Presses Universitaires de Vincennes


Bibliographie de Thérèse Bru

Matière à écrire
  • Auteur : Collectif
  • Collection : Temps & Espaces
  • Nombre de pages : 240
  • Langues : Française
  • Paru le : 27/04/2017
  • EAN : 9782842925833
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 0993-4367
    • CLIL : 3378 Histoire générale et thématique
    • ISBN-10 : 2-84292-583-1
    • ISBN-13 : 978-2-84292-583-3
    • EAN-13 : 9782842925833
    • Format : 137x220mm
    • Poids : 338g
    • Illustrations : Oui
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 27/04/2017
    •  
    • Support : PDF
    • ISBN-13 : 978-2-84292-584-0
    • EAN-13 : 9782842925840
    • Taille : 6 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 27/04/2017
    •  

Matière à écrire

Les échanges de correspondance du XVIe au XIXe siècle

À l’heure des préoccupations relatives à la sécurité de nos communications, l’ouvrage traite des enjeux de la dimension matérielle de ces dernières.

Rien de plus simple, semble-t-il, qu’écrire une lettre, la recevoir, la lire, l’attendre même.
« Matière à écrire » est une investigation matérielle et historique des échanges épistolaires ; des structures de communication aux circuits d’échange, de la lettre et à sa présentation, des dispositifs de codification, de sauvegarde de l’information et de sécurisation des contenus, dans des domaines différents (religion, relations internationales, sciences, économie, commerce arts appliqués).

Coordinateur(s) du numéro :
Thérèse Bru |

Solène de la Forest d'Armaillé |
Auteur(s) :
Pierre-Yves Beaurepaire |
Thérèse Bru |
Solène de la Forest d'Armaillé |
Camille Desenclos |
Jérémie Ferrer-Bartomeu |
Karim Ghorbal |
Emmanuel Lacam |
Anne Lambert |
Audrey Millet |
Olivier Poncet

SommaireRésuméExtrait(s)Collection/Abonnement

Mots-clés : Arts appliqués | Codification | Commerce | Communication | Contenus | Correspondance | Échange | Économie | Écriture | Épistolaire | Lettres | Relations internationales | Religions | Sciences

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo

Dernières nouveautés




Sommaire

Matériel versus idéel
Une autre dimension de l’épistolarité aux âges 
moderne et contemporain
Olivier Poncet   


I.
« Je vous écris » : écrire, signer, 
sceller, timbrer les lettres

Le « tremblé » des correspondances
Information, préparation et projection des décisions politiques 
dans les « bureaux » des secrétaires d’État sous le règne d’Henri III
Jérémie Ferrer-Bartomeu  

Sous le pli du secret
L’apparition des « cachets » de gomme laque 
dans les correspondances diplomatiques (1560-1580)
Solène de la Forest d’Armaillé   


II. 
Transporter l'information, 
transporter les biens

L’infiltration d’un lobby politico-religieux au cœur 
des lieux de pouvoir
Circuits postaux et transport de la correspondance janséniste dans l’Europe méditerranéenne au second XVIIIe siècle (ca 1760-1780)
Emmanuel Lacam   

Cahier iconographique  

Transposer pour mieux transporter
Pratiques du chiffre dans les correspondances diplomatiques 
du premier XVIIe siècle
Camille Desenclos   

III. 
Garder, archiver, transformer

Écrire, dessiner, toucher, compiler
Le Journal d’Henri Lebert entre lettres, 
esquisses et échantillons (1794-1862)
Audrey Millet   

La correspondance marchande, un vecteur éphémère ?
Des us et coutumes mercantiles (fin XVIe- début XVIIe siècle)
Anne Lambert   

Plus vrai que nature : conversion de l’information 
scientifique en objets, conversion des objets en informations 
dans les correspondances en sciences naturelles
(XVIIIe-XIXe siècle, mondes britanniques et français)
Thérèse Bru   

IV. 
Table ronde : 
la matérialité de la correspondance 
à l’épreuve de la méthodologie

La correspondance est-elle une source fiable 
pour l’historien ?
Le cas de l’économiste Josiah Tucker (1713-1799)
Karim Ghorbal 

 
Conclusion
Pierre-Yves Beaurepaire   


Les auteurs   

Résumé

Rien de plus simple, semble-t-il, qu’écrire une lettre, la recevoir, la lire, l’attendre même. Pour autant, les gestes les plus simples doivent-ils être exclus des horizons de l’historien ? Quelles méthodes adopter face à cette matérialité de l’écrit, qui ne se livre qu’en demi-ton ? Telles sont les réflexions qui ont mené les doctorants et jeunes docteurs de l’Université Paris 8 et de l’École nationale des chartes à s’associer pour croiser leur regard sur la matière épistolaire. Les contributions ici rassemblées se penchent tour à tour sur les gestuelles de la correspondance de l’époque moderne, du transport de lettres à l’acheminement d’échantillons scientifiques, du chiffrement à la clôture, de la préservation de la matière à la sécurisation du sens, à travers les méandres des protocoles d'échanhe et des chemins de la réception.

Normalienne et agrégée d'histoire, Thérèse Bru consacre sa thèse aux circulations de données dans les correspondances scientifiques de l'ère moderne. Solène de la Forest d'Armaillé a coordonné le projet de recherche sur la restauration, conservation et valorisation des actes scellés de la Bibliothèque nationale de France (2013-2015)

Abstract

Extrait(s)

Introduction

Matériel versus idéel

Une autre dimension de l’épistolarité
aux âges moderne et contemporain

Olivier Poncet

« L’histoire se fait avec des documents écrits, sans doute. Quand il y en a. Mais elle peut se faire, elle doit se faire, sans documents écrits s’il n’en existe point. Avec tout ce que l’ingéniosité de l’historien peut lui permettre d’utiliser pour fabriquer son miel, à défaut des fleurs usuelles. Donc avec des mots. Des signes. Des paysages et des tuiles. Des formes de champ et des mauvaises herbes. Des éclipses de lune et des colliers d’attelage. Des expertises de pierres par des géologues et des analyses d’épées en métal par des chimistes. En un mot, avec tout ce qui, étant à l’homme, dépend de l’homme, sert à l’homme, exprime l’homme, signifie la présence, l’activité, les goûts et les façons d’être de l’homme. »

Lucien Febvre, 19491.

Les correspondances par les réseaux qu’elles fabriquent et qu’elles portent sont un sujet inépuisable de l’historiographie des périodes moderne et contemporaine, pour lesquelles les archives de cette nature deviennent abondantes, voire surabondantes. De l’école méthodique au linguistic turn en passant par l’École des Annales, il n’est pas de grand courant d’écriture de l’histoire qui n’ait porté une attention spécifique et volontariste à cette source singulière, ce matériau privilégié de l’historien.

Matériau : le mot est lâché. La citation de Lucien Febvre placée en exergue de ce texte rappelle qu’il fut un temps pas si lointain où, pour les tenants d’une histoire renouvelée, la matérialité et son potentiel apport au discours historique étaient nécessairement extérieurs à l’écrit. En dehors de rares travaux d’épigraphistes, de paléographes ou de diplomatistes, cantonnés pour l’essentiel aux périodes antique et médiévale, les éléments concrets du discours épistolaire étaient au pire ignorés, au mieux négligés ou maltraités par les spécialistes des époques les plus récentes. Qu’il s’agisse du support, des dimensions, de la mise en page, de la structuration en chemises, liasses ou registres, tous ces éléments d’appréciation qualitative de l’épistolarité n’étaient et ne sont encore guère pris en compte par les historiens. Tout au plus la signature, ce lien si particulier entre le contenu et le contenant, entre le scripteur et l’individu, entre l’information et la validation, a-t-elle retenu une attention peut-être moins motivée par le questionnement sur l’individuation moderne et l’acculturation à l’écrit que par la fascination exercée par la présence d’une trace censément peu suspecte d’une autographie synonyme de proximité avec l’homme ou la femme surgie du passée2.

Depuis une trentaine d’années, l’historiographie doute. L’épuisement épistémologique des grandes théories explicatives – marxisme, structuralisme – a conduit l’histoire au bord de la falaise, pour reprendre l’expression de Roger Chartier3. Dans un moment où l’histoire se cherche entre mémoire et science et où elle est tiraillée plus que jamais par des enjeux communautaires, religieux ou géo-politiques, quoi de plus rassurant finalement que d’effectuer un retour aux sources et de se livrer à une « nouvelle érudition4 » ? Si les archives et leur fabrique ont une histoire5, les sources écrites en tant que telles ne sont pas qu’un agencement de mots, de lexiques, de syntagmes ou de phrases. Roger Chartier précisément a ainsi mis l’accent, après d’autres dont Henri-Jean Martin6, sur la fabrication matérielle du discours littéraire, sur les aspects concrets de la production des livres, sur les contraintes humaines et techniques qui pèsent sur la composition intellectuelle des ouvrages et dont toute analyse scientifique doit tenir compte pour porter un jugement adéquat sur l’expression d’une pensée portée par ce moyen de communication spécial qu’est le livre imprimé7.

Inversant ici la proposition de l’anthropologue Maurice Godelier8, l’historien est ainsi sommé de faire la part du matériel dans l’idéel, et singulièrement dans ses sources écrites. Si le livre peut aisément être perçu comme un artefact, obéissant à des lois industrielles ou commerciales car il est aussi un objet d’une économie propre9, il n’en va pas de même d’une correspondance manuscrite. Destinée à être échangée – en dehors de certaines situations tenant davantage de l’introspection personnelle ou de l’exercice littéraire –, la correspondance n’est pas objet de commerce, au moins pas de commerce possédant un marché propre et identifié avant l’apparition des ventes d’autographes au xixe siècle10. Pourtant à l’image d’autres documents d’archives où s’épanouit l’initiative individuelle, comme les livres de raison et autres écrits dits du for privé11, les correspondances de toute nature n’échappent pas à l’emprise de contraintes matérielles entendues ici au sens large.

Le support lui-même est un premier élément non négligeable. S’agissant des lettres, depuis le xive siècle, le papier règne en maître quasi absolu, si l’on veut bien exclure les supports extraordinaires rencontrés çà et là au fil de l’histoire, comme cette doublure de pourpoint adressée en trois exemplaires (et donc trois porteurs) et portant les instructions de Gaspard de Coligny aux réformés assiégés dans Rouen par les troupes catholiques au début de la première Guerre de religion le 25 septembre 156212. Que l’on en dispose ou pas, qu’on en dispose en abondance ou en faibles quantités, qu’il soit bon marché grâce à une mécanisation croissante ou rendu onéreux par une fiscalité ad hoc, l’accès au papier est une contrainte qui pèse sur la régularité d’une correspondance, sur la longueur des dépêches, sur la taille des caractères, sur les espaces laissés en blanc, etc. La raréfaction de papier, ou l’absence de production papetière locale peut même amener à une connaissance sensuelle de ce précieux support, comme ces imprimeurs anglais du xvie siècle qui pouvaient « nommer les types de papier selon leur lieu d’origine, comme on le fait pour des variétés de fromage »13.

Afin de satisfaire aux contraintes de la mobilité qu’implique la transmission à distance (y compris courte), le scripteur (ou son assistant) modifie lui-même la forme de son support pour l’adresser plié à son destinataire. S’il peut arriver que l’on réduise le format d’autres documents d’archives pour des raisons diverses (lettres closes de chancellerie, brefs pontificaux, sacs de procès, etc.), la lettre missive l’est en revanche systématiquement. Les pliures sont elles-mêmes un sujet d’interrogation et un indice des méthodes de transport : format standard pour être joint à un paquet de lettres similaires ou taille réduite à l’extrême pour tenir dans une ceinture ou une couture de vêtement et échapper aux inspections trop inquisitrices. À l’occasion, l’expéditeur peut joindre divers objets à son envoi épistolaire, objets précieux – les autorités y sont régulièrement opposées – ou non, comme ces échantillons de tissu (« rayeures des siamoises bleues ») que transmettaient des marchands à leur correspondant de Vabre à la fin du xviiie siècle14.

En outre, il est rare que la lettre missive soit remise directement à son destinataire. Ce dernier peut éventuellement faire attendre une réponse à sa propre lettre qu’il aura fait porter par un messager exprès. Toutefois, la règle générale est de confier son pli à un tiers, qu’il soit de confiance (le fameux « porteur »), ou qu’il s’agisse d’un voyageur de passage, marchand ou autre, qui accepte de se charger d’une lettre supplémentaire pour la joindre à un paquet déjà confectionné. Surtout, la multiplication des pratiques épistolaires a suscité la mise en place de réseaux postaux dès le xive siècle, d’abord à l’usage des pouvoirs politiques et universitaires mais très vite également pour les besoins d’un plus large public. Cette institution postale suscita en retour l’apposition de mentions de destinataire plus détaillées et la présence de signes d’affranchissement de toutes sortes, jusqu’à nos modernes timbres-poste lorsque le port devint standard et fut progressivement, à partir de 1839, à la charge de l’expéditeur, provoquant une hausse considérable du nombre de lettres expédiées et l’explosion du nombre des boîtes à lettres15.

L’espace et le temps dans lequel se meuvent les lettres missives entraînent des pratiques d’écriture qui influent sur leur présentation matérielle. Qu’il s’agisse des écritures codées, du recours à des supports incongrus (cf. supra), de l’obligation parfois de redoubler, voire de tripler l’exemplaire de la lettre en question, quand on n’a pas affaire à une combinaison de plusieurs de ces précautions (une lettre chiffrée envoyée en duplicata par exemple), la lettre missive exprime dans sa matérialité les sentiments de son auteur, de l’angoisse et de la peur de sa perte possible, ou à l’inverse de l’extrême confiance dans les moyens utilisés pour la conjurer.

On n’oubliera pas enfin de revenir sur les questions de mise en page et du rapport du texte à l’image, laquelle n’est toutefois pas en soi autre chose qu’un discours. Passons sur ces prouesses artistiques que constituent les calligrammes ou les lettres-miroirs, comme cette longue lettre de 21 pages du peintre Charles Giraud écrite à Papeete du 15 septembre au 9 octobre 1846 à son ami Harduin à qui il raconte sa vie à Tahiti en illustrant son envoi de sept aquarelles qui rehaussent le texte au fur et à mesure du récit épistolaire16. Dans l’immense majorité des cas, l’écriture des lettres missives obéit à des habitudes d’écriture qui s’affranchissent progressivement des actes diplomatiques pour s’autonomiser dès le xvie siècle, sous l’influence de manuels, de formulaires de lettres mais aussi de recommandations administratives qui acclimatent une complexification des apostrophes et des formules de politesse, une conquête de l’autographie dont l’usage peut avoir valeur de message politique17 et un usage de plus en plus maîtrisé des alinéas, de l’ajout post-scriptum et des espaces laissés en blanc par les scripteurs. En dépit de ce moule épistolaire partagé, qui s’impose à l’échelle de l’Europe occidentale, la responsabilité et la liberté de chaque auteur demeure qui lui permet de donner à l’aspect de sa lettre un tour plus ou moins personnel. On connaît l’aphorisme exprimé par Blaise Pascal dans sa XVIe Provinciale qui milite en faveur d’une écriture maîtrisée : « Je n’ai fait celle-ci plus longue que parce que je n’ai pas eu le loisir de la faire plus courte. » L’occupation maximale de l’espace, marge et en-tête compris, le dispute ainsi à la recherche d’effet et à la subtile composition où le blanc et le vide l’emportent sur un texte ainsi davantage rehaussé, à l’image des rapports complexes qui règnent entre un tableau et son cadre.

Les textes que l’on va lire, d’excellente venue, sont l’œuvre de doctorants de l’École nationale des chartes et de l’Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis qui se sont réunis le 10 mars 2015 autour du thème de la matérialité de l’échange dans les réseaux de correspondance18. Ces jeunes historiens, issus de cette génération d’« enfants du numérique », pour reprendre la terminologie officielle française19, sont engagés dans la préparation de thèses de doctorat. Ils ont fait le choix courageux de s’intéresser prioritairement aux aspects les plus concrets des sources écrites auxquelles ils demandent ordinairement les éléments indispensables à leur démonstration. Ce choix est moins paradoxal qu’il y paraît, on l’aura compris, d’autant que leurs établissements d’appartenance y sont éminemment favorables.

Depuis ses origines, l’École des chartes promeut une approche aussi concrète qu’intellectuelle des sources du passé, qu’elles soient d’abord écrites ou qu’elles touchent à d’autres expressions de l’activité humaine. Installée pendant longtemps au cœur même des institutions de conservation – Bibliothèque royale, puis Archives impériales ou nationales –, l’École y a puisé une proximité essentielle avec le document original, en confectionnant dans les temps héroïques de la Restauration des recueils d’originaux ad hoc tirés de fonds des Archives nationales20. Lorsqu’il s’est agi de faciliter l’apprentissage d’une paléographie fondée sur des exemples issus de l’ensemble des ressources archivistiques françaises, qu’il n’était évidemment pas imaginable de faire venir en original à Paris, une vaste entreprise de reproductions sous forme de planches lithographiées, puis héliographiées fut mise en chantier entre la Monarchie de Juillet et la Troisième République21. Cet outil pédagogique unique n’empêchait pas les professeurs eux-mêmes d’acquérir pour les besoins de leur enseignement des documents anciens sur le marché de l’antiquariat22, les dernières grandes vagues d’acquisitions ayant eu lieu dans le dernier quart du xxe siècle à l’initiative de Henri-Jean Martin, professeur d’histoire du livre soucieux de faire mieux comprendre les nuances d’une gravure ancienne23.

Il était d’une certaine manière attendu que les doctorants de l’École soient tout aussi sensibles à cette facette matérielle de la documentation historique, quoique le doctorat y soit une création toute récente. Si le Centre universitaire expérimental de Vincennes, où l’interdisciplinarité fut érigée avec volontarisme en moteur de science et d’enseignement, ne fut pas doté à sa création le 1er janvier 1969 de la capacité doctorale, sa rapide transformation en 1971 en université de plein exercice sous l’appellation d’Université Paris 8-Vincennes (puis Vincennes-Saint-Denis après son démé­nagement en 1980) lui conféra l’habilitation à délivrer tous les diplômes universitaires, dont le doctorat. Quoique beaucoup plus ancienne (1821), l’École nationale des chartes a longtemps tenté de tenir à égale distance formation initiale et formation professionnelle, tant et si bien qu’elle est restée longtemps en marge des standards académiques alors que le sénateur Guillaume Bodinier, ancien auditeur libre des cours de l’École, n’hésitait pas à affirmer en 1904 à la tribune du Sénat que « le diplôme d’archiviste paléographe est en quelque sorte un véritable doctorat d’histoire de France24 ». Il a fallu attendre le tout début du xxie siècle pour que s’opère une relative normalisation dans ce domaine25, qui sans rien lui faire perdre de son originalité l’intègre encore plus nettement dans l’espace universitaire français, ce dont témoigne avec bonheur cette première publication d’actes de ses doctorants.

Les Chartes et Vincennes. L’ancien et le nouveau. Le matériel et l’idéel. La lettre et l’esprit. Comment mieux dire que l’historien s’efforce de briser tous les sortilèges et d’évacuer tous les faux semblants qui divisent et éloignent de l’ambition exprimée par Lucien Febvre au sortir de l’après-guerre, ambition un peu folle, certes, mais plus que jamais d’actualité : comprendre l’homme dans toutes ses dimensions.

1. Lucien Febvre, « Vers une autre histoire », dans Revue de métaphysique et de morale, t. 58, n. 3-4, 1949, p. 225-247, réimpr. dans Id., Combats pour l’histoire (1re éd. 1953), réimpr. dans Lucien Febvre. Vivre l’histoire, Brigitte Mazon (éd.), Paris, « Bouquins », 2009, p. 357-374 à la p. 365.

2. Béatrice Fraenkel, La Signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1992 ; La signature, dossier spécial de Hypothèses, 9, 2005, p. 297-390 ; Claude Jeay, Signature et pouvoir au Moyen Âge, Paris, École des chartes, « Mémoires et documents de l’École des chartes », 99, 2015.

3. Roger Chartier, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, 2e éd., Paris, Albin Michel, « Bibliothèque de l’Évolution de l’humanité », 54, 2009. La première édition de ce recueil d’articles publiés entre 1980 et 1994 date de 1997.

4. Nicolas Offenstadt, « Archives, documents, sources », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, 2 vol., Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 179, 2010, t. I, p. 68-78. Significativement, cependant, cet ouvrage collectif ne consacre pas d’autres entrée à la question des sources, indice que le mouvement de retour aux sources n’est pas nécessairement univoque.

5. Étienne Anheim et Olivier Poncet (dir.), « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », numéro spécial de la Revue de Synthèse, 5e s., t. 125, p. 1-195. L’archival turn auquel nous assistons aujourd’hui relève de la même logique d’un retour aux sources. Anticipé par des esprits ingénieux chez les médiévistes où le sujet n’a jamais cessé d’être interrogé – Michael Clanchy, From Memory to Written Record England, 1066-1307, Londres, E. Arnold, 1979 ; Paolo Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, NIS, « Studi superiori NIS », 109, 1991 –, il suscite depuis quelques années l’appétit mondial des modernistes. On verra, à titre illustratif : Chūkinsei ākaibuzu no takokukan hikaku [Comparaison multilatérale des archives médiévales et modernes, en japonais], éd. Koichi Watanabe, Tokyo, Kokubungaku Kenkyū Shiryōkan, 2009 ; « Archival Knowledge Culture in Europe 1400-1900 », numéro spécial de Archival Science, 10, 3, 2010 ; Markus Friedrich, Die Geburt des Archivs. Eine Wissensgeschichte, Munich, Oldenbourg, 2013 ; Randolph Head, « Documents, archives and proof around 1700 », The Historical Journal, 56, 4, 2013, p. 909-930 (en attendant son livre-synthèse sur la question) ; Archivi e archivisti in Italia tra medioevo ed età moderna, éd. Filippo de Vivo, Andrea Guidi et Alessandro Silvestri, Rome, Viella, « I libri di Viella », 203, 2015).

6. Les intuitions formulées dès l’ouvrage écrit avec Lucien Febvre (L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, « L’Évolution de l’humanité », 30, 1958) ont été développées et synthétisées dans La Naissance du livre moderne (xive-xviie siècle). Mise en page et mise en texte du livre français, Paris, Cercle de la librairie, 2000.

7. Roger Chartier, « Histoire et littérature », dans Au bord de la falaise..., p. 321-342 ; il s’agit du seul texte inédit de ce recueil. Voir aussi les exemplaires travaux d’Alain Riffaud, La Ponctuation du théâtre imprimé au xviie siècle, Genève, Droz, « Travaux du Grand Siècle », 30, 2007, et Id., Une archéologie du livre français moderne, Genève, « Travaux du Grand Siècle », 39, 2011.

8. Maurice Godelier, L’Idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard, 1984.

9. L. Febvre et H.-J. Martin y consacrent principalement deux chapitres dans L’Apparition du livre... (chapitre IV, « Le livre, cette marchandise » et chapitre VII, « Le commerce du livre »), mais c’est tardivement, semble-t-il, qu’une monographie en langue française associe dans son titre les mots « économie » et « livre » : Frédéric Barbier, Livre, économie et société industrielles en Allemagne et en France au xixe siècle, 1840-1914, thèse de doctorat d’histoire de l’Université Paris IV, 1988 ; notons cependant que le terme « économie » disparaît lors de la publication qui en est tirée : L’Empire du livre. Le livre imprimé et la construction de l’Allemagne contemporaine, 1815-1914, Paris, Le Cerf, « Bibliothèque franco-allemande », 1995.

10. Les achats et rachats d’ensemble épistolaires pour des questions d’érudition ou de politique à l’époque moderne (Olivier Poncet, « Archiviare, trasmettere e pubblicare le corrispondenze reali e governative della prima modernità in Francia (secoli xv-xix) », dans Andrea Giorgi et Katia Occhi (dir.), « Quaero ex tuis litteris ». Carteggi fra basso medioevo ed età moderna. Pratiche di redazione, trasmissione e conservazione, Bologne, Il Mulino, 2016, à paraître) ne peuvent être considérés comme les éléments d’un marché réel.

11. Michel Cassan, Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Les Écrits du for privé. Objets matériels, objets édités, Limoges, Pulim, « Histoire », 2005.

12. Arch. nat., AE II 667 a, b et c.

13. « Printers consumed so many French paper, that they could name different types by the place of origin, like varieties of cheese » (John Bidwell, « 28. French Paper in English Books », dans Cambridge History of the Book in Britain, vol. IV, 1557-1695, John Barnard and D. F. McKenzie (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 583-601, à la p. 583). En dehors de la production papetière temporaire de John Tate vers 1490, l’Angleterre ne posséda aucun moulin papier avant l’installation de l’Allemand Spillman à Dartford en 1588 et surtout le développement, enfin encouragé par la monarchie anglaise, d’une véritable industrie papetière au xviie siècle.

14. Arch. dép. Tarn, 91 J (Fonds Moulinié), [?], 30 mars 1786, Bringuier Aîné et Germain à Julien Aîné de Vabre, consultable à l’adresse http://archivesprivees-j.tarn.fr/fileadmin/templates/archives/img_archivesprivees/91J_echantillon.jpg.

15. La réforme postale anglaise, recommandée par l’enseignant et penseur Rowland Hill (Post Office reform. Its importance and practicability, Londres, W. Clowes and Sons, 1837) fut mise en place en 1839 (Ronald H. Coase, « Rowland Hill and the Penny Post », dans Economica, 6, 1939, p. 423-435). La France adopta le système du timbre-poste en 1848, mais il fallut attendre l’introduction de la prime à l’affranchissement en 1854 pour que les expéditeurs se mettent en masse à payer leurs envois au préalable.

16. Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, BC b5L11 pa. Voir Viviane Fayaud, « Dess(e)ins oubliés : Charles Giraud, prédécesseur de Paul Gauguin à Tahiti (1843-1847) », dans Outre-Mers, t. 98, nos 368-369, 2010, p. 311-332.

17. Gilles Docquier, « Le document autographe, une “non-réalité” pour l’historien. Quelques réflexions sur les traces écrites autographes à la fin du Moyen Âge et à l’aube des Temps modernes », dans Le Moyen Âge, t. 118, 2012, p. 387-410.

18. Cette journée a été organisée à l’initiative conjointe du Centre Jean-Mabillon (EA 3624 de l’École des chartes) et de l’ED 31 « Pratiques et théories du sens » de l’Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis), représenté par sa directrice adjointe Catherine Verna, avec le soutien du Campus Condorcet, sous les présidences de Alain Tallon (Université Paris IV-Sorbonne), Nicolas Schapira (Université de Paris-Est-Marne-la-Vallée) et Christine Nougaret (École nationale des chartes) et avec le concours de Karim Ghorbal (Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis) pour l’animation de la table ronde finale.

19. Recommandée par un avis de la Commission générale de terminologie et de néologie (Journal Officiel, n° 119 du 24 mai 2015, p. 8765, texte n° 61, « Vocabulaire de l’éducation et de l’enseignement supérieur (liste de termes, expressions et définitions adoptés) »), cette locution vise à remplacer l’expression anglo-saxonne de « digital native » forgée par l’écrivain américain et spécialiste des questions d’éducation Marc Prensky (« Digital natives, digital immigrants », dans On the Horizon, vol. 9, n° 5, octobre 2001, p. 1-6).

20. Aujourd’hui conservés sous les cotes Arch. nat., MM 894 à MM 897 (documents de 1146 à 1688).

21. Emmanuel Poulle, « Les fac-similés », dans Yves-Marie Bercé, Olivier Guyotjeannin et Marc Smith (dir.), L’École nationale des chartes. Histoire de l’École depuis 1821, Thionville, Gérard Klopp, 1997, p. 31-49.

22. L’essentiel de ces documents, qui vont du xiie au xixe siècle, sont conservés sous les cotes Arch. nat., AB XIX 1457-1467 et AB XIX 5240-5259.

23. Ce fonds de 700 estampes a été numérisé et est consultable à l’adresse http://bibnum.enc.sorbonne.fr/estampes.

24. « L’École des chartes devant le Sénat », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 65, 1904, p. 270-273, à la p. 273.

25. Elle a d’abord été formalisée par la création d’un laboratoire de recherche en 2002, l’équipe d’accueil 3624 « Histoire, mémoire, patrimoine », devenue en 2012 le Centre Jean-Mabillon. Puis l’intégration à la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat) a successivement semestrialisé les enseignements des archivistes paléographes, facilité la création d’un master propre (Nouvelles technologies appliquées à l’histoire, ouvert en 2007) et enfin établi en 2010 la capacité doctorale par un système d’une co-accréditation. Comme il était impensable d’enfermer l’École des chartes dans une alliance universitaire exclusive, une double co-accréditation fut mise en place dès l’origine, d’une part avec l’ED 112 (Histoire, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne) et d’autre part avec l’ED 188 (Histoire moderne et contemporaine, Université Paris IV-Sorbonne). En 2015, la direction de l’École a souhaité permettre à un plus grand nombre de professeurs de diriger des thèses : l’ED 472 (école doctorale unique de l’École pratique des hautes études) a alors été substituée à l’ED 112, la co-accréditation avec l’ED 188 étant par ailleurs maintenue.

Temps & Espaces

Présentation

Refusant de séparer les domaines de l'historien, du sociologue et du géographe, cette collection entend confronter leurs approches sur des questions spécifiques dans des lieux et en des temps très différents : de la Mésopotamie au Valenciennois, par la gestion patrimoniale de la famille ou dans les pas d'une archéologie africaine, on interroge ainsi les sociabilités qui se sont frayé une voie longue à travers des formes complexes de détermination.

« Territoires et temporalités »

Sous la direction de Jean-Pierre Duteil