Presses Universitaires de Vincennes


Bibliographie de Jean-Paul Bravard

Fleuve (Le)
  • AJOUTER AU PANIER
  • Livre broché : Épuisé
  • Auteur : Collectif
  • Revue : Médiévales n° 36
  • Nombre de pages : 184
  • Langues : Française
  • Paru le : 10/07/1999
  • EAN : 9782842920593
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 0751-2708
    • CLIL : 3386 Moyen Age
    • ISBN-10 : 2-84292-059-7
    • ISBN-13 : 978-2-84292-059-3
    • EAN-13 : 9782842920593
    • Format : 155x220mm
    • Poids : 300g
    • Illustrations : Non
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 10/07/1999
    •  

Fleuve (Le)

N°36/1999

Du Nil à la Meuse par le Tibre et l'Arno, le Rhône, la Loire et la Seine. Les fleuves au Moyen Age et depuis longtemps déjà s'imposent à l'homme en leurs rythmes et leurs crises et sont par lui domestiqués.

Ces constants échanges animent la vie des communautés humaines et modifient les cours d'eau, comme nous l'apprennent les chroniques médiévales, les traités de droit, les actes de la pratique et maintenant l'archéologie.

Coordinateur(s) du numéro :
Odile Redon |

Auteur(s) :
Corinne Beck |
Damien Boquet |
Jean-Paul Bravard |
Joëlle Burnouf |
Nathalie Carcaud |
Carla Frova |
Laura Galoppini |
Odile Kammerer |
Julien Loiseau |
Catherine Lonchambon |
Laurence Moulinier-Brogi |
Odile Redon |
Simone Roux |
Virginie Serna |
An Smets |
Marc Suttor

SommaireRésuméAbstractCollection/Abonnement

Mots-clés : Égypte | Fleuve | Histoire | Innondation | Italie | Moyen Âge | Nil | Paris

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo

Dernières nouveautés




Sommaire

 Odile Kammerer
Le fleuve


Julien Loiseau
Les avatars du lit : divagations du Nil et morphologie des rives à hauteur du Caire (VIIe-XVIe s.)

 

Joëlle Burnouf et Nathalie Carcaud
Le val de Loire en Anjou Touraine : un cours forcé par les sociétés riveraines

 

Virginie Serna
Le fleuve de papier. Visites de rivières et cartographies de fleuve (XIIIe-XVIIIe siècles)

 

Catherine Lonchambon
De l'originalité des bacs de la Durance

 

Jean-Paul Bravard
Le flottage du bois et le changement du paysage fluvial des montagnes françaises

 

Simone Roux
À Paris, au bord de l'eau

 

Marc Suttor
Le fleuve, un enjeu politique et juridique. Le cas de la Meuse, du Xe au XVIe siècle

 

Carla Frova
Le traité De Fluminibus de Bartolo da Sassoferrato (1355)

 

Laurence Moulinier et Odile Redon
L'inondation de 1333 à Florence. Récits et hypothèses de Giovanni Villani

 

Corinne Beck
Études récentes, 1. Bilan de dix ans de recherches fluviales

 

Joëlle Burnouf et Nathalie Carcaud
Études récentes, 2. Bibliographie sur le fleuve

 

 

ESSAIS ET RECHERCHES

 

Laura Galoppini
Le commerce des pâtes alimentaires dans les Aduanas sardas

 

Damien Boquet
De l'enfant-Dieu à l'homme-enfant. Regards sur l'enfance et la psychologie de l'adulte chez Aelred de Rievaulx

 

An Smets
Aux origines de la médecine vétérinaire, le traité d'autourserie de Grimaldus et sa pharmacopée

Résumé

 Julien LOISEAU : « Les avatars du lit : divagations du Nil et morphologie des rives à hauteur du Caire (VIIe-XVIe siècles) »
Tout au long du Moyen Âge, la morphologie des rives du Nil est affectée par les divagations du fleuve. Le phénomène est particulièrement perceptible à hauteur du Caire où, sur un temps long, le Nil s'est éloigné du site originel de l'agglomération. Or l'urbanisation progressive des terrains découverts par le fleuve a suscité les avatars successifs de son lit. C'est donc la topographie urbaine qui fournit les éléments de l'enquête. Elle témoigne des risques du ravinement et, plus encore, des effets de l'ensablement. Les grands travaux entrepris à l'époque médiévale se sont révélés impuissants à freiner cette décisive modification des contraintes géographiques.

Nathalie CARCAUD : « Le Val de Loire en Anjou Touraine : un cours forcé par les sociétés riveraines »
Le programme de recherche sur la Loire associe, dans un travail interdisciplinaire, l'ensemble des chercheurs travaillant sur le bassin versant. Les études sont fondées sur des fenêtres d'observation où se situent des sites archéologiques à chronologie longue sur lesquels sont enregistrés les épisodes d'activités et des cours d'eau. À partir du XVe siècle, les sociétés essaient de modifier l'espace à leur profit dans les vallées, elles construisent les "levées" et tentent de forcer la confluence des affluents de la Loire.

Virginie SERNA : « Le fleuve de papier. Visites de rivière et cartographies de fleuve
(XIIIe-XVIIIe siècles) »
Fleuves et rivières ont fait l'objet dès le Moyen Âge de visites organisées par le roi afin de mieux connaître les obstacles qui en gênaient la navigation. Ces visites de rivière ne cessèrent de se complexifier jusqu'à devenir de véritables expertises du cours d'eau, s'accompagnant, au XVIIIe siècle, de l'établissement d'un devis des travaux à effectuer et d'une carte très détaillée identifiant chaque aménagement de la rivière (moulins, bacs, ponts, gués, pêcheries et atterrissements). À suivre ainsi l'évolution de la représentation du cours d'eau, passant de la rivière-paysage à la rivière-machine, on peut identifier des manières de dessiner le fleuve qui révèlent des modifications de l'appréhension de l'espace fluvial.

Catherine LONCHAMBON : « De l'originalité des bacs de la Durance »
Après avoir fait apparaître la nécessité d'établir des bacs pour traverser la Durance puique les caractéristiques hydrologiques et géomorphologiques de la rivière rendaient les ponts éphémères et les gués dangereux, sont étudiés les moyens mis en oeuvre pour le franchissement en bateau. Fondée sur l'exemple du bac de Barbentane, pour lequel les textes du Moyen Âge sont relativement explicites, confrontée à des renseignements relatifs à d'autres passages, l'analyse montre comment s'effectuait l'installation d'un bac et quels critères présidaient au choix de l'emplacement des passages, variables dans le temps. Elle met en lumière l'originalité du "modèle" durancien du point de vue des équipements comme de la localisation.

Jean-Paul BRAVARD : « Le flottage du bois et le changement du paysage fluvial des montagnes françaises »
Le paysage fluvial des rivières montagnardes et de rivières issues de massifs anciens comme le Morvan a subi une longue transformation depuis le Moyen Âge en raison des besoins du flottage du bois vers les villes et vers les arsenaux maritimes. Des témoignages recueillis dans des documents modernes suggèrent la possibilité de reconstituer les travaux qui ont affecté la géométrie des lits fluviaux et l'hydrologie des rivières à l'amont des bassins versants. Ces recherches ont des implications très actuelles car elles peuvent aider à la restauration des cours d'eau dégradés.

Simone ROUX : « À Paris, au bord de l'eau »
À la fin du Moyen Âge, beaucoup de documents parisiens font référence à la Seine, aussi bien pour préciser la situation des maisons que pour signaler des activités liées au fleuve : transport par eau, métiers liés aux transports tels que le commerce du bois, ou à une grande consommation d'eau tels que les étuves, la teinturerie ou la tannerie, et bien sûr la pêche et la meunerie. Les usages du fleuve débordent souvent les limites posées par la loi ; ce sont en particulier les métiers polluants et les métiers de la construction qui pratiquent des décharges abusives dans la Seine. On observe une grande variété socio-professionnelle des "gens du bord de l'eau".

Marc SUTTOR : « Le fleuve, un enjeu politique et juridique.
Le cas de la Meuse du Xe au XVIe siècle »
Du Xe siècle à la fin du XVIe siècle, les efforts des souverains, des princes et des seigneurs pour dominer la Meuse et ses abords se révèlent sans discontinuer par la possession de châteaux puis de forteresses. L'exercice de la justice paraît essentiel, qui procure pouvoir et revenus. Lors de la constitution de leur principauté, le comte de Namur ou l'évêque de Liège préservent et précisent leurs droits en matière judiciaire vis-à-vis de leurs voisins, par la délimitation des juridictions aux "frontières", et ce notamment sur le fleuve. Le rôle joué par le cours d'eau au sein de l'espace se révèle difficile à définir avant le XIIIe siècle, lorsque les progrès du peuplement puis le renforcement des principautés entraînent une précision des limites, "matérialisées" par la pose de bornes. Certaines sections de la rivière peuvent alors servir de réfrence dans la délimitation des "États". L'espace fluvial s'avère très important, tant en matière économique que sur le plan politique ou juridique.

Carla FROVA : « Le traité De fluminibus de Bartolo da Sassoferrato (1355) »
Bartolo da Sassoferrato, le grand juriste et maître de Studium, raconte avoir rédigé le traité De fluminibus (ou Tyberiadis) pendant un séjour sur les collines des environs de Pérouse, en 1355. En observant le cours du Tibre, il réfléchit à un problème qu'il développe dans le traité, celui des droits de propriété sur les nouveaux terrains alluviaux qui se forment au fur et à mesure. Mais pour résoudre cette question juridique, il doit faire appel non seulement au droit, mais aussi à la géométrie et, plus particulièrement, aux aspects pratiques de la tradition euclidienne. Pour un juriste de culture enseignante, c'est une entreprise audacieuse et Bartolo l'affronte avec détermination, s'efforçant de la justifier du point de vue théorique et de la réaliser dans les différentes parties de son traité. Il va jusqu'à dessiner lui-même les figures qui accompagnent le texte et qui nous ont été transmises par la tradition manuscrite.

Laurence MOULINIER : « L'inondation de 1333 à Florence : récit et hypothèses de
Giovanni Villani »
L'inondation catastrophique de Florence en novembre 1333, à la suite de violentes pluies et de la crue de l'Arno, est longuement décrite et commentée par le chroniqueur Giovanni Villani (ca. 1280-1348). Il situe l'événement dans la continuité de l'histoire de Florence et propose plusieurs systèmes d'explication issus de sa réflexion personnelle et des débats qui agitèrent la ville. Le problème est de comprendre, en reliant ce récit à toute une tradition "chronistique", quels savoirs du fleuve sont mis en jeu, quelles causalités sont proposées lorsque la ville blessée s'interroge sur la catastrophe ; le choix est principalement entre les conjonctions astrales et la volonté divine. Dieu a le dernier mot.

Laura GALOPPINI : « Le commerce des pâtes alimentaires dans les Aduanas Sardas »
Cet article traite du commerce des pâtes alimentaires au XIIe siècle, à la lumière des registres douaniers du port de Cagliari. La Sardaigne, grâce à sa production de blé dur, était l'un des centres les plus importants d'exportation de pâtes alimentaires au Moyen Âge. L'étude des registres de Cagliari, ainsi que d'autres sources, économiques et institutionnelles, a donné un nouvel aperçu de ce commerce, en grande partie indépendant de celui du froment. La demande de pâtes par les principales villes de la Méditerranée était constante, au point que, dans les périodes de pénurie de céréales, l'exportation des pâtes de Cagliari était soumise à une réglementation ou interdite. Les différents types de pâtes &endash; alatria, macarons et fideus &endash; étaient des produits de luxe consommés par les riches communautés italiennes et juives, et servis parfois aux banquets des souverains catalans.

Damien BOQUET : « De l'enfant-Dieu à l'homme-enfant : regards sur l'enfance et la psychologie de l'adulte chez Aelred de Rievaulx (1110-1167) »
Dans son enseignement ascétique et pastoral, le cistercien Aelred de Rievaulx (1110-1167) offre une image attentive et contrastée de l'enfant médiéval. Que ce soit au travers de ses méditations sur l'enfant Jésus, du souvenir de sa propre enfance ou de l'évocation furtive d'enfants anonymes, Aelred dresse des portraits d'êtres fragiles et innocents, avides de l'affection que leurs parents ne manquent pas de leur manifester. Ce qui n'empêche pas le cistercien de montrer une totale indifférence pour le destin d'un enfant né des amours d'une moniale et d'un chanoine. Surtout, en affirmant que l'enfant demeure entièrement dominé par ses pulsions, Aelred pose que l'identité affective de l'adulte résulte largement des expériences de l'enfance.

An SMETS : « Aux origines de la médecine vétérinaire : le traité d'autourserie de Grimaldus et sa pharmacopée »
Ce traité, généralement daté du XIe siècle, est, après "l'Anonyme de Vercelli", le second ouvrage cynégétique en latin médiéval. Il se compose d'une trentaine de recettes pour soigner des autours et se caractérise par la précision des remèdes et les nombreuses indications de mesure et de posologie. Dans les recettes, Grimaldus n'utilise pas moins de 95 substances différentes, surout des plantes, mais aussi des substances d'origine animale ou minérale et des preparata.

Abstract

 Julien LOISEAU : « The Transformation of rhe Riverbed : The Shifting of the Nile and the Morphology of its Shores at Cairo (7th-16th Centuries) »
Throughout the Middle Ages, the shifting of the Nile has altered the morphology of its shores. This phenomenon is particularly perceptible at Cairo where, over a long period of time, the Nile has gradually moved away from the original site of the urban center. The progressive urbanization of the land uncovered by the river followed on the successive transformations of its riverbed. Thus elements for investigation may be furnished by the urban topography, giving evidence of the risks of gullying, and furthermore, of the effects of silting up. The great projects undertaken in medieval times have proven ineffective in checking the important modifications due to the geografical forces.

Joëlle BURNOUF, Nathalie CARCAUD : « The Val de Loire in Anjou Touraine : A Watercourse Altered by Rivering Societies »
The "Loire" research project is firmly based on interdisciplinary approach to fluvial environments. Studied here are the alluvial archeological sites and the floodplain geomorphology and palaeoecology. The Loire Valley on the floodplain has been influenced by both physical and human activity. In the Middle Ages, especially from the XVth century onwards, societies have tried to build their own space in the floodplain, erected "levées" and tried to force the adjacent Indre and Cher rivers have to their junctions with the Loire River.

Virginie SERNA : « The Paper River. Tours of Rivers and Cartographies of Waterways (13th-18th Centuries) »
Tours of rivers were organized by the king as early as the Middle Ages, with the aim of obtaining a better knowledge of the obstacles which hindered navigation. These tours became ever more complex with time, giving rise to veritable expertizations of waterways, and in the eigteenth century, to the drawing up of estimates for construction work and the drafting of precisely detailed maps identifying each specific project (mills, ferries, bridges, fords, fishing grounds, and landings). By following the evolution in the representation of waterways, from the river as landscape to the river as machine, one can identify the various ways of depicting rivers, which in turn reveal how the apprehension of riverine space has changed.

Catherine LONCHAMBON : « On the originality of the Ferries of the Durance River »
After having explained the need for setting up ferries to cross the Durance, as the hydrological and geomorphological characteristics of the river rendered bridges unstable and fords hazardous, this article proposes a study of the systems used for boat crossings. Founded on the relatively well-explained medieval example of the ferry of Barbentane and on comparisons with examples of other crossings, this analysis demonstrates how the installation of ferries was implemented and what criterions determined the choices of the crossing locations, which varied with time. Highlighted is the originality of the Durancian "model", by reason of its equipment and location.

Jean-Paul BRAVARD : « The Floating of Timber and the Changes in the River Landscapes of the French Mountains »
The fluvial landscapes of mountains rivers and of rivers flowing out of ancient massifs such as the Morvan have undergone a long transformation since the Middle Ages owing to the necessity of floating timber to towns and naval dockyards. Evidence collected from modern documents suggests the possibility of reconstituting the works which have affected the geometry of riverbeds and of the hydrology of rivers above their basins. This research is particularly significant today as it may help in the restoration of damaged waterways.

Simone ROUX : « In Paris, On the Waterfront »
Many Parisian documents from the late Middle Ages refer to the Seine, to specify the location of the houses as well as to indicate the river-related activities : transport by water, trades connected with transport, such as the commerce of wood, or those needing great quantities of water, such as for steam boiling, dying, or tanning, and of course fishing and miling. The uses of the river often passed the limits prescibed by law : this was particularly true of polluting trades and of building trades, which practised illegal dumping into the Seine. A great socioprofessional variety of "waterfront people" may be observed.

Marc SUTTOR : « The River, A Major Political and Juridical Stake. The Case of the Meuse from the 10th to the 16th Century »
From the 10th to the late 16th century, the efforts of sovereigns, princes, and lords to gain dominance over the Meuse and its surroundings are continually in evidence, with the possession of castles and fortresses. The specific role played by the waterways in the region is hard to determine prior to the thirteenth century, when expanded settlement and the subsequent reinforcement of principalities bring about a definition of limits, "materialized" by the placing of boundary stones. Certain sections of the river may thus serve as references in delimitating "States". The river area proves very important, on the economic as welle as the political or juridical levels.

Carla FROVA : « The Treatise De fluminibus by Bartolo da Sassoferrato (1355) »
Bartolo de Sassoferato, the great jurist and teacher, relates how he wrote the treatise De fluminibus (or Tyberiadis) during a sojourn in the hills surrounding Perugia, in 1355. While observing the course of the Tiber River, he reflects upon the problem, developed in his treatise, of the ownership of the additional land formed by the alluvium. But to resolve this juridical problem, he must have recourse not only to law, but also to geometry, and more particularly, to the practical aspects of the Euclidian tradition : for a scholastic jurist, the undertaking is culturally a bold one, and Bartolo confronts it with determination, striving to justify it from a theoretical standpoint and to carry it out in the various parts of his treatise, going so far as to draw the figures illustrating the text himself, and which have come down to us through the manuscript tradition.

Laurence MOULINIER : « The flood of the River Arno in 1333 : Giovanni's Narration and Hypotheses »
The disastrous flood of Florence in November 1333, resulting from violent rains and the overflowing of the Arno, is described and commented on at length by the chronicler Giovanni Villani (ca. 1280-1348). He places the event in the continuity of the history of Florence, and proposes several explanatory systems born of his personal reflections and of the debates which agitated the city. The problem is that of comprehending, having linked the narrative with the whole chronicling tradition, which knowledge of the river is in question, and which causalities are proposed when the damaged city wonders about the catastrophy : the choice is principally one between astral conjunction and divine will. God has the last word.

Laura GALOPPINI : « Pasta in the Aduanas Sardas »
This paper examines the trade of pasta in the thirteenth century, using the customs records of the port of Cagliari. Sardinia, during the Middle Ages, was one of the major export centers for pasta, thanks to its production of hard corn. The records of Cagliari harbor, in conjunction with other sources of an economical-institutional nature, have given new insight into this trade, which was almost independent from that of corn. The main cities of the Mediterranean constantly required pasta, to such an extent that, during periods of severe dearth of corn, the export of pasta from Cagliari was regulated or prohibited. There were several types of pasta : alatria, macarons and fideus, which were luxury products consumed by the rich Italian merchant communities, as well as by the Jewish, and were sometimes offered at banquets by the Catalan sovereigns.

Damien BOQUET : « From the Child-God to the Child-Man : On Childhood and the Psychology of Adulthood According to Aelred of Rievaulx (110-1167) »
In his ascetic and pastoral teaching, the Cistercian Aelred of Rievaulx (1110-1167) offers an observant and contrasting picture of the medieval child. Whether seen in the light of his meditations on the child Jesus, of his own childhood memories or of the fleeting evocation of anonymous children, the images Aelred evokes are those of fragile and innocent beings, eager for the affection which their parents do not fail to bestow upon them. Yet the Cistercian shows a total lack of interest in the fate of a child born of the liaison between a nun and a canon. Above all, when he affirms that a child is entirely dominated by impulses, Aelred suggests that the affective identity of the adult largely stems from childhood experiences.

An SMETS : « At the beginning of veterinary medecine : the treatise of falconry of Grimaldus, and its pharmacopeia »
This text, generally dated to the XIth century, is after the "Anonymous from Vercelli", the second treatise on hunting in medieval Latin. It contains about thirty recipes to take care of hawks and is characterised by the detailed elaboration of the remedies and the great number of weights and measures and of indications of posology. In his recipes, Grimaldi uses 95 different ingredients, especially plants, but also animal and mineral substances and preparata.

Extrait(s)

Médiévales
Langue Textes Histoire

Abonnement

  Version papier (hors frais d'envoi)Version numérique
Abonnement d'un an28.00 €Ajouter au panier
Abonnement de 2 ans56.00 €Ajouter au panier

Présentation

Médiévales paraît deux fois par an.
Langue de rédaction des articles : français

La revue, créée en 1982, entend rester un lieu de rencontre entre des médiévistes de générations et d'origines diverses. Sur des thèmes successifs elle présente des points de vue et des écritures venant d'horizons disciplinaires variés. Par là elle ouvre notre curiosité et rénove notre connaissance du Moyen Âge.

This journal means to remain a meeting place for medievalists of different generations and backgrounds. It presents points of view on recurring themes and studies from varied disciplines. It opens our curiosity and renews our knowledge of the Middle Ages.

Directrice de la rédaction : Laurence Moulinier-Brogi.
Rédacteurs en chef : Danièle Sansy et Christopher Lucken.
Comité de rédaction : Didier Boisseuil, Nathalie Bouloux, Boris Bove, Alban Gautier, Stéphane Gioanni, Didier Lett, Fanny Madeline, Marilyn Nicoud, Mireille Séguy, Malcom Walsby, Nicolas Weill-Parot.

Revue soutenue par l'Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.