeth Halpern |
Auteur(s) :
Didier Alexandre |
Daniel Bougnoux |
Colette Camelin |
Martine Courtois |
Marie Dollé |
Anne Gourio |
Karine Gros |
Jean-François Jeandillou |
Michael Kelly |
Sophie Labatut |
Maxime Laurent |
Jean-François Louette |
Carla van den Bergh

SommaireCollection/Abonnement

Mots-clés : Baudelaire (Charles) | Callimaque | Esthétique | Gauguin | Macé (Gérard) | Michaux (Henri) | Modernité | Poésie | Poétique | Saint-John Perse | Sculpture | Segalen (Victor)

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo

Dernières nouveautés




Sommaire

Avant-propos
Anne Elisabeth HALPERN et Christian DOUMET

Dire et montrer dans l'esthétique des Stèles
Daniel BOUGNOUX

 

I. Lieux, espaces

Le lieu par excellence
Jean-François JEANDILLOU

Segalen, Michaux : pour approcher une poétique de l'exmatriation
Anne-Élisabeth HALPERN

Traces, passages : le franchisssement du rapide dans Équipée
Marie DOLLÉ

Segalen et Saint-John Perse, poètes chinois ?
Carla VAN DEN BERGH

Plonger dans des abîmes de réflexion, « Perdre le midi quotidien »
Didier ALEXANDRE

« L'habit d'emprunt » : la poésie de Gérard Macé et de Victor Segalen
Karine GROS
 

 

II. Esthétiques

Pensée(s) de la pierre
Anne GOURIO

Entrez dans la danse, voyez comme on danse, ou la ronde de la ronde dans : « Ronde des Immortels » de Peintures
Sophie LABATUT

La sculpture de Gauguin dans les écrits polynésiens de Segalen
Colette CAMELIN

Avatars et limites d'une volonté auratique dans le poème segalenien
Michael KELLY

 

 

III. Poétiques

 

Baudelaire : systèmes, poèmes
Claude Pierre PEREZ

« Moment » : où le poème cela ceci
Martine COURTOIS

L'occasion perdue : Callimaque et Segalen, deux poètes en puissance
Maxime LAURENT

À propos de « Stèle du chemin de l'âme »
Jean-François LOUETTE

Résumé

Abstract

Extrait(s)

L'Imaginaire du Texte

Présentation

Qu'il s'agisse d'une oeuvre singulière ou d'un vaste ensemble de textes, qu'elle interroge un genre littéraire ou une question posée en esthétique, cette collection privilégie l'analyse de l'écriture pour comprendre ce qu'il en est de la littérature. Multiple, paradoxale, l'écriture s'entend ici selon la complexité d'opérations langagières, dans les trajets esquissés comme dans les images qu'elle propose ou qu'elle laisse s'effacer.
C'est donc bien à l'imaginaire qu'on intéresse ici, non pas celui du lecteur ou du scripteur, insaisissable en son principe, mais bien celui, à la fois attesté et dérobé, qu'une langue revêt lorsqu'elle s'expose à l'invention d'une forme.

« Tout le travail des textes, tous les trajets dans l'imaginaire »

Sous la direction de François Noudelman