Presses Universitaires de Vincennes


Bibliographie de Éric Auziol

Industrialiser l'éducation
  • Auteur : Collectif
  • Collection : Médias
  • Nombre de pages : 388
  • Langues : Française
  • Paru le : 10/09/2016
  • EAN : 9782842925475
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 2119-8608
    • CLIL : 3161 Sciences de l'éducation
    • ISBN-10 : 2-84292-547-5
    • ISBN-13 : 978-2-84292-547-5
    • EAN-13 : 9782842925475
    • Format : 170x240mm
    • Poids : 664g
    • Illustrations : Non
    • Édition : Première
    • Paru le : 10/09/2016
    •  
    • Support : PDF
    • ISBN-13 : 978-2-84292-548-2
    • EAN-13 : 9782842925482
    • Taille : 3 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Non
    • Paru le : 10/09/2016
    •  
    • Support : ePub
    • ISBN-13 : 978-2-84292-549-9
    • EAN-13 : 9782842925499
    • Taille : 5 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Non
    • Paru le : 10/09/2016
    •  
    • Support : pack ePub + PDF
    • ISBN-13 : 978-2-84292-893-3
    • EAN-13 : 9782842928933
    • Taille : 1 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Non
    • Paru le : 10/09/2016
    •  

Industrialiser l'éducation

Anthologie commentée (1913-2012)

Pour mieux comprendre les mutations des organisations, ressources et pratiques éducatives.

En vingt-et-un textes, un siècle de recherches américaines et européennes sur le phénomène majeur et méconnu de l’industrialisation éducative.

Coordinateur(s) du numéro :
Pierre Moeglin |

Auteur(s) :
Éric Auziol |
Jean-Marie Ball |
Marie-José Barbot |
Judith Barna |
Nathalie Boucher-Petrovic |
Alain Chaptal |
Yolande Combès |
Monique Commandré |
Claude Debon |
Élisabeth Fichez |
Patrick Guillemet |
Pierre Landry |
Jean-Luc Metzger |
Bernard Miège |
Pierre Moeglin |
Roxana Ologeanu |
Didier Paquelin |
Alain Payeur |
Laurent Petit |
Mohamed Sidir |
Françoise Thibault |
Gaëtan Tremblay

SommaireRésuméExtrait(s)Collection/Abonnement

Mots-clés : Capitalisme | Communication | Éducation | Industrialisation éducative | Industries | Information | Informatique | Mutation | Système éducatif | Technologie

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Viméo

Dernières nouveautés




Sommaire

Introduction

La question de l’industrialisation de l’éducation                      
Pierre Mœglin

1.  Le temps des pionniers                                                                     

Chapitre 1.

John Franklin Bobbitt.
Taylor à l’école                                                                                                     
Pierre Mœglin avec la collaboration d’Alain Chaptal

Chapitre 2.

Joseph Wilbois.
Mysticisme social et science de l’éducation                                  
Françoise Thibault, Pierre Mœglin

Chapitre 3.

Burrhus F. Skinner.
Le précepteur mécanique                                                                        
Jean-Marie Ball, Claude Debon, Pierre Mœglin

Chapitre 4.

Lê Thành Khôi.
Productivité éducative et progrès social                                       
Judith Barna, Pierre Mœglin

2.  Le temps des critiques                                                                      

Chapitre 5.

Harold A. Innis.
Un doyen contre les dérives de l’industrialisation               
Gaëtan Tremblay, Didier Paquelin

Chapitre 6.

Jacques Piveteau.
Comme la production industrielle,
le système scolaire ?                                                                                        
Pierre Mœglin, Laurent Petit

3.  Le temps des ingénieurs                                                                

Chapitre 7.

Philip Hall Coombs.
Améliorer le rendement                                                                             
Pierre Landry, Mohamed Sidir

Chapitre 8.

Guy Berger.
Problématique alliance entre technologues
et pédagogues                                                                                                    
Éric Auziol, Pierre Mœglin

Chapitre 9.

Jacques Perriault.
L’éducation, « industrie de la connaissance »                        
Laurent Petit avec la collaboration
de Monique Commandré et Roxana Ologeanu

Chapitre 10.

Geneviève Jacquinot.
Penser la dimension industrielle
de la technologisation                                                                                   
Élisabeth Fichez, Pierre Mœglin

Chapitre 11.

Gilbert Paquette.
Systémisme et idéologie de la « Société du savoir »           
Monique Commandré avec la collaboration
de Yolande Combès, Patrick Guillemet et Pierre Mœglin

Chapitre 12.

Monique Linard.
Ingénierie sans industrialisation ?                                                    
Claude Debon, Pierre Mœglin
avec la collaboration d’Élisabeth Fichez

4.  Le temps des analyses                                                                       

Chapitre 13.

Jean Gadrey.
Contradiction dans les termes ?                                                            
Jean-Luc Metzger, Didier Paquelin

Chapitre 14.

Jean-Louis Derouet.
Logique industrielle et compromis d’établissements       
Nathalie Boucher-Petrovic, Yolande Combès

Chapitre 15.

Luc Carton.
Industrialisation, mot-valise ?                                                               
Yolande Combès, Pierre Mœglin, Alain Payeur (†)

5.  Le temps des renouvellements                                             

Chapitre 16.

Otto Peters.
Les révolutions industrielles
de l’enseignement à distance                                                                 
Judith Barna, Patrick Guillemet, Pierre Mœglin

Chapitre 17.

Tony Bates.
Postfordisme ou néo-fordisme ?                                                          
Jean-Luc Metzger avec la contribution de Pierre Mœglin

Chapitre 18.

Christine Musselin.
Vers un capitalisme académique ?                                                     
Françoise Thibault

Chapitre 19.

George Ritzer.
McDonald’s et après                                                                                       
Marie-José Barbot, Pierre Mœglin, Alain Payeur (†)

Chapitre 20.

Bjørn Stensaker.
Politique des marques                                                                                 
Bernard Miège, Pierre Mœglin

Chapitre 21.

Tony Waters.
Retour à la bureaucratie ?                                                                        
Pierre Mœglin

Pourquoi industrialiser ? Remarques conclusives              
Pierre Mœglin

Références bibliographiques                                                                       
Index nominum                                                                                                    
Index notionum                                                                                                    
Les auteurs                                                                                                               

Résumé

Un spectre hante la recherche en éducation : le spectre de l’industrialisation. Depuis le début du XXe siècle en Amérique du nord et en Europe, le recours à des méthodes et moyens industriels pour enseigner, apprendre et administrer le système éducatif suscite autant d’enthousiasme que d’anathèmes. Les expériences font l’objet d’un nombre croissant d’études et de recherches. Mais leurs acquis se perdent au fur et à mesure. Le but de cette anthologie est d’en restituer l’essentiel. Il apparaît notamment qu’un fil rouge court depuis le taylorisme scolaire des années 1910 jusqu’aux réalisations actuelles du capitalisme académique.

Vingt-et-un extraits couvrant un siècle de controverses scientifiques sont présentés et commentés par une équipe internationale formée des meilleurs spécialistes de la question. Issu des travaux du Séminaire Industrialisation de la Formation que Pierre Mœglin anime depuis sa création en 1991, cet ouvrage aide à comprendre les mutations des organisations, ressources et pratiques éducatives.


Pierre Mœglin est professeur de sciences de l'information et de la communication à l'université Paris XIII. Il a fondé et dirigé le LabSic, ainsi que la Maison des sciences de l'Homme Paris Nord. Il est membre senior de l'Institut Universitaire de France.

Abstract

Extrait(s)

introduction

La question de l’industrialisation
de l’éducation

Pierre Mœglin

À l’origine de cette anthologie, un constat : celui de l’ignorance de la question de l’industrialisation éducative par la plupart des spécia­listes. Surprenante est en effet leur surprise lorsqu’ils découvrent que les termes « industrialisation » et « éducation » peuvent être accolés ! Plus surprenant encore serait leur étonnement de s’apercevoir que la formule « industrialisation de l’éducation » – qu’à tort ils tiennent pour un oxymore récent – se rencontre en fait, il y a plus de cent ans, sous la plume de penseurs comme J. F. Bobbitt*1 aux États-Unis et J. Wilbois* en France ! Qu’elle se retrouve également, à la même époque, chez un activiste comme H. S. Pritchett, président du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de 1900 à 1906 et, par ailleurs, président-fondateur de la National Society for the Promotion of Industrial Education, laquelle, à sa création à New York en 1906-1907, ouvre des bureaux dans trente-huit États de l’Union2. Et que cette formule figure également dans un essai que publie en 19043 J. P. Monroe, chef d’entreprise, successeur de H. S. Pritchett à la tête de la National Society for the Promotion of Industrial Education et responsable de la Commission sur l’éducation de la Chambre de commerce de Boston. C’est d’ailleurs lui que l’historien R. E. Callahan qualifie d’« industrialist educator4 ». La formule n’est pas moins présente chez W. H. Allen, directeur du Bureau of Municipal Research de New York, dont un chapitre entier de son livre Efficient Democracy, paru en 1907, est consacré à la nécessité de recourir à des « educational engineers » pour réduire les coûts de fonctionnement des établissements d’enseignement et en calquer l’organisation sur celle des usines5.

Ce n’est pas tout. Dès les dernières années du xixe siècle, la référence à l’industrialisation éducative fait également son apparition chez des sociologues tels que M. Weber en Allemagne et T. Veblen aux États-Unis. S’ils évoquent en effet le tournant industriel que connaît l’enseignement, c’est bien sûr parce qu’à l’université et dans les lycées sont mises à l’honneur des matières utiles à l’économie et à l’industrie. Mais c’est aussi et surtout parce que, pour reprendre une formule de T. Veblen, se fait jour « une certaine tendance à remplacer le prêtre par le capitaine d’industrie » à la tête des établissements et que, si partiel soit-il encore, commence à s’opérer le « remplacement de l’efficacité sacerdotale par l’efficacité pécuniaire »6. De son côté, M. Weber observe que « pour le moment le travailleur de [sa] spécialité est encore dans une large mesure son propre maître à l’instar de l’artisan d’autrefois dans le cadre de son métier ». Mais, ajoute-t-il, « l’évolution se fait à grand pas7 », et l’université connaît une « évolution comme dans n’importe quelle entreprise ayant à la fois les caractères capitaliste et bureaucratique8 ».

Quel ne serait pas a fortiori l’étonnement des spécialistes s’ils venaient à apprendre que cette référence à l’industrialisation éducative est plus ancienne encore ! Et par exemple qu’en 1798, au début du Conflit des facultés, le philosophe E. Kant9 préconise déjà « de traiter l’ensemble tout entier du savoir (à proprement parler les cerveaux qui y contribuent) de façon pour ainsi dire industrielle [gleichsam fabrikenmäßig], par la division des travaux… ». Il s’agirait, selon Kant, de « recruter autant de maîtres publics, de professeurs qu’il y aurait de branches de la science […] et d’en faire les dépositaires de celle-ci, afin qu’ils forment collectivement quelque chose comme un État scientifique, appelé université (ou école supérieure) ».

Dans son commentaire de ce passage, le philosophe P. Macherey souligne que Kant propose en l’occurrence que l’enseignement « se consacre, avec un maximum d’efficacité, à la production et à la transmission des savoirs » ; il indique aussi que le « principe de la division rationnelle du travail dans l’industrie […] a en fait été théorisé quelques années auparavant par les philosophes écossais créateurs de l’économie politique »10. Et ce, ajouterons-nous, quand bien même aucun de ces économistes, à commencer par A. Smith, n’envisage encore de soumettre l’éducation au principe de cette division rationnelle.

Maximum d’efficacité certes, mais aussi – et la précision est indis­pensable – maximum d’autonomie. Car le « savant corporatif » cher à Kant, censé n’obéir qu’à la Raison souveraine et être régi par ce que M. Freitag nomme « une normativité interne autonome11 », n’a de comptes à rendre à personne. P. Bourdieu explique d’ailleurs que la figure de ce savant autonome est « l’expression des intérêts sublimés de l’intelligentsia bourgeoise12 ». Le fait est qu’elle annonce le professeur de l’« Université inconditionnelle13 », tel que J. Derrida le pose en idéal, et qu’elle se situe donc aux antipodes de l’image de l’enseignant tout imprégné d’esprit d’entreprise que les industrialistes du début du xxe siècle appellent de leurs vœux.

Cette remarque importante ne permet pas seulement de relativiser l’industrialisme éducatif de Kant ; elle anticipe un point qui reviendra en leitmotiv tout au long de cet ouvrage : la référence à l’industrialisation désigne des réalités trop disparates et souvent trop contradictoires pour que l’on puisse se contenter d’en donner une définition unique. Autrement dit, pour que l’on puisse faire l’économie d’une analyse différenciée des acceptions qu’elle revêt en fonction des époques et selon les auteurs.

Commençons au préalable par écarter deux erreurs terminologiques courantes : la première, sur « université » ; la seconde, sur « industrie ».

Ce qui, après Kant, est nommé « université » correspond à un ensemble bien plus large que ce que lui-même désigne par ce vocable, à savoir les trois facultés supérieures de droit, de théologie et de médecine, ainsi que la faculté inférieure, qui regroupe les autres enseignements, dont celui de philosophie. De fait la définition de l’université qu’adopte le xixe siècle, telle qu’elle apparaît par exemple dans le décret de Napoléon de 1808 sur « l’organisation générale de l’université », recouvre l’ensemble de tous les ordres d’enseignement public (article 1), depuis les petites écoles jusqu’aux facultés (article 5)14. Il s’agit donc peu ou prou de ce qui est désigné dans les extraits ci-dessous, lesquels datent des xxe et xxie siècles, par des mots et expressions tels qu’« école », « enseignement », « appareil de formation », « éducation », « système éducatif ». Comme « université, ceux-ci désignent en fait la totalité des activités éducatives instituées.

Cette précision, indiquons-le dès maintenant, ne dispensera pas de marquer, chaque fois que nécessaire, les singularités propres au type et niveau d’en­seignement du pays et de l’époque considérés. Comme cela se confirmera en effet plus bas, l’industrialisation dans laquelle l’université française s’engage aujourd’hui n’a pas grand chose à voir avec celle que connaît l’enseignement primaire et secondaire dans les années 1920 aux États-Unis. Et celle-ci n’a pas non plus grand chose à voir avec l’industiralisation de la formation professionnelle continue, telle qu’elle intervient avant et a fortiori après l’invention du e-learning, au cours des années 1990.

Quant au mot « industry », il s’agit d’un faux ami qui, en anglais, définit toute activité, industrielle ou non, de transformation de matières premières en produits finis. Ainsi par exemple quand, dans les extraits ci-dessous, P. H. Coombs* évoque l’éducation comme une « artisanal industry15 », ne veut-il aucunement associer deux termes incompatibles. Ce qu’il dit seulement, c’est que le système éducatif états-unien utilise, selon les termes qu’il emploie, des méthodes artisanales pour « transformer » de jeunes enfants en adultes. Quelques lignes plus bas, il exprime toutefois le vœu que ces méthodes artisanales cèdent la place à une industrie de l’enseignement. Cette fois, il parle d’« industry » au sens actuel d’industrie16.

C’est ce sens qui fait son apparition en Allemagne et en France au milieu du xviiie siècle. Par exemple, c’est lui qui, chez Kant, qualifie les secteurs où prévalent les méthodes dites « industrielles ». Et c’est lui qui convient à l’organisation de l’éducation qui, plus tard, opèrera effectivement selon une certaine division scientifique du travail, une concentration des ressources et la production de prestations éducatives en série et à grande échelle. C’est également ce sens, élargi à toutes les formes d’industrialisation qui se rencontreront ci-dessous – archéo-taylorienne, taylorienne, néo-taylorienne, post-taylorienne, liée au « capitalisme financiarisé », « cognitif » ou « académique » –, qui sera attribué à l’expression « industrialisation éducative ».

Ces deux précisions terminologiques apportées, revenons au constat de départ : celui de l’oubli actuel des anciennes tendances industrielles en éducation, oubli lui-même assorti d’une surévaluation corrélative des tendances nouvelles. En découle a contrario l’objectif assigné à cette anthologie : penser la notion d’industrialisation éducative en vue d’en faire une catégorie de pensée. Autrement dit, examiner à quelles conditions et dans quelle mesure l’on peut conférer une valeur heuristique à cette notion, éventuellement l’ériger en un concept opératoire pour appréhender les évolutions et métamorphoses du système éducatif.

Pour ce faire, cette anthologie vise à identifier et étudier les temps forts de l’élaboration du paradigme industriel en éducation et de son déploiement en Amérique du Nord et en France plus particulièrement. Cinq d’entre eux retiendront notre attention : le temps des pionniers, favorables au taylorisme éducatif ; celui des critiques, pourfendeurs de l’indus­trialisme éducatif ; celui des ingénieurs, attachés à formuler des modalités industrielles adaptées aux spécificités éducatives ; celui des analyses, portant sur les enjeux de ce qu’il y a d’industriel dans les systèmes éducatifs ; enfin celui des renouvellements, quand ces systèmes se mettent à devenir des composantes de l’industrie du savoir et de la « Société de la connaissance ». Cependant, à travers la succession de ces temps forts – sur lesquels nous reviendrons plus bas –, il s’agira essentiellement de rendre sensible la dynamique de ce projet industriel éducatif sur le long terme, depuis ses premières formalisations, au début du xxe siècle, jusqu’à aujourd’hui.

Ainsi voudrions-nous introduire le lecteur à une approche compréhensive et critique de ce que, dans de courts extraits choisis et commentés par nous, différents experts, penseurs et chercheurs ont écrit à différentes époques et dans différents contextes à propos des transformations ou tentatives de transformation industrielle du système éducatif. Par là, ce lecteur observera de quelle manière la référence à ce projet éducatif industriel se construit, circule et se renouvelle en permanence à la faveur de ce que l’on peut appeler une « histoire connectée » ou, mieux encore, une « genèse connectée », d’un pays à l’autre, d’une époque à l’autre.

Une entreprise si ambitieuse exigeait une démarche collective et inter­disciplinaire. Le Séminaire Industrialisation de la Formation (Sif) s’y est prêté d’autant mieux que lui-même est le fruit et le vecteur d’une étroite collaboration entre des chercheurs qui se connaissent bien et depuis de nombreuses années, se réunissent régulièrement, appartiennent à des courants et à des disciplines différentes, mais ont l’habitude de travailler ensemble sur de mêmes objets et dans des perspectives convergentes. Cette anthologie vient d’ailleurs clore le cycle de travaux qu’ils ont ouvert au sein de ce Séminaire, il y a plus de vingt ans, et dont l’ouverture a été sanctionnée par la publication d’un ouvrage collectif17. À ce premier ouvrage celui-ci fait donc en quelque sorte le pendant.

Celui de 1998 posait la question de l’utilité heuristique de la notion d’indus­trialisation appliquée à la formation. À l’époque, l’objectif était d’insister de manière extensive sur l’intérêt d’une notion à laquelle, dans leur immense majorité, chercheurs, experts et professionnels de l’éducation refusaient tout droit de cité. Aujourd’hui, la situation est, pour ainsi dire, inversée. De fait, l’importance de la notion est admise, du bout des lèvres et, plus souvent, avec un enthousiasme ou une aversion aussi excessifs l’un que l’autre. Le but de cette anthologie est donc d’écarter autant que possible généralisations abusives, approximations douteuses et acceptions erronées. Il s’agit par conséquent d’examiner de manière restrictive dans quelle mesure et à quelles conditions la référence industrielle peut être utile à la compréhension des mutations actuelles des régimes de savoir et de connaissance. Autrement dit, alors que, dans les années 1990, le propos était d’envisager tous les états de la notion d’industrialisation éducative et d’en identifier le plus grand nombre d’usages possibles, celui d’aujourd’hui est au contraire de cerner au plus près le périmètre de cette notion, de manière à en prévenir les utilisations inexactes ou simplement floues et métaphoriques.

Tel est le sens de la réflexion méthodologique et épistémologique qui s’engage ici et dont cette introduction s’attachera à retracer les prémisses. Divisée en deux volets, elle en présentera successivement principes et orientations. Pour ce faire, elle reconstituera rétrospectivement la cohérence d’une analyse dont, pour être conçues, élaborées et appliquées de manière efficace, les règles auront eu besoin du collectif formé par les vingt-deux chercheurs impliqués dans l’entreprise. Ainsi, espérons-le, cette introduction donnera-t-elle au lecteur les clés d’un projet dont, grâce à ce vade mecum, il pourra plus aisément suivre le déploiement de chapitre en chapitre.

Sous le titre « le poids des préjugés », le premier de ces deux volets passera en revue cinq idées faisant obstacle à une appréhension claire de la question de l’industrialisation éducative.

Ces idées couvrent le spectre qui se déploie à partir du postulat de l’incom­patibilité a priori entre organisation industrielle et institution éducative, passe par la sous-évaluation systématique des réalités industrielles de l’éducation, inclut le refus de considérer ces réalités dans leur pluralité au nom de la représentation d’une industrialisation supposée s’imposer d’emblée sans rencontrer aucune résistance, avant d’aboutir au postulat (inverse du premier, mais tout aussi discutable) de l’inéluctabilité (souhaitée ou redoutée) d’une rupture industrielle radicale des manières d’enseigner, d’apprendre et d’orga­niser l’enseignement. Ainsi, depuis la croyance en l’impossibilité de toute industrialisation éducative jusqu’à la certitude de son omniprésence, cinq idées reçues – dont nous essaierons de montrer que ce sont cinq idées fausses – seront-elles successivement soumises au crible de la neutralité axiologique à laquelle les contributeurs de cette anthologie aspirent.

Consacré aux dispositions méthodologiques guidant la sélection et l’interprétation des vingt et un extraits retenus, le second volet de cette introduction (« les conditions d’une anthologie ») traitera du modus operandi.

Il y sera question de la grille de lecture à appliquer à ces extraits et des trois traits distinctifs (et interdépendants) du projet industriel éducatif sur lesquels ils mettent l’accent : technologisation, rationalisation, idéologisation. Évidemment, s’il fallait analyser les manifestations réelles de ce projet, ses applications in medias res et ne pas se contenter de ce que ces textes en disent, ces traits seraient probablement des marqueurs insuffisants ; il en faudrait d’autres, plus fins et opérationnels, rendant mieux compte des réalités industrielles et modalités pratiques propres à chaque situation. Cependant, l’analyse des faits réels n’est pas ici à l’ordre du jour. Pour prendre la mesure des points de vue en lice et de l’éventail qu’ils forment, les trois marqueurs mentionnés seront suffisants.

Éventail en effet, car il apparaîtra qu’aucun de ces extraits n’est à lui seul porteur de la totalité de la pensée industrielle de l’éducation : au mieux chacun en reflète-t-il un moment ou un mouvement. Pour autant, leur recueil ne vise ni la cohérence d’un corpus ni la linéarité – inévitablement artificielle – d’une histoire des idées sur la question des relations entre industrie et éducation. Il constitue encore moins un florilège de textes choisis pour leur qualité littéraire ou pour la réputation de leurs auteurs ; il ne propose pas davantage les résultats d’une enquête au sein de la communauté des penseurs, spécialistes et experts concernés, par exemple pour y suivre d’un point de vue sociologique la manière dont telle idée naît chez l’un, est reprise plus ou moins fidèlement par d’autres, et est finalement peu ou prou rejetée ou adoptée par tous.

Cet éventail déplié a un but différent : donner à voir la plus grande diversité possible des manières de penser l’industrialisation éducative. Plus exactement, la réunion de ces textes vise à sensibiliser le lecteur aux raisons pour lesquelles, en dépit des censures, anathèmes, exagérations et malentendus dont elle est victime de longue date, la référence industrielle refait régulièrement surface, chargée d’enjeux éducatifs et sociétaux renouvelés en permanence, mais conservant sur un siècle la même utilité pour aider à comprendre les mutations de la connaissance, de sa production et de sa transmission. Toute la difficulté est évidemment de savoir de quoi cette utilité est faite exactement.

Le poids des préjugés

L’ignorance des spécialistes n’est jamais plus flagrante que lorsqu’ils croient être les premiers à constater que l’éducation s’industrialise ou qu’elle est sur le point de le faire. N. Thrift, président et vice-chancelier de l’université britannique de Warwick, est de ceux-là lorsqu’il prédit que « quoi qu’il arrive, nous assisterons dans beaucoup de pays à une industrialisation de l’enseignement supérieur18 ». Il ajoute que « comme toute révolution industrielle, celle-ci aura ses bons et ses mauvais côtés, mais elle se produira. De cela je suis absolument sûr19 ».

Au moment où il écrit ces lignes, N. Thrift ignore très certainement qu’en 1963 – soit exactement cinquante ans avant lui – le président d’une autre université, plus prestigieuse encore, l’Université Berkeley en Californie, soutient déjà, en un ouvrage qui connaît un certain succès, que l’enseignement et la recherche relèvent de « l’industrie du savoir20 ». Et l’esprit industriel, ajoute le président C. Kerr, gagne si bien l’université que « celle-ci et certains secteurs de l’industrie se ressemblent de plus en plus. L’université se lie au monde du travail, et le professeur, au moins pour les sciences de la nature et quelques-unes des sciences sociales, prend le type de l’entrepreneur industriel21 ». Certes, la conjonction des deux univers ne va par de soi. De fait, comme le reconnaît C. Kerr : « l’industrie, avec les savants et techniciens qu’elle emploie, a dû s’initier laborieusement à la liberté universitaire22 » ; de son côté, l’université a dû « se mettre au service d’une croissance explosive des connaissances comme de sa population23 ». Mais l’industrialisation de l’enseignement est en route, conclut néanmoins C. Kerr.

L’amnésie d’aujourd’hui serait-elle due à la rareté et à l’inconsistance des tentatives du siècle précédent ? Et celles-ci seraient-elles trop anciennes pour que l’on s’en souvienne aujourd’hui ? Il faudrait pour cela que ces tentatives aient été négligeables et sans portée, ce dont font douter la profusion et la richesse des extraits ici réunis et celles des textes auxquels ces extraits renvoient et qui leur font cortège.

D’une part en effet, le renouvellement régulier, depuis un siècle, des travaux théoriques et jugements critiques sur ce projet industriel éducatif indique qu’il n’a rien perdu de son aptitude à susciter analyses, polémiques, controverses et débats. D’autre part, les pratiques et politiques éducatives actuelles, notamment celles marquées par le « pragmatisme social-libéral24 » de la Stratégie européenne de Lisbonne, en 2000, prolongent ces tentatives et, ce faisant, confirment a posteriori, s’il en est besoin, qu’elles n’ont pas été des coups pour rien. Quand bien même elles ne se sont pas toutes soldées par de francs succès.

Telle est donc, dans le monde des idées (et – insistons sur ce point – indépendamment du monde des faits), l’intention qui anime les auteurs de cet ouvrage : prendre au sérieux la question de l’industrialisation édu­cative, en suivre dans la durée l’élaboration à l’échelle internationale, les appropriations et formulations successives, en se gardant soigneusement de privilégier la dernière en date. Et, par là, démonter les préjugés qui en hypothèquent l’intelligibilité. Autrement dit, rompre avec l’enfermement amnésique dont, à l’instar de N. Thrift, nombre de spécialistes ignorants sont les victimes consentantes ou involontaires.

Incompatibilité ?

Le premier de ces préjugés est celui de l’incompatibilité des mondes respectifs de l’industrie et de l’école. L’économiste J. Gadrey*25 n’est pas le seul à se faire l’avocat de cette thèse de l’incompatibilité. Toutefois, l’opinion qu’il défend est l’une des plus radicales : l’éducation ne possèderait selon lui aucun des traits propres à un secteur industriel ou simplement industrialisable.

Les biens qu’elle produit (à supposer que l’on puisse parler de production) consisteraient en effet en des compétences acquises, des savoir-faire transmis, une culture partagée, une meilleure ouverture au monde. Mais ces biens ne sont ni tangibles ni, bien évidemment, produits en série. Par ailleurs, l’activité enseignante échappe aux principes de la division scientifique du travail, personne ne pouvant exiger des professeurs ou des élèves et étudiants une quelconque standardisation poussée des tâches, ni les astreindre à des contrôles menés par des « fonctionnels » spécialisés. Il ne serait pas davantage envisageable d’imposer aux établissements une logique de calcul et des critères de productivité afin d’augmenter la quantité en diminuant les coûts et en utilisant pour cela des systèmes automatisés permettant de remplacer les professeurs. Autant d’impossibilités conduisant P. Grevet – qui, plusieurs années durant, défend au sein du Sif des positions proches de celles de J. Gadrey* – à soutenir à son tour que de facto l’industrialisation de l’éducation est « impraticable26 ».

Sans anticiper la discussion des arguments de J. Gadrey* dans le chapitre qui lui sera consacré, l’on observera dès maintenant qu’en réalité, des modes de fonctionnement de type industriel sont d’ores et déjà, sinon appliqués, du moins proposés à (presque) tous les ordres d’enseignement. Et qu’à tout le moins, lois, textes réglementaires et consignes diverses poussent les universités, les lycées et, plus récemment, les collèges à adopter des modes de fonctionnement propres aux entreprises pour une part croissante de leurs activités.

Dans les extraits qui en seront rapportés ci-dessous, P. H. Coombs* le dit sans ambage. Ce qui ne l’empêche pas par ailleurs de se montrer réservé sur l’importation telles quelles des techniques du management d’entreprise. Par exemple, il reconnaît que le principe de la rémunération au mérite des enseignants a pour effet d’augmenter le coût unitaire des élèves et étudiants27, sans que les bénéfices pédagogiques n’en soient accrus pour autant. Différentes études vont dans le même sens, soulignant même que les motivations extrinsèques peuvent concurrencer des motivations intrinsèques, comme par exemple le plaisir de réaliser une activité utile ou de s’accomplir dans son engagement professionnel. Significatifs sont, à cet égard, les travaux issus de la théorie des « récompenses démotivantes28 » qui mettent l’accent sur l’effet contre-productif des dispositions de ce type.

Certes, soutiennent alors les partisans de l’incompatibilité, la tendance industrialiste est exogène, émanant le plus souvent des tenants d’un néolibéralisme dérégulateur, militants du « moins d’État » et alliés, pour l’occasion, à des fabricants de matériels en mal de marchés. Aussi une éducation ainsi industrialisée ne mérite-t-elle pas, selon eux, le nom d’éducation. En effet, soumise à de telles contraintes, l’institution éducative ne pourrait que « nier ses spécificités29 » et adopter ce qu’A. Gorz nomme alors l’impératif d’une « spécialisation fonctionnelle30 », en contradiction flagrante avec ses missions de service public et ses modes de fonctionnement.

Voit-on cette institution faire appel à l’arsenal des systèmes d’information, de communication et de gestion du personnel que la santé, la banque et beaucoup d’autres organisations utilisent déjà couramment ? Le même A. Gorz répond alors que c’est le signe avant-coureur et la propédeutique d’une « barbarie technicisée31 ». Et M. Linard* de renchérir en soutenant qu’en tout état de cause, la complexité « proprement indéterminable a priori de l’apprendre humain disqualifie toute idée de prévision exacte32 ». Est-il envisagé de remplacer, ne serait-ce que partiellement, les professeurs par des machines à enseigner ? J. Gadrey* rappelle que les enseignants ont l’habitude, dès qu’ils se sentent menacés dans leur autonomie professionnelle, de s’allier aux étudiants que l’on ne voit jamais « revendiquer “plus de machines”, mais “plus de prof“33 ». Sur ce point, un rapport de l’OCDE lui donne raison : « bien que [les étudiants] apprécient la commodité et les avantages des technologies, leurs préférences vont encore au face à face pédagogique traditionnel34 ». Le modèle universitaire nord-américain, « prototype de l’université contemporaine35 », est-il en cours d’universalisation ? Voici que, « prise en main par les sciences sociales », de la même façon que « les ingénieurs tayloriens » ont pris en main le « procès sociotechnique de la production », l’université « s’enlise dans la dialectique de la technocratie et de la bureaucratie »36. Et ce serait alors, pour emprunter au titre de l’ouvrage de M. Freitag, un « naufrage » qui la menacerait, ni plus ni moins.

Tels sont les accents catastrophistes qu’empruntent les tenants de la thèse de l’incompatibilité. J. Gadrey* n’est pas le seul à la défendre : nous le verrons dans les chapitres qui leur sont consacrés respectivement, H. Innis*, J. Piveteau*, M. Linard* et, dans une moindre mesure, G. Ritzer* s’y rallient également. Ils le font dans des perspectives différentes, mais en insistant tous, non pas sur ce à quoi l’industrialisation éducative correspond, mais sur ce qu’elle ne peut être et sur les raisons pour lesquelles elle ne peut l’être. Excluant a fortiori l’idée d’une coexistence entre des régimes industriels, semi-industriels et artisanaux (et, au sein des régimes industriels, entre leurs différentes tendances ou strates), les tenants de cette approche que l’on pourra donc dire apophatique pratiquent en somme le tout ou rien : pas d’industrialisation ou pas d’éducation. L’industrialisation ne peut entraîner selon eux que régression ou destruction de l’institution ou du secteur où elle se produit.

Significatif est à cet égard l’incipit de l’historien R. E. Callahan : « L’éducation n’est pas une entreprise ; l’école n’est pas une usine37 ». Sans méconnaître la réalité des tendances industrialisantes pendant et après l’Efficiency Movement, mouvement en faveur du taylorisme appliqué aux administrations et services publics en général, R. E. Callahan affirme qu’elles n’ont jamais donné de résultats concrets. Certes, elles ont marqué les esprits, reconnaît-il, mais pas assez pour infléchir durablement pratiques et modes de fonctionnement. À quoi répond contradictoirement T. Waters*, sociologue de l’éducation, dans un chapitre également consacré à l’Efficiency Movement et intitulé « l’école en tant qu’usine38 ». Dans ce chapitre il montre pourquoi, soumis aux injonctions officielles, les établissements adoptent dès 1920 des principes proches de ceux établis par H. Ford en 1908 et appliqués dans son usine de Highland Park à Detroit à partir de 1913. Et T. Waters* d’ajouter que ces réalisations n’ont guère été concluantes, mais qu’elles ont quand même permis à l’esprit industrialiste de se lancer à l’assaut des sphères éducatives et de se constituer aujourd’hui en référence majeure pour les experts et les décideurs. Ce dont témoigne maintenant, selon lui, la tension extrêmement forte entre, d’un côté, « une importante bureaucratie inhumaine et hiérarchisée », acquise aux impératifs industriels et, de l’autre côté, « la relation toute empreinte d’émotion et de sentimentalité entre parents et enfants39 », caractéristique de la dimension artisanale de l’éducation.

Peut-être cette tension s’observe-t-elle plus sûrement encore dans la contradiction à laquelle l’université états-unienne est confrontée actuellement. De fait, celle-ci est affectée, sur le plan de ses finalités, par le « puissant impact40 », selon la formule de C. Newfield, qu’ont sur elle les sciences pratiques orientées sur le management et elle s’en trouve écartelée entre idéal humaniste et pressions économiques. Les traces de cette tension sont également visibles, sur le plan des modalités d’enseignement, dans la crise que connaît ce « modèle de l’usine appliqué à l’éducation41 », ainsi que le qualifie J. Seely Brown, spécialiste de la question des rapports entre informatique et société. De fait, l’environnement qui, dans les années 1920-1970, a motivé ce modèle de l’usine (« alors qu’il n’y avait pas de changement en permanence et que les compétences que l’on avait apprises valaient pour toute la vie ») est transformé par Internet et les réseaux sociaux en autant d’« occasions d’apprendre en marge de l’enseignement formel »42. Désormais, indique donc cet auteur, l’institution éducative est soumise à un régime où le besoin des connaissances, de leur production et de leur diffusion est dicté par l’accélération des innovations du monde productif. L. Carton*, dans le chapitre qui lui sera consacré, ne dit rien d’autre, même s’il en tire des conclusions un peu différentes.

À cette idée de l’incompatibilité l’on ne manquera pas d’objecter également que la vision déterministe qui la sous-tend prête à l’informatique, au Web et aux dispositifs techniques en général un pouvoir qu’ils ne sauraient avoir. Et, à un autre niveau, l’on n’oubliera pas non plus que, contrairement à ce que suggèrent ses tenants, les principes de l’Efficiency Movement, repris et transformés jusqu’à aujourd’hui par toute une série de réformes successives, n’affectent ni prioritairement ni principalement les manières d’enseigner et d’apprendre. La raison en est que l’autonomie indispensable au « processus individuel engagé par un acteur social43 » en quoi consiste l’apprentissage selon G. Jacquinot*, admet difficilement d’être limitée ou contrainte par des interventions bureaucratiques : aucune normalisation industrielle ne parvient à réduire tout à fait des enseignants et apprenants en simples exécutants d’un programme décidé en dehors d’eux.

La raison en est qu’il n’y a pas d’apprentissage qui ne soit auto-apprentissage comme l’écrit L. Porcher44, c’est-à-dire acte volontaire d’un sujet sur lui-même, de même qu’il n’y a pas d’enseignement qui ne soit enseignement de quelqu’un pour quelqu’un, c’est-à-dire fruit d’un rapport social incarné dans une relation de personne à personne, médiatisé ou non.

En revanche, le même L. Porcher rappelle en un autre ouvrage (un peu plus tardif et, cette fois, influencé par les travaux du Sif) que, s’il est exact que « [l’éducation] n’est pas encore considérée couramment comme une industrie, un gisement de savoir-faire à exploiter, un outil de compétition internationale, une entreprise qui fabrique des produits spécifiques », il n’en reste pas moins que cette représentation est « en train de se développer lentement et les prises de conscience à son propos sont probablement appelées à s’accélérer ». Et d’ajouter que c’est même « l’une des lignes principales de développement de l’institution éducative, comme lieu privilégié de production d’une compétence qui coûte et vaut cher »45.

A fortiori, des activités éducatives non pédagogiques de gestion des moyens humains et techniques, de logistique, de contrôle des connaissances, de tenue des dossiers étudiants, de certification et d’attribution des diplômes, entre autres, sont, elles, assez répétitives, normalisées et codifiables pour se prêter à une certaine automatisation et se plier à des règles et contraintes de standardisation, mécanisation et codification. De longue date et bien avant qu’elles ne gagnent l’éducation, celles-ci se sont d’ailleurs imposées aux services bancaires, à la gestion hôtelière, à la restauration collective, aux systèmes de réservation de places, etc. S’en trouve confirmé le principe général selon lequel les sphères d’activité où prévalent routine et dépersonnalisation de la relation entre prestataires et destinataires offrent un terrain favorable au projet industriel.

Ces sphères, cependant, ne sont pas les seules concernées : à l’autre extrême, les tâches de direction, d’encadrement et parfois de responsabilité intermédiaire peuvent elles aussi, dans les lycées et les universités, être gagnées par les habitus de l’entreprise. Sans que ce soit toutefois sur les modes taylorien ou néo-taylorien.

Ainsi voit-on cette conversion se produire dans les établissements qui sont en contact régulier avec le monde des affaires, par exemple pour la réalisation de contrats de recherche ou de prestations de formations ciblées sur les besoins de telle ou telle entreprise. Alors, indique C. Musselin*46 à propos des personnels concernés, ils se mettent à adopter la flexibilité des méthodes collégiales et peu hiérarchisées prônées par les doctrines managériales qu’en retour ils aident à diffuser dans l’entreprise (d’où, pourtant, elles émanent). D’un côté, par conséquent, une taylorisation des services se traduisant pour le plus grand nombre par une dégradation de la qualité de la prestation ; de l’autre et à l’inverse, la priorité donnée à la créativité organisationnelle de quelques-uns, fondée sur des principes tels que « le projet, le réseau, l’équipe, l’autonomie, l’implication, la qualité, le contrôle décentralisé, la responsabilité47 ».

Naturellement, il se peut qu’ensuite, sous l’une ou l’autre des deux modalités, cette tendance industrielle s’attaque à l’enseignement proprement dit, comme A. N. Gjerdinget al., par exemple, l’indiquent en se fondant sur les analyses de ce que B. R. Clark appelle « l’université entrepreneuriale48 ». Ces auteurs montrent en effet que, « lorsque les pratiques entrepreneuriales sont couronnées de succès, la culture d’entreprise s’enracine solidement et profondément, offrant à l’université toute entière la possibilité d’adhérer à un ensemble d’idées nouvelles49 ». Mais si cette culture d’entreprise est, selon eux, en mesure de s’adresser à « l’université toute entière », elle ne le fait éventuellement qu’en un second temps et sans nécessairement affecter les manières d’enseigner proprement dites.

La précision importe d’autant plus que certains extraits cités en cette anthologie insistent sur l’existence d’un autre moteur de l’industrialisation : celui que représente une technologisation éducative additive venant s’ajouter à la technologisation substitutive. Technologisation industrialisante, certes, mais que l’on doit considérer comme additive en effet, parce que ne mettant pas des machines à la place des enseignants, professionnels de l’orientation, documentalistes et autres personnels. Au contraire, elle compléterait et enrichirait les pratiques traditionnelles, en en infléchissant éventuellement les traits les plus figés et les moins en prise avec les évolutions des nouvelles manières d’enseigner et d’apprendre.

G. Jacquinot* y fait référence lorsqu’elle se demande « comment cette technologisation de la formation, vecteur privilégié (mais non exclusif) d’une tendance à l’industrialisation peut s’accompagner d’une meilleure qualité de formation tant au plan des individus que des systèmes, tout en réalisant des économies d’échelle50 ». Semblablement, G. Ritzer* propose dans les extraits ci-dessous d’inverser la tendance naturelle de la McDonaldisation universitaire en « utilisant les systèmes non humains pour améliorer les systèmes humains51 ». Et G. Paquette* se fait à son tour le propagateur d’une idée du même type lorsque, pour le campus virtuel de la Télé-université du Québec, il préconise l’usage de systèmes permettant de suivre les apprenants individuellement et d’adapter en temps réel l’offre pédagogique disponible à leur situation52.

Il faudra donc suivre attentivement la manière dont, en cette anthologie, se dessinent, de texte en texte et d’un contexte national à l’autre, la perspec­tive de cette seconde technologisation et ses incidences sur la manière d’appréhender la question de l’industrialisation en général.

D’ores et déjà, un cas rapporté par F. Jaureguiberry fournit un élément de réponse à la question soulevée par G. Jacquinot* : analysant l’échec d’un programme de soutien scolaire en visiophonie, ce chercheur en voit la raison dans le refus exprimé par les élèves d’une médiatisation les privant de la protection dont ils bénéficient quand ils sont face au professeur, en groupes et en présentiel. Cependant, ajoute-t-il, « cela ne veut pas dire qu’un lien d’assistance scolaire [en visiophonie] ne soit pas superposable à celui de l’école. Mais il faut qu’il soit hétérogène ou alors anonyme, sans possibilité de reconnaissance53 ». La mention de cette « superposition » apparaît sous une forme ou sous une autre dans plusieurs extraits de cette anthologie, qui indiquent que le recours additif aux dispositifs techniques dans un cadre industriel peut conforter et enrichir des pratiques non médiatisées sans s’y substituer terme à terme.

De même, en effet, que la codification et l’instrumentation chirurgicale ne diminuent en rien l’importance du chirurgien et qu’elles en amplifient au contraire le geste en renforçant son efficacité, de même la technologisation éducative doit pouvoir augmenter la qualité de la relation interpersonnelle consubstantielle à l’apprentissage plutôt que de la restreindre. Ce n’est toutefois pas parce que se dessine ici l’éventualité de cette compatibilité entre éducation et industrialisation qu’ipso facto le projet industriel éducatif gagne les esprits. Il lui faut pour cela une consistance intellectuelle et une portée pratique que, seules, sont en mesure de lui donner la multiplication et l’interaction des contributions d’experts, théoriciens et observateurs éclairés. Sinon, nous allons le voir maintenant, ce projet est condamné à en rester au stade de l’idée, sans jamais atteindre celui du programme d’action, a fortiori celui de la réalisation.

Des initiatives limitées ?

Contrairement à ce que suggèrent N. Thrift et ceux qui, comme lui, ont les yeux braqués sur les seules manifestations les plus récentes de l’industrialisation éducative, ce ne sont pas en effet de timides tentatives qui sont lancées au tournant des années 1900. En réalité, il s’agit d’un programme d’envergure systématiquement conçu et développé pour les trois niveaux d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire. Ce programme est si ambitieux qu’à l’époque, il n’attire pas uniquement l’attention des milieux spécialisés, mais aussi celle de sociologues et économistes dont, pourtant, l’éducation et le système éducatif ne sont pas les principaux objets d’étude.

En Allemagne par exemple, M. Weber y fait explicitement écho lorsqu’il écrit que « les développements récents du système universitaire […] s’orientent dans la direction du système américain. Les grands instituts de science et de médecine sont devenus des entreprises du “capitalisme d’État” ». Et de préciser que, dans l’université germanique, la position de l’assistant « est fréquemment tout aussi précaire que celle de toute autre existence “prolétaroïde” ou celle de l’assistant des universités américaines »54. Cinquante ans plus tard, évoquant dans les mêmes termes « le complexe technique de l’enseignement moderne », le Tchèque R. Richta, l’un des principaux économistes du Printemps de Prague, fait lui aussi référence à ce programme industriel et aux projets qu’il inspire. Mais, à l’inverse de M. Weber, c’est pour se féliciter de l’évolution industrielle en cours. Il écrit notamment que « l’introduction de la cybernétique moderne dans le processus pédagogique [doit éviter à l’éducation d’en rester] à un enseignement oral et collectif lent, peu efficace, qui remonte à l’époque de la manufacture55 ».

Si, toutefois, c’est aux États-Unis et au Canada que les idées indus­trialistes appliquées à l’éducation fleurissent d’abord, la raison en est que le contexte leur est plus favorable qu’ailleurs. De fait les autorités comprennent très tôt que le Social Efficiency Movement leur offre une excellente occasion de contrôler les institutions éducatives et d’en diminuer les coûts salariaux, qu’ils jugent exorbitants. De son côté l’opinion publique, qui compte traditionnellement sur le système scolaire pour contribuer au progrès, est toute entière absorbée par la récurrente et « épineuse question de savoir pourquoi le petit John ne sait pas lire56 ». Aussi se laisse-t-elle aisément convaincre de l’inefficacité des pédagogies traditionnelles et de l’incapacité des enseignants à répondre en l’état aux attentes de l’économie et de la société57. De leur côté, directeurs d’école et inspecteurs ont tout à gagner à devenir des « industriels de la nation », comme les y invite expressément, lors d’un congrès de la National Education Association (NEA) en février 1908, le président T. Roosevelt, lui-même fervent partisan de l’Efficiency Movement. Quant aux enseignants, ils sont sommés par les instructions officielles de se comporter en ingénieurs et de prendre modèle, le cas échéant, sur l’efficacité de la chaîne de montage, ainsi que le rappelle l’historienne D. Ravitch58.

La convergence de ces différentes pressions en faveur du productivisme éducatif n’est pas fortuite. Aux États-Unis l’époque est en effet à l’urbanisation intensive, à l’essor de la grande industrie, au développement de la technologie et des transports et à l’arrivée massive d’immigrants à transformer au plus vite en citoyens. Or, ces phénomènes sont souvent perçus comme autant de menaces pesant sur la cohésion sociale et l’unité de la nation. Ce qui justifie a contrario l’adoption à grande échelle de curricula pour assurer un minimum d’unité culturelle et linguistique et surtout, nous le verrons dans le chapitre consacré à J. F. Bobbitt*, pour faire correspondre les prestations éducatives aux attentes du monde économique. C’est donc à l’américanisation de l’Amérique qu’en s’industrialisant, l’École est invitée à contribuer59.

Puissante est, de fait, la fascination exercée par le projet industriel sur les responsables éducatifs, idéologues et hommes politiques du début du xxe siècle, et non moins efficace, le zèle de ses tenants. Ceux-ci, comme l’observe en effet l’historien W. J. Reese, se montrent aussi actifs dans la promotion de leurs thèses auprès des décideurs et de l’opinion que pressés de les mettre eux-mêmes en œuvre. Ils y sont d’ailleurs encouragés par le renfort qu’ils reçoivent des spécialistes de la technologie éducative, courant né après la Première Guerre mondiale aux États-Unis et créé par des psychologues de l’apprentissage pour développer enseignement programmé et machines à enseigner, avant que ne s’y ajoutent l’enseignement assisté par ordinateur et l’ensemble des « technologies d’information et de communication pour l’éducation60 ». Beaucoup de ces théoriciens adoptent donc une ligne industrialiste, depuis E. L. Thorndike, l’un des pères du behaviourisme et ardent avocat de l’utilisation de la statistique, anticipation des Big Data, pour juger des performances de l’enseignement, et B. F. Skinner*, le plus célèbre d’entre eux, en passant par W. L. Schramm et P. H. Coombs* jusqu’à A. A. Lumsdaine, R. M. Gagné, A. Bandura et P. C. Suppes. Quant aux autres, ils ne sont pas moins attirés par l’industrialisme éducatif, même s’ils n’en partagent pas toutes les orientations. C’est ce que signale G. Berger* lorsqu’il évoque l’alliance paradoxale des industrialistes et des réformistes de l’éducation, outils et médias apparaissant aux uns et aux autres comme les leviers des transformations auxquelles ils aspirent semblablement. Cette alliance vaut pour les situations les plus importantes comme pour les questions les plus triviales, justifiant néanmoins, selon B. Albero, « l’alliance toujours “innovante” entre technique et pédagogie, comme mode de résolution des problèmes pratiques61 ». Ce qui n’empêche pas par ailleurs G. Jacquinot* et M. Linard*, à propos de l’usage des outils et médias éducatifs, de prendre le contrepied des positions de B. F. Skinner*, P. H. Coombs* et Lê Thành Khôi*. L’alliance est donc ponctuelle, provisoire et fondée sur des malentendus que, pour un temps (mais pour un temps seulement), ceux qui y souscrivent préfèrent ne pas lever. Nous y reviendrons plus bas.

Une hirondelle, toutefois, ne fait pas le printemps. L’on peut bien prendre pour argent comptant les déclarations prophétiques des industrialistes des années 1920 sur la démocratisation de (et par) l’éducation grâce à la puissance du cinéma ou de la radio scolaire. L’on peut aussi donner un certain crédit aux discours des années 1960 et 1970 sur l’alphabétisation universelle grâce aux « satellites éducatifs62 ». L’on peut même croire aux récentes promesses de la Stratégie de Lisbonne sur la relance écono­mique par une « Société de la connaissance », elle-même irriguée par l’e-formation. Et l’on peut éventuellement se fier aux tenants de la th&

Médias

Présentation

La collection Médias a pour vocation de publier des travaux en sciences humaines et sociales, relatifs aux médias. Analysant les médias dans leur histoire et leur inscription sociale, les ouvrages de cette collection ont l’ambition d’offrir une mise en perspective indispensable aux débats contemporains sur l’information, la culture et sa mondialisation, ainsi que sur les enjeux du déploiement des technologies d’information et de communication, autrement dit du «numérique».
Chacun de ces livres s’adresse autant aux décideurs économiques, aux experts et responsables politiques ou publics qu’aux étudiants et lecteurs non spécialistes.

Sous la direction de Philippe Bouquillon