Presses Universitaires de Vincennes


Bibliographie de Arsenijevic Boban

Nominalizations
  • Auteur : Collectif
  • Revue : Recherches Linguistiques de Vincennes n° 40
  • Nombre de pages : 192
  • Langues : Anglaise
  • Paru le : 10/01/2012
  • EAN : 9782842923358
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 0986-6124
    • CLIL : 3147 Linguistique, Sciences du langage
    • ISBN-10 : 2-84292-335-9
    • ISBN-13 : 978-2-84292-335-8
    • EAN-13 : 9782842923358
    • Format : 155x220mm
    • Poids : 300g
    • Illustrations : Non
    • Édition : Première édition
    • Paru le : 10/01/2012
    •  
    • Support : PDF
    • ISBN-13 : 978-2-84292-314-3
    • EAN-13 : 9782842923143
    • Taille : 2 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Non
    • Paru le : 10/01/2012
    •  

Nominalizations

N°40/2011

La nominalisation est un moyen grammatical mettant en valeur l’usage du nom. Il est particulièrement utile à l’écrit, car il permet de donner en peu de temps, une grande quantité d’informations.

Ce numéro est consacré à des aspects morpho-syntaxiques et sémantiques de la nominalisation (à savoir, les noms dérivés de verbes ou adjectifs) à travers les langues.

La recherche actuelle dans ce domaine fait preuve d'une dynamique particulièrement intéressante. Entre 2008 et 2010, des études se situant à l'interface entre syntaxe et sémantique, ont avancé des hypothèses précises sur la syntaxe et l'interprétation de ces formes à travers les langues.

Les articles réunis dans ce numéro remettent en question ou vérifient certaines de ces hypothèses. Ils sont issus du travail  d'un jeune groupe de recherche international (Paris 8 – Lille – Nancy – Stuttgart – Tromsoe) se concentrant sur la nominalisation comme phénomène situé aux interfaces de la faculté de langage.

Ce numéro est donc un incontournable pour les spécialistes de la question. Il suscite l'intérêt de tous les spécialistes de linguistique générale (lexique, syntaxe, morphologie et sémantique) ainsi que les philosophes.

Coordinateur(s) du numéro :
Isabelle Roy |

Elena Soare |
Auteur(s) :
Alexiadou Artemis |
Arsenijevic Boban |
Bernard Fradin |
Marie-Laurence Knittel |
Huyghe Richard |
Florian Schäfer

SommaireRésuméAbstractExtrait(s)Collection/Abonnement

Mots-clés : Français (langue) | Langage | Morpho-syntaxe | Nominalisation | Noms | Sémantique | Syntaxe

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo

Dernières nouveautés




Sommaire

Isabelle Roy et Elena Soare
Présentation

Isabelle Roy, Elena Soare
Nominalization : new insights and theoretical implications.

Artemis Alexiadou
Statives and Nominalization

Boban Arsenijevic
Semantic ontology of deadjectival Nominalizations

Bernard Fradin
State-denoting Nominalizations

Richard Huyghes
Atelicity and the mass/count distinction : the case of French activity nominalizations

Marie-Laurence Knittel
French Event Nominals and number-inflection

Florian Schäfer
Naturally atomic ER-nominalizations

Résumé

Artemis Alexiadou, "Statives and Nominalization“
Dans cet article, j’examine les propriétés morpho-syntaxiques des verbes statifs et des nominalisations correspondantes. Je distingue, tout d’abord, deux classes de verbes statifs en grec: (i) les verbes ambigus entre une interprétation stative et une interprétation événementielle, et (ii) les verbes qui se prêtent, sans ambiguïté, à une interprétation uniquement stative. J’entreprends ensuite un examen des nominalisations formées à partir de ces deux classes de verbes. En prenant comme critère le type de modification qu’elles admettent, je montre que les nominalisations de statifs reposent sur une structure interne dépourvue du noeud exprimant la Quantité, responsable de l’héritage de la structure argumentale des verbes correspondants. Pour finir, je propose une structure articulée pour rendre compte à la fois des propriétés verbes statifs et de celles des nominalisations statives.

Boban Arsenijevic, “Semantic ontology of deadjectival Nominalizations”
Cet article présente trois types de nominalisations désadjectivales en Serbo-Croate, qui présentent chacun des propriétés sémantiques differentes, confirmant les distinctions faites dans la littérature entre propriétés, tropes et qualités (Moltmann 2004a, Villalba 2009). Après avoir présenté les différences grammaticales et sémantiques entre les trois types de nominalisations, je remets en question la pertinence linguistique des types ontologiques comme les tropes et les qualités. Je montre tout d’abord qu’il est possible de formuler des analyses viables dans lesquelles les interprétations correspondant aux tropes et aux qualités découlent du statut de propriété en combinaison avec des outils théoriques introduits pour des raisons indépendantes. La conclusion à laquelle j’aboutis est qu’une ontologie plus simple est à la fois plus économique d’un point de vue méthodologique, et plus explicite concernant les relations entre les différents types d’interprétations, qui restent mystérieuses dans une approche où les différences sont encodées en termes de classes ontologiques introduites comme des primitifs de la théorie.

Bernard Fradin, “State-denoting Nominalizations”
Certaines nominalisations, formées morphologiquement sur la base de verbes non-statifs comme emprisonner, sont régulièrement associées à une lecture stative lorsqu’elles apparaissent dans le contexte d’un modifieur ou d’un prédicat de durée. Cet article montre que les nominalisations en question sont toutes construites sur des verbes dont la semantique comporte une relation spatiale. Les autres facteurs entrant en ligne de compte pour déterminer le caractère statif de l’interprétation sont la scalarité et la stativité du verbe. En général, les lexèmes verbaux ayant une échelle fermée dont le standard correspond au maximum ne peuvent pas avoir de nominalisation présentant une lecture stative  comme traduction. Néanmoins, les nominalisations étudiées ici, par exemple immersion, occupation sont coonstruites précisément sur des léxèmes verbaux présentant ce type de propriété. L’article se propose d’éclaircir ce mystère et montre comment on peut y arriver dans le cadre qu’il se donne.


Richard Huyghes, “Atelicity and the mass/count distinction : the case of French activity nominalizations”
De nombreux linguistes font un parallèle entre la distinction massif/comptable dans le domaine nominal et la catégorisation aspectuelle dans le domaine verbal. Ce parallèle est établi entre les prédicats verbaux atéliques et les noms massifs d’une part, et les prédicats verbaux téliques et les noms comptables d’autre part, en vertu d’une forme de quantification commune et de la (non-)délimitation référentielle des expressions considérées (cf. Jackendoff 1991). Pour mettre en évidence une telle analogie, certains auteurs comparent les prédications verbales et leurs nominalisations, postulant l’existence d’une correspondance sémantique directe entre elles (cf. Mourelatos 1978). Dans ce travail, je propose un examen plus détaillé de la question de l’héritage aspectuel des nominalisations, et de la corrélation entre le trait massif/comptable et l’(a)télicité. Je me concentre ici sur les noms français dérivés de verbes d’activité (NA), car ceux-ci semblent constituer un cas d’héritage non systématique de l’aspect verbal. J’essaierai de montrer que (i) certains NA sont comptables, alors que d’autres sont massifs ; (ii) tous les NA du français héritent des propriétés aspectuelles de leurs bases verbales ; (iii) la distinction massif/comptable n’est pas corrélée avec l’(a)télicité, mais plutôt avec la description d’occurrences, c’est-à-dire d’entités individuelles dynamiques (événements). La délimitation dans le domaine nominal ne correspond à aucune forme de délimitation verbale, et l’Aktionsart n’a pas la même structure pour les verbes et les noms : des ensembles distincts de traits aspectuels s’appliquent à chaque catégorie, déterminés par leurs spécificités grammaticales respectives.


Marie-Laurence Knittel, “French Event Nominals and number-inflection”
Cet article traite de la distribution du pluriel des noms événementiels complexes en français. Nous montrons en premier lieu que les VP tant téliques qu’atéliques donnent lieu à des nominalisations invariables en nombre, ce qui indique qu’il n’existe pas de corrélation systématique entre l’aspect interne et la pluralisation. Parallèlement, les noms événementiels variables en nombre résultent de la nominalisation de prédicats verbaux aspectuellement vagues ou ambigus. Pour rendre compte de cette dichotomie, nous supposons que les nominalisations non ambigües disposent d’une projection de l’Aspect interne, alors que celles qui sont ambigües ne se caractérisent que par une projection du Nombre. Seules les nominalisations de verbes inaccusatifs disposent de ces deux projections.
Comparant les nominalisations inaccusatives avec les nominalisations de verbes d’activité, nous montrons que la variabilité en nombre est liée à la perfectivité, ce qui révèle que la projection du Nombre introduit l’aspect perfectif dans le domaine nominal.


Florian Schäfer, “ Naturally atomic ER-nominalizations”
Les nominalisations en er- en allemand, tout comme leur correspondant dans d’autres langues, dénotent de façon productive l’argument externe du verbe sur lequel elles sont formées. Je montre, dans cet article, que l’allemand a un type supplémentaire de nominalisations en er- qui ne dénotent pas des entités mais des événements. Ces nominalisations en er- événementielles s’avèrent être restreintes à un type spécifique de base verbale, à savoir les semelfactifs qui ont été caractérisés dans la littérature comme exprimant des événement ‘naturellement atomiques’. De façon cruciale, dans la classe des semelfactifs, la dérivation des nominalisations en er- événementielle est tout à fait productive. Le but de cet article est double: d’une part, de présenter le cas peu connu de ces nominalisations événementielles en er-de l’allemand, et, d’autre part, d’examiner la relation entre le morphème er- qui construit les nominalisations dénotant l’’argument externe et le morphème en er- qui construit des nominalisations événementielles.

Abstract


Isabelle Roy and Elena Soare present an introduction to the volume, in which they offer not only a state of the art in the study of Nominalizations, but a presentation of new insights, recent developments and theoretical implications in this domain. Particular topics are: the notion of events inside nominals; the relationship of nominalisation to aspect; aspect and the expression of plurality; nominalisations derived from stative nominals; deadjectival nominals. Articles in this volume address a variety of languages: French, German, Greek, English and Serbo-Croatian.

Artemis Alexiadou’s paper examines the morpho-syntax of stative verbs and their corresponding nominalizations. It first offers a discussion of two different classes of stative verbs in Greek: verbs that are ambiguous between a stative and an eventive reading, and verbs that are unambiguously stative. It then investigates the nominalizations of these two classes of stative verbs. On the basis of modification criteria, it is shown that a non-quantity structure is present in stative nominalizations that preserve the argument structure of their corresponding verbs. Finally, it proceeds to offer an articulated structure of stative verbs and stative nominalizations.

Boban Arsenijević’s contribution presents three types of deadjectival nominalizations in Serbo-Croatian, each with different semantic properties, corresponding to what has been referred to in the literature as properties, tropes and qualities (Moltmann 2004a, Villalba 2009). After presenting the grammatical and semantic differences between the three types of nominalizations, the author tackles the question of justification of the introduction of the ontological types like tropes and qualities. It is first shown that viable analyses can be formulated presenting the meanings referred to as tropes and qualities as derived from properties in combination with theoretical handles that are introduced for independent reasons. As a conclusion, the author claims that a simpler ontology is not only more methodologically economical, but also is explicit about certain relations between different related types of meanings, which are obscured when the differences are captured in terms of primitive ontological classes.

Bernard Fradin’s contribution deals with cases of nominalizations, morphologically formed on non-stative verbs e.g. emprisonner ‘to jail’, which are regularly associated with a stative reading when occurring in a duration context. This article shows that the nominalizations in question are all constructed on verbs whose semantics involves a spatial relation. The other dimensions that will prove to be crucial in determining the occurrence of the stative interpretation are scalarity and agentivity. Normally verbal lexemes associated with a closed scale with maximal standard cannot be correlated with a nominalization exhibiting a stative reading e.g. traduction. However, the nominalizations studied here e.g. immersion ‘immersion’, occupation ‘occupation’ are precisely based on verbal lexemes that share these properties. The article addresses this puzzle and shows how it can be handled within the framework adopted here.

Richard Huyghes’s contribution addresses the putative  correspondence between the mass-count distinction in the nominal domain and the aspectual classification in the verbal domain. An analogy is made between atelic verbal predicates and mass nouns on the one hand, and telic verbal predicates and count nouns on the other hand, based upon the form of quantification and the (un)boundedness of the denotation (cf. Jackendoff 1991). To draw such a parallel between the verbal and nominal domains, verbal predications are related to their nominalizations, assuming that there is a direct semantic correspondence between them (cf. Mourelatos 1978). In this study, Richard Huyghes further investigates the issue of aspectual inheritance in nominalizations, and the correlation between the mass-count nominal feature and (a)telicity, focusing on French nouns derived from activity verbs (ANs), as they seem to be a case of non-systematic preservation of aspect. He argues that (i) some French ANs are count nouns, while others are mass nouns; (ii) all French ANs inherit the aspectual properties of their base verbs; (iii) the mass-count distinction does not correlate with (a)telicity, but rather with the description of occurrences, i.e. of dynamic particulars. So nominal boundedness does not parallel verbal boundedness, and nominal and verbal Aktionsarten are not isomorphous: different sets of aspectual features apply to each category. The grammatical specificities of the V and N categories determine the aspectual features that are relevant for each category.

Marie-Laurence Knittel’s article deals with the pluralisation of complex event nominals in French. It first examines the properties of both inflected and uninflected French ENs and show that there is no systematic correlation between inner aspect and number inflection, since uninflected nominals may arise from both telic and atelic VPs, whereas number inflected nominals are either aspectually vague or ambiguous. For this reason, Knittel hypothesizes that unambiguous nominalizations are characterized by an inner Aspect projection, while ambiguous ENs display only a Number Projection. Nominals derived from unaccusative verbs illustrate a case where both projections are present. By comparing the behaviour of this class of inflected perfective ENs with that of activity nominals, for which number marking depends on perfectivity, Knittel shows that number variation is in fact linked to perfective aspect and, consequently, suggests that Number introduces perfectivity in the nominal domain.

In his contribution, Florian Schäfer discusses German er-nominalizations, which, as er-nominalizations in other languages, productively denote the external argument of the underlying verb, but also has one further type of er-nominalizations which does not denote entities but events. These event-denoting er-nominalizations turn out to be restricted to one specific type of verbal base, namely semelfactives which have been characterized in the literature as expressing ‘naturally atomic’ events. Crucially, within the class of semelfactives, the derivation of event-denoting er-nominalizations is fully productive. The goal of the paper is twofold ; on the one hand, it presents the relatively unknown case of event-denoting er-nominalizations in German and, on the other hand, it investigates the relation between the er-morpheme building external argument denoting nominalizations and the er-morpheme building event-denoting nominalizations. Specifically, it explores the semantic and syntactic consequences of the hypothesis that the two types of er-nominalizations involve one and the same nominalizer albeit in different syntactic contexts.


Recherches Linguistiques de Vincennes

Abonnement

  Version papier (hors frais d'envoi)Version numérique
Abonnement d'un an20.00 €Ajouter au panier
Abonnement de 2 ans28.00 €Ajouter au panier

Présentation

Recherches Linguistiques de Vincennes paraît une fois par an.
Langue de rédaction des articles : français jusqu'au N° 39/2010 - anglais à partir du N° 40/2011.

La revue publie des travaux portant sur les divers sous-domaines de la linguistique théorique et formelle : phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique, pragmatique, psycholinguistique, typologie, poétique.
Chaque numéro est confié à un coordinateur et est consacré à un thème particulier. Les textes soumis pour publication font l'objet de deux phases d'évaluation. Le coordinateur du numéro a en charge d'annoncer un appel à soumission public, et de constituer un comité de lecture adhoc qui effectue une présélection. Les textes sélectionnés sont ensuite évalués de façon anonyme par deux membres du comité de lecture.
La revue comporte également une rubrique hors-thème pouvant accueillir un ou deux articles échappant à la thématique principale. La soumission de ces articles peut se faire à tout moment.

La revue s'adresse à un lectorat international, la langue de rédaction des articles par défaut est l'anglais.

Responsables de la rédaction : Léa Nash et Laurent Roussarie


La revue a cessée définitivement de paraître fin 2014.