Presses Universitaires de Vincennes


Bibliographie de Philippe Cantié

Frontières instables
  • Auteur : Collectif
  • Revue : Théorie Littérature Epistémologie n° 18
  • Nombre de pages : 176
  • Langues : Française
  • Paru le : 10/11/2000
  • EAN : 9782842920821
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 1967-5968
    • CLIL : 3146 Lettres et Sciences du langage
    • ISBN-10 : 2-84292-082-1
    • ISBN-13 : 978-2-84292-082-1
    • EAN-13 : 9782842920821
    • Format : 155x220mm
    • Poids : 296g
    • Illustrations : Non
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 10/11/2000
    •  

Frontières instables

N°18/2000

Explorer la notion d'instabilité comme acte de l'écriture, en éclairer le régime dynamique et le rôle dans la production du nouveau, telle est l'ambition de ce numéro.

Les auteurs ont choisi une position frontalière, à l'articulation entre le linguistique et le discursif, le textuel et le visuel, l'instance énonçante et le corps ; ils étudient la variabilité des seuils ; ils essaient de mettre en évidence la manière dont la littérature, empruntant les concepts de la science, lui renvoie comme une fiction d'elle-même.

Coordinateur(s) du numéro :
Noëlle Batt |

Auteur(s) :
Pierre Cadiot |
Philippe Cantié |
Jean-Claude Coquet |
Laurence Dahan-Gaida |
Mathieu Duplay |
Fernand Hallyn |
William Paulson |
Hélène Perrin |
Yves-Marie Visetti

SommaireRésuméAbstractCollection/Abonnement

Mots-clés : Cognition | Dynamique | Frontière | Instabilité | Littérature | Sciences

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo

Dernières nouveautés




Sommaire

 

Nöelle Batt
Présentation


Fernand Hallyn
Une réthorique sans frontière. Le cas de Sadi Carnot

 

Philippe Cantié
Walter Abish ou la contrainte à l'épreuve de l'instabilité

 

Laurence Dahan-Gaida
Complexité neuronale et écriture fragmentaire : Botho Strauss

 

Hélène Perrin
Flou photographique ou les avatars d'un topos

 

Mathieu Duplay
Fiction de la stabilité : Death Comes for the Archbishop de Willa Cather

 

William Paulson
Pour une philologie cosmopolitique

 

Jean-Claude Coquet
Stabilité et instabilité des formes du langage

 

Yves-Marie Visetti et Pierre Cadiot
Instabilité et théorie des formes en sémantique

Résumé

 Philippe CANTIÉ : « Walter Abish ou la contrainte à l'épreuve de l'instabilité »
La revue Formules, consacrée aux littératures à contraintes, se propose dans son dernier numéro d'élaborer une définition de la contrainte, au risque d'en faire un objet en soi. Une telle approche n'accouche au demeurant que d'une série de critères statiques qui, seuls ou en combinaison, ne tardent pas à révéler leurs limites. Afin de renouveler la pensée du texte contraint, longtemps engluée dans la problématique de la contrainte-loi, il importe de dépasser la dimension procédurale et d'envisager la contrainte en tant que vecteur d'instabilité. Le potentiel de dynamisation propre à la contrainte justifie la convocation d'outils conceptuels susceptibles de rendre compte de phénomènes particulièrement complexes. Certaines notions empruntées à la dynamique non-linéaire ou à la réflexion deleuzienne peuvent ainsi permettre de mieux cerner le fonctionnement de textes contraints, comme Alphabetical Africa de Walter Abish. À mesure que s'esquisse une conception dynamique du texte contraint, le projet définitionnel est éclipsé par la question du "faire" de la contrainte, c'est-à-dire des formes d'instabilité qu'elle engendre.

Laurence DAHAN-GAIDA : « Complexité neuronale et écriture fragmentaire : Botho Strauss »
Cet article constitue une tentative de repenser la notion de fragment au-delà de la référence habituelle à la dynamique entre totalité et partie. Cet essai de théorisation s'appuie sur les suggestions contenues dans deux textes récents de Botho Strauss - L'Incommencement (1992) et Le Jeune homme (1984) - qui mettent en oeuvre une esthétique du fragment inspirée du modèle de la complexité neuronale. Dans le cerveau, l'activité cognitive n'est pas le résultat d'opérations successives mais d'interactions locales entre une multitude d'éléments microscopiques. L'émergence de comportements complexes au niveau macroscopique dépend exclusivement de la richesse des relations microscopiques entre ces éléments. De ce modèle, Strauss a tiré une conception du texte littéraire comme un tissu holistique, caractérisé à la fois par sa discontinuité et par son extrême enchevêtrement, dans lequel le lecteur est constamment relié au tout. La cohérence textuelle ne dépend plus ici du déploiement linéaire d'un fil d'action mais elle émerge, avec la soudaineté d'une épiphanie, des feedback que la lecture établit entre des figures textuelles dispersées. Dans ce processus, les zones-frontières entre fragments sont conçues comme des zones d'instabilité où le lecteur, oscillant entre le souvenir et le pressentiment, fait une expérience instantanée du sens. La simultanéité s'affirme ainsi comme une véritable catégorie esthétique, promue par la structure à la fois discontinue et "omniconnectée" du texte par fragments.

Hélène PERRIN : « Flou photographique ou les avatars d'un topos »
Si la fiction moderniste a souvent érigé l'image en paradigme esthétique, la constitution postmoderne du photographique en topos littéraire semble être le lieu d'un rapport plus ambivalent de l'image et du texte. Quelles stratégies la fiction contemporaine peut-elle élaborer face à un mode de représentation qui s'impose comme concurrent déloyal sur quatre fronts à la fois : la mimésis, l'anamnèse, la polysémie, la reproduction ? Une certaine volonté de circonscription semble à être l'oeuvre, qui se traduit généralement par une limitation plus ou moins naïve de la photographie à la représentation d'un monde déjà donné, ou par la transformation de l'image argentique en image rhétorique. Au double cliché de la photographie révélatrice et de la photographie mortifère qu'engendre souvent la métaphorisation des processus physiques et chimiques d'élaboration de l'image, répondent la tactique de l'évitement chez John Updike (The Day of the Dying Rabbit), celle de l'épuisement chez Cynthia Ozick (Shots), celle du renversement chez Raymond Carver (The Viewfinder).

Mathieu DUPLAY : « Fiction de la stabilité : Death Comes for the Archibishop de Willa Cather »
Le début de Death Comes for the Archbishop montre le désarroi d'un missionnaire français qui, habitué à vivre dans un monde soumis à de rigides hiérarchies, fait l'expérience dans le désert du Nouveau-Mexique de la prolifération de quasi indiscernables, posée comme caractéristique de l'espace américain. Le Père Latour surmonte cette difficulté, et sauve du même coup la possibilité de la représentation, en soumettant les collines coniques dont il est entouré à une synthèse imitée de Pascal et des mathématiques baroques : l'arbre cruciforme grâce auquel il recouvre la force de voir et de décrire le monde n'est pas seulement un symbole religieux, mais aussi la figure géométrique qui permet d'articuler l'infini à un centre et de dégager le rapport déterminé d'une série d'indéterminés. Mais la solution de Latour, présentée comme définitive, ne tient pas ses promesses, et l'Amérique échappe à nouveau, dans les dernières pages, à toute perception structurée. Fiction mathématique, l'arbre cruciforme n'est donc au bout du compte que la figure d'une Amérique fictive, d'un possible de l'Amérique que le roman suggère au moment même où il en prend congé.

William PAULSON : « Pour une philologie cosmopolitique »
Le terme de science studies désigne, dans les pays anglo-saxons, des recherches anthropologiques, philosophiques et sociologiques sur les sciences naturelles. Puisque les science studies, comme la science, doivent prendre en compte des réalités infra-culturelles et non humaines, elles peuvent servir de modèle à d'autres sciences humaines, comme la philologie ou les études littéraires, lorsque celles-ci cherchent à situer leur travail dans des contextes qui dépassent les frontières de l'humain et du culturel. À travers des discussions des travaux de Bruno Latour et d'Isabelle Stengers, cet article suggère que les science studies peuvent aider les disciplines littéraires à conceptualiser la référence des textes au monde et la résistance des textes à l'interprétation. Mais ces bénéfices ne peuvent être escomptés qu'au prix d'une intégration des science studies dans des programmes de recherche en philologie.

Jean-Claude COQUET : « Stabilité et instabilité des formes du langage »
L'acte de signifier peut être saisi au moment de sa production ou en tant qu'entité, après avoir été produit. Entité, il relève de la sémiotique des instances. Les formes sont émergentes et instables. En témoignent la prise phénoménologique sur le monde par l'instance corporelle (moment de l'expérience). Une instance seconde, dite judicative, s'efforce ensuite de la fixer (moment de la transmission), d'où ce jeu de bascule instancielle, en principe, sans fin : prise/reprise? ou encore : instabilité/stabilité, instabilité/stabilité?

Yves-Marie VISETTI, Pierre CADIOT : « Instabilité et théorie des formes en sémantique »
Les problématiques phénoménologiques et gestaltistes connaissent actuellement un essor important en linguistique, et l'on est en droit d'en attendre de meilleurs échanges avec les études littéraires et la sémiotique, qui en avaient déjà, de plus longue date, assumé l'héritage. Mais comme on sait, les linguistiques cognitives, et dans une certaine mesure les linguistiques de l'énonciation, ont aussi frayé la voie. Elles ont installé, chacune à leur manière, un analogue du schématisme kantien au coeur de leur dispositif théorique, et développé sur cette base ce que nous pourrions appeler une théorie des formes sémantiques. À cette fin, elles ont introduit des espaces topologiques spécifiquement sémantiques, et cherché à décrire les dynamiques de déformation, et d'instanciation sur ces espaces, des schèmes linguistiques qu'elles postulent. Certains travaux ont fait appel aux concepts d'instabilité et de stabilisation, tels qu'ils ont été repris en sciences humaines depuis la Théorie des Catastrophes de R. Thom et C. Zeeman. L'idée même de grammaire s'en est trouvé déplacée, et l'on a pu parallèlement avancer dans la compréhension du phénomène linguistique de la polysémie, du moins en ce qui concerne une certaine strate grammaticale du sens, dont on repère la trace dans le fonctionnement de marqueurs privilégiés. Mais de quelle instabilité s'agit-il ici ? Sur quel registre de dimensions sémantiques est-elle censée jouer ? Quelle est vraiment, de l'énoncé au texte, la portée de théories construites suivant ces principes ? Peut-on, avec elles, éviter de retomber dans une conception immanentiste de la construction du sens, qui en ferait le résultat de la détermination réciproque, par mise en syntagme, de potentiels déjà donnés en langue ? Nous apportons ici quelques éléments de réponse à ces questions, à partir d'une notion nouvelle de motif linguistique, en réalité l'une des pièces d'un dispositif théorique global, comprenant trois strates ou régimes de sens, appelés motifs, profils et thèmes, qui co-déterminent l'organisation et l'activité sémantiques. On montre, exemples à l'appui, comment la sémantique grammaticale et la sémantique lexicale, dont la séparation ne répond d'ailleurs à aucune nécessité théorique, peuvent y faire écho. Sont également évoquées les contraintes minimales pesant sur toute théorie de la stabilisation des formes sémantiques opérant suivant ces trois régimes, par conséquent d'emblée au palier du texte et du discours.

Abstract

 Hélène PERRIN : « Flou photographique ou les avatars d'un topos »
Whereas modernist fiction often set up images as aesthetic paradigms, the postmodern adoption of photography as a topos seems hinged on a much more ambivalent interaction of word and image. What strategies can contemporary fiction come up with when confronted with a mode of representation that rivals it on four different levels, namely mimesis, anamnesis, polysemy, and reproduction? The prevailing approach seems to be one of containment, which is expressed in a more or less naive dedication of the photograph to the representation of a pre-existing world, or in the translation of the photographic image into a rhetorical image. John Updike (The Day of the Dying Rabbit) skirts the clichés of the revealing photograph and the deadly photograph that often stem from the metaphoric use of the physical and chemical stages of the process. Cynthia Ozick (Shots), on the other hand, plays them up to saturation point and Raymond Carver (Wiewfinder) turns them inside out.

Mathieu DUPLAY : « Fiction de la stabilité : Death Comes for the Archbishop
de Willa Cather »
In the opening pages of Death Comes for the Archbishop, the protagonist, a French missionary accustomed to a rigidly hierarchical world, reacts with dismay when, on a journey across the desert of New Mexico, he is confronted with a landscape where virtually indistinguishable objects proliferate uncontrollably in what is described as a specifically American manner. In order to solve this difficulty and rescue the possibility of representation, Father Latour recalls Pascal and submits the "conical hills" that surround him to the kind of synthesis experimented by Baroque mathematics: the "cruciform tree" that restores his ability to see and describe the world is not just a religious symbol, as it is also the geometrical construction that helps visualize the connection between a central point and the infinite that surrounds it, as well as the representation of the process whereby mathematicians determine the finite ratio of an infinite series of indeterminates. However, Latour's solution turns out to be provisional, since America, at the end of the novel, once more escapes any kind of synthesis. Ultimately, the "cruciform tree" is little more than a mathematical fiction, which explains its role as the symbol of a fictional America, one that the novel nostalgically celebrates even as it takes note of its demise.

William PAULSON : « Pour une philologie cosmopolitique »
Because science studies treat a part of human culture that engages non-cultural reality, they provide a useful model for how other disciplines of cultural study, such as philology or literary study, can take into account the non-cultural dimension of the human environrnent. This article suggests, via discussions of the work of Bruno Latour and Isabelle Stengers, that literary studies can learn from science studies in such key areas as understanding how texts refer to the world and taking seriously the resistance of texts to interpretive projects. Such learning, however, will require the incorporation of science studies into the research programs of philology.

Yves-Marie VISETTI : « Instabilité et théorie des formes en sémantique »
Phenomenological and gestaltist perspectives have become increasingly important in linguistics, which should lead to better exchanges with literary studies, semiotics, and cognitive sciences. Cognitive linguistics, and to a certain extent what is known as linguistique de l'énonciation, have led the way. They have each in their own way established something of a kantian schematism at the center of their theoretical perspective, developing on this basis what we might call a theory of semantic forms. They have introduced genuine semantic topological spaces, and attempted to describe the dynamics of the instantiation and transformation of the linguistic schemes they postulate. Some works have even called on the concepts of instability and stabilization as defined by Thom and Zeeman's Catastrophe theory. As a result, the idea of grammar itself has been modified, and at the same time we have obtained a better understanding of the phenomenon of polysemy, at least as far as this grammatical level is concerned. But what kind of instability are we talking about here? In what semantic register does it come into play? Between enunciation and text, what is the range of the impact of these theoretical principles? Can we, with these kinds of principles, avoid falling into an immanentist conception of the construction of meaning, resulting from a reciprocal stabilization (within phrasal structures) of words considered as self determining linguistic potentials? We offer here a few answers to these questions, based on a new notion, that of linguistic motif, actually the first of three theoretical principles corresponding to three aspects of the construction of meaning called Motifs, Profiles, and Themes. Taken together, they shape linguistic structure and semantic activity. We demonstrate, with numerous examples, how these principles apply in exactly the same way in lexical as well as grammatical semantics. We also sketch the minimal constraints for a theory of the stabilization of semantic forms operating according to these three aspects, and integrated from the very beginning at the level of text and discourse.

Extrait(s)

Théorie Littérature Epistémologie

Présentation

Théorie, Littérature, Épistémologie (anciennement Théorie, Littérature, Enseignement)
Langue de rédaction des articles : français

La revue a pour volonté, d'articuler les études de théorie littéraire et celles menées au sein d'autres disciplines (philosophie, sémiotique, linguistique, épistémologie, théories de la complexité, recherches cognitives...), susceptibles d'éclairer la construction du sens et la dynamique d'écriture dans le texte littéraire. L'accent est mis sur l'étude des rapports entre systèmes scientifiques et pratiques textuelles. Le corpus étudié est principalement, mais non exclusivement, celui de la littérature anglo-saxonne. La perspective est comparatiste.

La revue a cessée définitivement de paraître fin 2014.