Presses Universitaires de Vincennes


Bibliographie de Bruno Bon

Latin dans le texte (Le)
  • Auteur : Collectif
  • Revue : Médiévales n° 42
  • Nombre de pages : 192
  • Langues : Française
  • Paru le : 10/07/2002
  • EAN : 9782842921200
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 0751-2708
    • CLIL : 3386 Moyen Age
    • ISBN-10 : 2-84292-120-8
    • ISBN-13 : 978-2-84292-120-0
    • EAN-13 : 9782842921200
    • Format : 155x220mm
    • Poids : 308g
    • Illustrations : Non
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 10/07/2002
    •  

Latin dans le texte (Le)

N°42/2002

Le latin médiéval est encore un continent à découvrir : sur plus d'un millénaire, les textes ont été innombrables et aussi bien les mots que leur sens n'ont cessé de varier.

Pour parcourir ce vaste continent, on dispose depuis peu de nombreux logiciels de traitement lexical, qu'on ne saurait utiliser sans précaution. Il s'agit ici de comprendre ce qu'apporte le traitement informatique des mots pour des problèmes familiers à l'historien - comme l'attribution à un auteur - ou pour la critique historique. Ce numéro envisage aussi les rapports complexes entre la langue vulgaire et les mots latins, par exemple pour la réalisation des dictionnaires.

Coordinateur(s) du numéro :
Nathalie Bouloux |

Monique Goullet |
Auteur(s) :
Étienne Anheim |
Sebastiano Bisson |
Bruno Bon |
Jean-Patrice Boudet |
Anne-Marie Brousseau |
Jean-François Cottier |
Michel Dubrocard |
Étienne Evrard |
Monique Goullet |
Anita Guerreau-Jalabert |
Xuang Luong |
Sylvie Mellet |
Franck Mercier |
Martine Ostorero |
Michel Parisse |
Jean-Michel Picard |
Odile Redon

SommaireRésuméAbstractCollection/Abonnement

Mots-clés : Grammaire | Histoire | Italien | Langues | Latin | Lexicographie | Moyen Âge | Sémantique | Texte

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo

Dernières nouveautés




Sommaire

Monique Goullet
Avant-propos


Sylvie Mellet
La lemmatisation et l'encodage grammatical permettent-ils de reconnaître l'auteur d'un texte ?

 

Nicholas Brousseau
Lemmatisation et traitement statistique : de nouveaux instruments pour la critique diplomatique ?
Le cas des diplômes pseudo-originaux au nom de Louis le Germanique (Ý 876)

 

Michel Parisse
Quod vulgo dicitur : la latinisation des noms communs

 

Michel Dubrocard, Xuang Luong, Jean-François Cottier
Statistiques et attribution de textes : l'analyse des formes peut-elle remplacer celle des lemmes ?
Le cas des textes attribués à Raoul le Moine (XIIe siècle)

 

Bruno Bon et Anita Geurreau-Jalabert
Pietas : réflexions sur l'analyse sémantique et le traitement lexicographique d'un vocable médiéval

 

Étienne Évrard
Réflexions sur les méthodes quantitatives en domaine littéraire

 

Entretien avec Odile Redon
Autour des Langues de l'Italie médiévale. Textes d'histoire et de littérature, Xe-XIVe siècles
Propos recueillis par Nathalie Bouloux, Bruno Laurioux et Laurence Moulinier-Brogi

 

 

ESSAIS ET RECHERCHES

 

Sebastiano Bisson
Le témoin étrange. Une version latine du
Régime de corps d'Aldebrandin de Sienne

 

Jean-Michel Picard
Pour une réévaluation du rôle et du statut de l'évêque dans l'Irlande du haut Moyen Âge

 

 

POINT DE VUE


Martine Osterero, Jean-Patrice Boudet, Franck Mercier et Étienne Anheim
Aux sources du sabbat. Lectures croisées de
L'imaginaire du sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430 ca. - 1440 ca.)

 

Notes de lectures
Sommaires d'ouvrages collectifs
Livres reçus

Résumé

Sylvie MELLET : « La lemmatisation et l'encodage grammatical permettent-ils de reconnaître l'auteur d'un texte ? »
Depuis quelques années, la statistique linguistique est venue enrichir les méthodes d'attribution d'un texte à un auteur, en fournissant notamment des outils objectifs de comparaison entre divers textes. Cependant, faute de pouvoir relever et décompter automatiquement les caractéristiques grammaticales d'un corpus informatisé, les chercheurs ont souvent été condamnés à ne travailler que sur le lexique : méthode qui a fait ses preuves, mais dont les résultats sont assez sensibles à la thématique de chaque texte et à son genre littéraire. On prendra donc ici l'exemple d'une base de données de textes latins qui ont été lemmatisés et encodés grammaticalement et on tentera d'évaluer si les calculs de distances, réalisés à partir de la distribution des catégories grammaticales dans chaque texte, donnent ou non des résultats plus fins et moins soumis à la thématique de l'oeuvre. Si nos tests sont positifs, alors il vaudra la peine d'envisager la lemmatisation des corpus de textes médiévaux.

Nicolas BROUSSEAU : « Lemmatisation et traitement statistique : de nouveaux instruments pour la critique diplomatique ? Le cas des diplômes pseudo-originaux au nom de Louis Le Germanique »
La lemmatisation et le traitement statistique du vocabulaire latin demeurent des méthodes peu utilisées pour résoudre les problèmes de critique d'authenticité des actes. On a voulu mesurer l'efficacité d'une telle méthode en comparant le vocabulaire de deux groupes de diplômes édités : les originaux et les pseudo-originaux au nom de Louis le Germanique, les premiers constituant le corpus de référence et les seconds le groupe témoin. L'analyse a porté uniquement sur l'exposé et le dispositif des actes. Trois tendances ont été observées : les pseudo-originaux non repérables par la méthode de tri statistique, ceux dont seul le vocabulaire de l'exposé détonne de celui du corpus de référence et ceux dont seul le vocabulaire du dispositif s'écarte de celui des originaux. L'interprétation des résultats doit être faite avec nuance et prudence. En effet, le processus complexe de rédaction des diplômes dans lequel le destinataire peut notamment intervenir interdit de déclarer faux ou falsifié un acte au seul examen de son vocabulaire. Cette méthode se veut donc plus être une aide supplémentaire à la critique, notamment à la critique des copies, qu'un instrument infaillible de détection des faux.

Michel PARISSE : « Quod vulgo dicitur : la latinisation des noms communs dans les chartes »
Les scribes du XIe siècle se trouvent souvent confrontés avec la nécessité de donner en latin des mots qu'ils ont plutôt l'habitude de rencontrer en français. Dans ce cas il proposent la version latine ou latinisée du vocable, accompagnée de la forme vulgaire plus ou moins bien latinisée, assistée d'une expression variable signifiant l'emploi du vulgaire : quod vulgo dicitur. Grâce à une interrogation du fond de chartes constitué à l'Artem de Nancy il a été possible de donner des exemples de ces emplois empruntés à la vie économique et institutionnelle, aux gestes et aux comportements.

Michel DUBROCARD, Jean-françois COTTIER et Xuang LUONG : « Statistiques et attribution de textes : l'analyse des formes peut-elle remplacer celle des lemmes ? Le cas des textes attribués à Raoul Le Moine (XIIe siècle) »
L'analyse statistique des textes se fonde d'ordinaire sur leur lemmatisation. Mais cette opération longue et lourde semble pourvoir être remplacée dans certains cas par une simple analyse des formes. Cet article voudrait en en faire la démonstration pour les question d'attribution, à partir de l'étude statistique d'un corpus de textes latins du début du douzième siècle réunis en deux séries relativement homogènes et transmis en contexte anselmien sous le nom vague de Rodulfus monachus. L'étude du vocabulaire théorique, la répartition des formes et l'analyse arborée de l'ensemble de ces textes permet en effet d'obtenir assez rapidement des résultats qui semblent probants, et qui corroborent statistiquement les premières constations opérées à partir de l'étude des manuscrits et du contenu théologique.

Bruno BON, Anita GUERREAU-JALABERT : « Pietas : réflexions sur l'analyse sémantique et le traitement lexicographique d'un vocable médiéval »
L'apparition et le développement des CDRoms, qui offrent de nouvelles possibilités d'approche des textes en latin médiéval, ne rendent pas caducs les instruments de travail traditionnels que sont les dictionnaires. Face à la masse des informations non triées délivrées par les CDRoms, les dictionnaires continuent à fournir les éléments indispensables à une recherche rapide et des orientations précieuses pour des études de vocabulaire plus poussées. Néanmoins, les lexicographes ne devraient pas se dispenser d'une réflexion méthodologique de fond. A partir d'un exemple précis, celui du vocable pietas, on tente de montrer l'intérêt que présenterait la prise en compte des outils techniques et conceptuels élaborés par la linguistique depuis plusieurs décennies déjà, en particulier la statistique lexicale et la sémantique.

Étienne ÉVRARD : « Réflexions sur les méthodes quantitatives en domaine littéraire »
L'informatique rend plus aisée, mais aussi plus dangereuse, l'utilisation des méthodes quantitatives en domaine littéraire. On montre d'abord les éléments textuels qui se prêtent à un traitement quantitatif. À cette occasion on montre les avantages d'une lemmatisation partiellement automatisée et adaptée aux particularités orthographiques du Moyen Âge. On expose ensuite les profits qu'on peut attendre d'un tel traitement, en insistant sur le fait qu'ils ne sont pas automatiques. Enfin, on passe en revue quelques méthodes statistiques, en en dégageant les traits essentiels et en insistant sur la nécessité d'en connaître les caractéristiques pour éviter les utilisations inappropriées.

Sebastiano BISSON : « Le témoin gênant. Une version latine du Régime du corps d'Aldebrandin de Sienne »
La manuscrit Canon. Misc. 388 de la Bodleian Library d'Oxford contient une traduction latine du Régime du corps, une oeuvre considérée comme le premier texte médical composé directement en français. Sur son auteur, Aldebrandin de Sienne, on a peu de renseignements biographiques sûrs, car ils sont tous tirés des prologues contenus dans les manuscrits, qui forment une tradition importante. Le manuscrit d'Oxford présente une sélection de quatre herbaria, liés entre eux non pas au hasard mais selon une volonté précise du commanditaire. Le Régime du corps les y côtoie, dans une traduction reflétant des liens avec la branche « B roger male branche » de la tradition française, mais il s'avère nécessaire de dresser un nouveau stenna codicum des témoins français, pour obtenir des réponses plus assurées. Un tel manuscrit attire en outre l'attention sur la pratique, jusqu'à présent peu étudiée, des traductions des langues vulgaires en latin.

Jean-Michel PICARD : « L'évêque dans l'Irlande du haut Moyen Âge »
Les ouvrages généraux sur l'histoire de l'Église présentent l'Église irlandaise médiévale comme essentiellement monastique. En fait, les sources irlandaises originales &endash; en particulier juridiques &endash; écrites en latin et en irlandais ancien montrent que, loin d'avoir été relégué au rôle secondaire que les historiens lui ont attribué, l'évêque a continué à jouer un rôle majeur dans l'Église et la société irlandaise pendant tout le haut Moyen Âge. La recherche d'une définition du statut de l'évêque laisse entrevoir les interactions profondes entre culture chrétienne et culture indigène.

Abstract

Sylvie MELLET : « Lemmatization and Morphological Tagging : their Application to Authorship Attribution »
Traditional methods of attributing an anonymous text to his own author have been increased by the outcome of linguistic statistics for a few years now. By far statistics provides a more objective way of comparing texts to one another. Textual corpora however have not often be tagged ; as researchers have not been given the opportunity to point out and systematically retrieve grammatical occurrences and features of a given corpus, there has been no other choice left than to study lexical connection between texts. The method has proved successful, results yet depend perceptibly on topics and literary genres. We will therefore proceed to analyse a classical Latin corpus in which texts have been lemmatizated and grammatically tagged. We will endeavour to examine if dissimilarity measures between texts from the study of grammatical parameters give finer and discriminating results than by lexical means. If our conclusion occurs to be positive, from now on, it is worth considering the undertaking of lemmatization of medieval Latin texts.

Nicholas BROUSSEAU : « Lemmatisation and Statistics : New Tools fot the Diplomatic Critic ? The Case of Louis the German's Pseudo-critical Diplomas »
The techniques known as lemmatisation and the statistical treatment of Latin vocabulary rarely have been used to determine the authenticity of medieval charters. This study tests the applicability of these methods by comparing the vocabulary in two groups of edited diplomas attributed to Louis the German. The original documents serve as the point of reference against which to classify the pseudo-originals. I show that the pseudo-originals fall into the following three categories: those which can not be classified by the statistical method; those in which the vocabulary of the exposition (narratio) departs from the original; and those in which the vocabulary of the (dispositio) departs from the original. The complexity of the process of the writing of diplomas, in which the recipient potentially plays a role, makes it impossible, however, to determine the authenticity of a charter based solely on its vocabulary. This approach is intended, therefore, to supplement a broader interpretative study, particularly of copies, rather than as an instrument with which to detect forgeries.

Michel PARISSE : « Quod vulgo dicitur : Transforming Common Words into Latin in Charters »
XIth century scribes were often faced with the necessity of giving in Latin words that they were only accustomed to encountering in French. In those cases, they tended to give the Latin or Latinised version of the word together with its corresponding more or less Latinised form in French, introduced by an expression like quod vulgo dicitur. Thanks to a thorough study of the collection of charters collected at the ARTEM of Nancy, it has been possible to give examples of this practice, ranging from the economical and institutional aspects of life to those of gestures and behaviour.

Michel BUBROCARD, Xuang LUONG, Jean-François COTTIER : « Statistical Analysis of Texts and Questions of Attribution : the Example of Texts attributed to Rodolfus Monachus (XIIth century) »
The statistical analysis of texts is usually established by lemmatisation. However, in some cases, this lengthy and cumbersome operation may possibly be replaced by a more simple analysis of forms. This paper sets out to demonstrate this with respect to questions of attribution, through the statistical analysis of a corpus of Latin texts from the beginning of the XIIth century which have been incorporated in two fairly homogeneous groups, transmitted under the vague name of Rodolfus monachus in a cultural context associated with saint Anselm. The study of the theoretical vocabulary, the distribution of forms and the arborescent analysis of the whole group of texts make it possible to rapidly obtain convincing results which confirm, from a statistical point of view, the previous conclusions obtained from a study of the manuscripts and their theological content.

Bruno BON, Anita GUERREAU-JALABERT : « Pietas : Reflection on Semantical Analysis and Lexicographical Study of a Mediaval Word »
The publication and development of CDRoms, which offer new possibilities for the study of medieval Latin texts, do not rule out the more traditional instruments such as dictionaries. Compared to the unsorted mass of information given by CDRoms, dictionaries continue to offer the essential elements for a quick survey, as well as an invaluable orientation for a more elaborate study of vocabulary. However, lexicographers should not exempt themselves from a thorough methodological reflection. From the examination of a single example, that of the word pietas, we attempt to show the interest which can be offered by the application of the technical and conceptual tools that over many decades have been elaborated in field of linguistics, in particular those of lexical statistics and semantics.

Étienne ÉVRARD : « On the use of Quantitative Methods in Literary Studies »
The existence of computer programs makes easier, but more dangerous, the application of quantitative methods to literary texts. In this article are first shown the textual features that lends themselves to quantitative treatments. On this occasion are expounded the advantages of the use of a partially automatic lemmatization that takes into account the peculiarities of the spelling of the Middle Ages. Then are explained the benefits that could result from such treatments, with particular emphasis on the fact that these benefits are not self-acting. Finally, some statistical methods are described and the necessity is underlined of knowing the particulars of these methods to avoid unsuitable applications.

Sebastiano BISSON : « The Latin Version of the Régime du corps by Aldobrandino of Siena : an Untimely Witness »

The manuscript Canon. Misc. 388 of the Bodleian Librairy in Oxford contains a latin translation of Régime du corps, the first medical text composed in french. In some prologues there are a few biographical notes about the author, Aldobrandino da Siena, but they can't be considered reliable. The Oxford manuscript presents four herbaria, probably binded together according to a clear project, and the translation of the Régime. This one has evident links with the « B roger male branche » French tradition, but the absence of a stemma codicum doesn't allow to have sure answers. The analysis of this manuscript attracts attention on the translations from vernacular to Latin.

Jean-Michel PICARD : « Bishops in early medieval Ireland »
The traditional view in modern historiography has been that the early Irish Church was chiefly monastic. However, the seventh- and eighth-century sources written in Ireland, both in Latin and in Old-Irish, show that, far from having being replaced by abbots, bishops continued to play a major role in the Church and in Irish society throughout the Middle Ages. Together with a new definition of the bishop's position in Irish society, the study of these texts reveal the deep interaction between Christian and native cultures.

Extrait(s)

Médiévales
Langue Textes Histoire

Abonnement

  Version papier (hors frais d'envoi)Version numérique
Abonnement d'un an28.00 €Ajouter au panier
Abonnement de 2 ans56.00 €Ajouter au panier

Présentation

Médiévales paraît deux fois par an.
Langue de rédaction des articles : français

La revue, créée en 1982, entend rester un lieu de rencontre entre des médiévistes de générations et d'origines diverses. Sur des thèmes successifs elle présente des points de vue et des écritures venant d'horizons disciplinaires variés. Par là elle ouvre notre curiosité et rénove notre connaissance du Moyen Âge.

This journal means to remain a meeting place for medievalists of different generations and backgrounds. It presents points of view on recurring themes and studies from varied disciplines. It opens our curiosity and renews our knowledge of the Middle Ages.

Directrice de la rédaction : Laurence Moulinier-Brogi.
Rédacteurs en chef : Danièle Sansy et Christopher Lucken.
Comité de rédaction : Didier Boisseuil, Nathalie Bouloux, Boris Bove, Alban Gautier, Stéphane Gioanni, Didier Lett, Fanny Madeline, Marilyn Nicoud, Mireille Séguy, Malcom Walsby, Nicolas Weill-Parot.

Revue soutenue par l'Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.